Apple réclame un dédommagement de la part d'Epic Games, parce que cette dernière ne respecterait pas ses engagements. Le litige opposant les deux entreprises a débuté, lorsqu'Epic Games a introduit dans la version iOS du jeu Fortnite bien connu un système de paiement qui contournait le système mis en place par Apple. Il s'agit là d'une violation de contrat, selon Apple.

Dans la plainte déposée par Apple, on peut notamment lire que les développeurs qui déposent une appli dans l'App Store, nouent ainsi une relation contractuelle. Apple fournit la plate-forme et une portion de marketing, et les développeurs doivent, eux, s'en tenir aux règles en vigueur. Selon la plainte, Apple a bien respecté les accords, mais pas Epic Games.

Le développeur de jeux aurait enfreint ces règles, lorsqu'il incorpora à la mi-août un mécanisme de paiement externe dans Fortnite pour contourner le système d'Apple. Apple empoche en fait trente pour cent de toutes les rentrées dans les applis iOS, ce qui est abusif, selon Epic. Voilà pourquoi le développeur a lancé une alternative. Cette commission de 30 pour cent sur toutes les rentrées figure bien dans le License Agreement qu'Epic Games a signé, indique Apple.

La lutte juridique entre les deux entreprises est importante dans la mesure où elle porte évidemment sur de grosses sommes d'argent, mais aussi parce qu'elle pourrait remettre en question le modèle de revenus des plates-formes. Des firmes technologiques telles Apple, Google (avec Android), mais par exemple aussi Sony (via la PlayStation) et Valve (avec Steam) conçoivent des plates-formes et amortissent en partie leur investissement au moyen de commissions prélevés sur les applis et les jeux qui utilisent leurs plates-formes respectives.

Précédemment déjà, Epic avait introduit une alternative à Steam, par laquelle il demandait une commission moindre aux producteurs de jeux. Il se profile à présent aussi en tant que défendeur des petits développeurs, mais il s'agit là surtout d'une affaire de marketing, selon Apple. "Epic agit comme s'il était un Robin des Bois moderne, alors que c'est une méga-entreprise qui ne veut pas payer l'énorme valeur qu'elle tire de l'App Store", affirme Apple dans sa plainte. Et d'ajouter qu'Epic a déjà empoché 600 millions de dollars avec Fortnite sur iOS.

Dans la plainte déposée précédemment par Epic, l'entreprise prétend qu'Apple abuse de son monopole. Epic accepte de payer pour l'utilisation de l'App Store, mais sollicite la possibilité de proposer des applis aux utilisateurs d'Apple sans passer par l'App Store, comme c'est le cas par exemple sur les PC Windows et - moyennant un tant soit peu de bidouillages - sur les smartphones Android. Apple n'autorise toutefois que les logiciels qui sont téléchargés via l'App Store.

C'est le 13 août que Fortnite a été exclue de l'App Store (et du Play Store d'Android) pour incorporer un nouveau système de paiement. En référé, un juge a décidé que l'appli pouvait rester bloquée, mais qu'Epic Games devait pouvoir accéder à son compte, avec lequel elle gère notamment l'Unreal Engine.

Apple réclame un dédommagement de la part d'Epic Games, parce que cette dernière ne respecterait pas ses engagements. Le litige opposant les deux entreprises a débuté, lorsqu'Epic Games a introduit dans la version iOS du jeu Fortnite bien connu un système de paiement qui contournait le système mis en place par Apple. Il s'agit là d'une violation de contrat, selon Apple.Dans la plainte déposée par Apple, on peut notamment lire que les développeurs qui déposent une appli dans l'App Store, nouent ainsi une relation contractuelle. Apple fournit la plate-forme et une portion de marketing, et les développeurs doivent, eux, s'en tenir aux règles en vigueur. Selon la plainte, Apple a bien respecté les accords, mais pas Epic Games.Le développeur de jeux aurait enfreint ces règles, lorsqu'il incorpora à la mi-août un mécanisme de paiement externe dans Fortnite pour contourner le système d'Apple. Apple empoche en fait trente pour cent de toutes les rentrées dans les applis iOS, ce qui est abusif, selon Epic. Voilà pourquoi le développeur a lancé une alternative. Cette commission de 30 pour cent sur toutes les rentrées figure bien dans le License Agreement qu'Epic Games a signé, indique Apple.La lutte juridique entre les deux entreprises est importante dans la mesure où elle porte évidemment sur de grosses sommes d'argent, mais aussi parce qu'elle pourrait remettre en question le modèle de revenus des plates-formes. Des firmes technologiques telles Apple, Google (avec Android), mais par exemple aussi Sony (via la PlayStation) et Valve (avec Steam) conçoivent des plates-formes et amortissent en partie leur investissement au moyen de commissions prélevés sur les applis et les jeux qui utilisent leurs plates-formes respectives.Précédemment déjà, Epic avait introduit une alternative à Steam, par laquelle il demandait une commission moindre aux producteurs de jeux. Il se profile à présent aussi en tant que défendeur des petits développeurs, mais il s'agit là surtout d'une affaire de marketing, selon Apple. "Epic agit comme s'il était un Robin des Bois moderne, alors que c'est une méga-entreprise qui ne veut pas payer l'énorme valeur qu'elle tire de l'App Store", affirme Apple dans sa plainte. Et d'ajouter qu'Epic a déjà empoché 600 millions de dollars avec Fortnite sur iOS.Dans la plainte déposée précédemment par Epic, l'entreprise prétend qu'Apple abuse de son monopole. Epic accepte de payer pour l'utilisation de l'App Store, mais sollicite la possibilité de proposer des applis aux utilisateurs d'Apple sans passer par l'App Store, comme c'est le cas par exemple sur les PC Windows et - moyennant un tant soit peu de bidouillages - sur les smartphones Android. Apple n'autorise toutefois que les logiciels qui sont téléchargés via l'App Store.C'est le 13 août que Fortnite a été exclue de l'App Store (et du Play Store d'Android) pour incorporer un nouveau système de paiement. En référé, un juge a décidé que l'appli pouvait rester bloquée, mais qu'Epic Games devait pouvoir accéder à son compte, avec lequel elle gère notamment l'Unreal Engine.