Juste avant le Mobile World Congress de Barcelone, Samsung avait donné plus de détails (et aussi un prix de quasiment 2.000 dollars) à propos de son Galaxy Fold. Et Huawei a de son côté présente au MWC son Mate X, dont le prix est de 2.299 euros.

L'entreprise moins connue Royole prépare elle aussi ce genre d'appareil. Quant à la filiale de Lenovo, Motorola, elle entend sortir cet été un 'flip phone' pliable. Par sa part, LG ne possède certes pas d'un appareil pliable, mais bien d'un second écran cliquable pour son LG V50 ThinQ.

OnePlus qui s'est fait connaître ces dernières années avec des smartphones caractérisés par de solides spécifications à des prix relativement abordables, laisse elle la tendance de côté. Dans une interview accordée à CNET, son CEO Pete Lau déclare qu'il y voit certes du potentiel, mais que les prix sont actuellement trop élevés. 'Les coûts de la technologie sont importants, mais cela ne correspond pas à une valeur pour l'utilisateur final', prétend-il.

Il ne veut cependant pas minimiser le smartphone pliable, car son entreprise trouve ce concept intéressant également, mais il ajoute que les smarpthones pliables représentent un autre type de produit.

Ce qui joue aussi un rôle dans cette décision de OnePlus, c'est qu'elle cible un tout autre public, qui ne souhaite tout simplement pas débourser mille euros, voire plus pour acquérir un téléphone. En général, l'entreprise sort tous les six mois un nouveau produit-phare dans lequel elle intègre certaines fonctions ou spécifications copiées chez Apple, Samsung ou Huawei (comme un scanner d'empreintes digitales en-dessous de l'écran), mais qu'elle propose à un prix nettement inférieur.