Samsung y croit dur comme fer: 'Les smartphones pliables ont un avenir'', écrivions-nous encore en août. Entre-temps, on assiste à l'arrivée du concurrent Huawei - certes sans toute l'expérience Android: comprenez sans Google et sans Play Store -, alors que Xiaomi et Motorola pensent à présent pouvoir imposer de nouveaux modèles pliables. Et c'est sans parler du fabricant chinois Oppo qui vient de les rejoindre. Nous avons donc décidé d'utiliser son Find N une petite semaine durant.

Uniquement en Chine

Mais avant tout, sachez que vous ne trouverez pas ci-après un véritable test complet de l'appareil. L'Oppo pliable n'est en effet provisoirement commercialisé que sur le marché chinois. Voilà qui explique pourquoi l'appareil ne peut être paramétré en français, mais - plus important encore - pourquoi on n'y décèle ni service Google ni appli Play Store. La solution a certes été vite trouvée avec une appli d'Oppo qui convertit les logiciels de votre précédent appareil Android vers le Find N, en ce compris toutes les applis de Google donc.

Ouvert - fermé

Mais ce qui est avant tout utile de savoir à propos d'un appareil pliable, c'est comment le pliage se passe précisément et qu'en est-il du software? Replié, le Find N se présente comme deux smartphones de six pouces superposés. L'écran extérieur fait très exactement 5,49", et l'appareil se pilote comme un smartphone 'classique'. On peut donc y utiliser des applis connues, téléphoner et prendre des photos. Certes avec l'objection pas anodine du tout que l'appareil est au moins deux fois plus épais qu'un smartphone normal et pèse par conséquent nettement plus: 275 grammes pour être précis. Par comparaison: un iPhone 13 de 6,1" pèse 173 grammes et fait 7,65 mm d'épaisseur contre 15,9 mm pour le Find N.

Telle est la concession que l'acheteur d'un appareil pliable de ce genre doit de toute façon faire, mais par contre, il bénéficie d'un grand écran une fois qu'il est déplié. Cela se fait comme avec un livre. Une fois déplié, le Find N offre un impressionnant écran AMOLED de 7,1 pouces d'une résolution de 1.792 x 1.920 et 370 PPI. C'est certes quelque peu moins que le Galaxy Z Fold 3 qui, une fois ouvert, propose un écran de 7,6 pouces d'une résolution de 2.208 x 1.786 et 374 PPI. Déplié, le Find N fait du reste seulement 7,8 mm d'épaisseur, ce qui est comparable aux smartphones courants donc.

Charnière

Pendant la semaine que nous avons utilisé l'appareil, nous n'avons en tout cas eu cesse de l'ouvrir et de le refermer à la demandes des amis et de la famille, car un appareil pliable reste encore et toujours quelque chose de spécial pour des yeux admiratifs. Sur ce plan, le Find N représente une véritable prouesse technique, à l'instar du Fold 3. Sa charnière est parfaitement dissimulée et émet un 'clic' de confirmation, dès que le Find N est tout à fait déplié. Son grand écran fait bonne impression, et le 'pli' n'est jamais vraiment visible, à moins que vous ne le recherchiez expressément, comme sous une lumière rasante et avec un arrière-plan blanc. Lors du balayage, on 'sent' par contre bien la pliure. Est-ce gênant? Pas vraiment! Il convient de s'y habituer.

Oppo Find N, DN
Oppo Find N © DN

La technologie du pliage est-elle aujourd'hui devenue mature? Honnêtement, il est difficile de répondre à pareille question. Nous nous contenterons d'écrire que le hardware nous a paru assez 'costaud' et que rien ne laisse penser que la charnière par exemple rende l'âme précocement. Cette charnière - Oppo l'appelle 'Flexion Hinge' - contient du reste 136 composants, dont certains fonctionnent à une précision de 0,01 mm. Une fois replié, la charnière émet de nouveau un clic et n'émerge quasiment pas entre les deux écrans refermés. A tel point que nous n'avons même pas pu y faire passer une simple feuille de papier par exemple.

L'écran en tant que tel restera-t-il fiable au bout d'une longue utilisation? Nous ne pouvons pour l'instant pas le deviner, mais Oppo elle-même déclare qu'il peut être ouvert et fermé plus de 200.000 fois à température ambiante.

Innovation: qu'en est-il?

Quoi qu'il en soit, il s'agit là assurément d'une belle prouesse technique. Mais le concept innovant du pliage apporte-t-il concrètement une plus-value? Cela dépend évidemment surtout des logiciels et autres applis. Or c'est là que le bât blesse encore quelque peu. Toutes les applis existantes ne supportent pas - et de loin - ce format d'écran spécial et ne l'exploitent pas réellement, lorsqu'il est entièrement ouvert. Des applis telles Fitbit (gestion des données de santé), Netatmo (commande d'un thermostat intelligent) ou Itsme (confirmation d'identité) - pour ne citer que ces trois exemples - sont conçues pour des résolutions 'verticales'. Sur le Find N ouvert, elles apparaissent dès lors au centre, ce qui fait que les parties gauche et droite de l'écran restent inutilisées et donc noires. Ce qu'il est possible de faire, c'est déplacer l'affichage vers la gauche ou la droite. L'espace ainsi libéré peut alors être utilisé pour une autre appli: en jargon, cela s'appelle le split screen (écran divisé), en quelque sorte du multitâche. Dans ce type d'affichage, on voit apparaître entre deux applis - à hauteur de la pliure - une mini-barre de défilement, permettant de donner à l'écran plus d'espace à l'appli gauche ou droite. Il s'agit donc là d'un mode multitâche, qui peut certes s'avérer pratique, mais ici encore, il y a quelques limites logicielles. L'appli Itsme susmentionnée ne supporte par exemple pas le split-screen.

Au niveau des commandes, il est possible aussi de choisir de renoncer sur l'écran à la série habituelle des boutons. Dans ce cas, on commande tout par des mouvements de doigts. Déplacer deux doigts au centre de l'écran par exemple active le mode split-screen. Avec quatre doigts, on peut pincer et zoomer ou encore réduire une appli dans une fenêtre flottante. Du moins si cette appli le supporte. Au risque de se répéter, c'est là que le bât blesse.

Oppo Find N, DN
Oppo Find N © DN

FlexForm

Le Find N peut aussi être utilisé à 'moitié' fermé. Cela revient à ouvrir l'appareil selon un angle de 50 à 120 degrés et à utiliser ensuite l'appareil pliable comme un mini-ordinateur portable. Oppo appelle cela le mode FlexForm. C'est pratique par exemple pour utiliser l'appareil photo pour des prises de vue de nuit sans pied. Ou pour photographier un groupe de personnes, vous compris, via la fonction minuterie.

Il est ainsi possible également de visionner des films, prendre des notes ou emmener des réunions en ligne. Mais ici encore uniquement si les applis en question le supportent, ce qui est actuellement encore loin d'être le cas. Le risque nous paraît grand que cela se mue en une nouvelle sorte de problème de l'oeuf et de la poule. Le fait est que les développeurs n'intégreront cette possibilité que s'il y a une demande suffisante: or cette demande ne pourra venir que si suffisamment d'appareils sont vendus.

Oppo Find N, DN
Oppo Find N © DN

Sur ce plan, c'est l'appli de photographie qui nous a le plus plu. Pour les exemples susmentionnés, mais aussi pour réaliser des vidéos accélérées par exemple. Ou encore pour effectuer un selfie: déposez le smartphone à demi-ouvert sur une table, appareil photo dirigé vers vous, et réalisez le selfie d'un geste de la main. Autre point intéressant: le dual-video, à savoir filmer simultanément tant avec l'appareil à selfie (32 MP) qu'avec l'appareil photo à l'arrière (50 MP) aboutissant à un clip vidéo sur écran divisé. A propos des appareils photo, l'appareil est aussi équipé de deux objectifs supplémentaires: un téléobjectif (13 MP) et un modèle grand angle (16 MP).

Conclusion

Il ne s'agit pas ici d'un véritable test. Nous n'avons donc pas attribué un score à l'appareil, puisqu'il est littéralement encore trop... chinois et absolument pas adapté à notre marché local. Du reste, aucune date n'a encore été provisoirement citée pour une introduction en Belgique. Mais si tel devait être le cas - et nous pensons alors que les développeurs d'applis sauteraient aussitôt dans le train des appareils pliables -, on serait du point de vue technique parfaitement dans le coup avec cet Oppo Find N. L'innovation est en tout cas bien présente sur le plan du hardware, mais le fait est que le support logiciel accuse encore du retard. Le Find N démontre à nos yeux tout le potentiel de cette catégorie de produits. Foldables are here to stay? Peut-être dans ce form factor, mais peut-être aussi dans un autre: Samsung vient encore de breveter un smartphone pliable triple affichage: un pliable vers le haut et un autre vers le bas. Une fois entièrement déplié, on dispose alors vraiment d'une tablette. Permettez-nous de faire le pari que les écrans flexibles sont bien partis pour... rester.

Oppo Find N, DN
Oppo Find N © DN
Samsung y croit dur comme fer: 'Les smartphones pliables ont un avenir'', écrivions-nous encore en août. Entre-temps, on assiste à l'arrivée du concurrent Huawei - certes sans toute l'expérience Android: comprenez sans Google et sans Play Store -, alors que Xiaomi et Motorola pensent à présent pouvoir imposer de nouveaux modèles pliables. Et c'est sans parler du fabricant chinois Oppo qui vient de les rejoindre. Nous avons donc décidé d'utiliser son Find N une petite semaine durant.Mais avant tout, sachez que vous ne trouverez pas ci-après un véritable test complet de l'appareil. L'Oppo pliable n'est en effet provisoirement commercialisé que sur le marché chinois. Voilà qui explique pourquoi l'appareil ne peut être paramétré en français, mais - plus important encore - pourquoi on n'y décèle ni service Google ni appli Play Store. La solution a certes été vite trouvée avec une appli d'Oppo qui convertit les logiciels de votre précédent appareil Android vers le Find N, en ce compris toutes les applis de Google donc.Mais ce qui est avant tout utile de savoir à propos d'un appareil pliable, c'est comment le pliage se passe précisément et qu'en est-il du software? Replié, le Find N se présente comme deux smartphones de six pouces superposés. L'écran extérieur fait très exactement 5,49", et l'appareil se pilote comme un smartphone 'classique'. On peut donc y utiliser des applis connues, téléphoner et prendre des photos. Certes avec l'objection pas anodine du tout que l'appareil est au moins deux fois plus épais qu'un smartphone normal et pèse par conséquent nettement plus: 275 grammes pour être précis. Par comparaison: un iPhone 13 de 6,1" pèse 173 grammes et fait 7,65 mm d'épaisseur contre 15,9 mm pour le Find N.Telle est la concession que l'acheteur d'un appareil pliable de ce genre doit de toute façon faire, mais par contre, il bénéficie d'un grand écran une fois qu'il est déplié. Cela se fait comme avec un livre. Une fois déplié, le Find N offre un impressionnant écran AMOLED de 7,1 pouces d'une résolution de 1.792 x 1.920 et 370 PPI. C'est certes quelque peu moins que le Galaxy Z Fold 3 qui, une fois ouvert, propose un écran de 7,6 pouces d'une résolution de 2.208 x 1.786 et 374 PPI. Déplié, le Find N fait du reste seulement 7,8 mm d'épaisseur, ce qui est comparable aux smartphones courants donc.Pendant la semaine que nous avons utilisé l'appareil, nous n'avons en tout cas eu cesse de l'ouvrir et de le refermer à la demandes des amis et de la famille, car un appareil pliable reste encore et toujours quelque chose de spécial pour des yeux admiratifs. Sur ce plan, le Find N représente une véritable prouesse technique, à l'instar du Fold 3. Sa charnière est parfaitement dissimulée et émet un 'clic' de confirmation, dès que le Find N est tout à fait déplié. Son grand écran fait bonne impression, et le 'pli' n'est jamais vraiment visible, à moins que vous ne le recherchiez expressément, comme sous une lumière rasante et avec un arrière-plan blanc. Lors du balayage, on 'sent' par contre bien la pliure. Est-ce gênant? Pas vraiment! Il convient de s'y habituer.La technologie du pliage est-elle aujourd'hui devenue mature? Honnêtement, il est difficile de répondre à pareille question. Nous nous contenterons d'écrire que le hardware nous a paru assez 'costaud' et que rien ne laisse penser que la charnière par exemple rende l'âme précocement. Cette charnière - Oppo l'appelle 'Flexion Hinge' - contient du reste 136 composants, dont certains fonctionnent à une précision de 0,01 mm. Une fois replié, la charnière émet de nouveau un clic et n'émerge quasiment pas entre les deux écrans refermés. A tel point que nous n'avons même pas pu y faire passer une simple feuille de papier par exemple. L'écran en tant que tel restera-t-il fiable au bout d'une longue utilisation? Nous ne pouvons pour l'instant pas le deviner, mais Oppo elle-même déclare qu'il peut être ouvert et fermé plus de 200.000 fois à température ambiante.Quoi qu'il en soit, il s'agit là assurément d'une belle prouesse technique. Mais le concept innovant du pliage apporte-t-il concrètement une plus-value? Cela dépend évidemment surtout des logiciels et autres applis. Or c'est là que le bât blesse encore quelque peu. Toutes les applis existantes ne supportent pas - et de loin - ce format d'écran spécial et ne l'exploitent pas réellement, lorsqu'il est entièrement ouvert. Des applis telles Fitbit (gestion des données de santé), Netatmo (commande d'un thermostat intelligent) ou Itsme (confirmation d'identité) - pour ne citer que ces trois exemples - sont conçues pour des résolutions 'verticales'. Sur le Find N ouvert, elles apparaissent dès lors au centre, ce qui fait que les parties gauche et droite de l'écran restent inutilisées et donc noires. Ce qu'il est possible de faire, c'est déplacer l'affichage vers la gauche ou la droite. L'espace ainsi libéré peut alors être utilisé pour une autre appli: en jargon, cela s'appelle le split screen (écran divisé), en quelque sorte du multitâche. Dans ce type d'affichage, on voit apparaître entre deux applis - à hauteur de la pliure - une mini-barre de défilement, permettant de donner à l'écran plus d'espace à l'appli gauche ou droite. Il s'agit donc là d'un mode multitâche, qui peut certes s'avérer pratique, mais ici encore, il y a quelques limites logicielles. L'appli Itsme susmentionnée ne supporte par exemple pas le split-screen.Au niveau des commandes, il est possible aussi de choisir de renoncer sur l'écran à la série habituelle des boutons. Dans ce cas, on commande tout par des mouvements de doigts. Déplacer deux doigts au centre de l'écran par exemple active le mode split-screen. Avec quatre doigts, on peut pincer et zoomer ou encore réduire une appli dans une fenêtre flottante. Du moins si cette appli le supporte. Au risque de se répéter, c'est là que le bât blesse.Le Find N peut aussi être utilisé à 'moitié' fermé. Cela revient à ouvrir l'appareil selon un angle de 50 à 120 degrés et à utiliser ensuite l'appareil pliable comme un mini-ordinateur portable. Oppo appelle cela le mode FlexForm. C'est pratique par exemple pour utiliser l'appareil photo pour des prises de vue de nuit sans pied. Ou pour photographier un groupe de personnes, vous compris, via la fonction minuterie.Il est ainsi possible également de visionner des films, prendre des notes ou emmener des réunions en ligne. Mais ici encore uniquement si les applis en question le supportent, ce qui est actuellement encore loin d'être le cas. Le risque nous paraît grand que cela se mue en une nouvelle sorte de problème de l'oeuf et de la poule. Le fait est que les développeurs n'intégreront cette possibilité que s'il y a une demande suffisante: or cette demande ne pourra venir que si suffisamment d'appareils sont vendus.Sur ce plan, c'est l'appli de photographie qui nous a le plus plu. Pour les exemples susmentionnés, mais aussi pour réaliser des vidéos accélérées par exemple. Ou encore pour effectuer un selfie: déposez le smartphone à demi-ouvert sur une table, appareil photo dirigé vers vous, et réalisez le selfie d'un geste de la main. Autre point intéressant: le dual-video, à savoir filmer simultanément tant avec l'appareil à selfie (32 MP) qu'avec l'appareil photo à l'arrière (50 MP) aboutissant à un clip vidéo sur écran divisé. A propos des appareils photo, l'appareil est aussi équipé de deux objectifs supplémentaires: un téléobjectif (13 MP) et un modèle grand angle (16 MP).Il ne s'agit pas ici d'un véritable test. Nous n'avons donc pas attribué un score à l'appareil, puisqu'il est littéralement encore trop... chinois et absolument pas adapté à notre marché local. Du reste, aucune date n'a encore été provisoirement citée pour une introduction en Belgique. Mais si tel devait être le cas - et nous pensons alors que les développeurs d'applis sauteraient aussitôt dans le train des appareils pliables -, on serait du point de vue technique parfaitement dans le coup avec cet Oppo Find N. L'innovation est en tout cas bien présente sur le plan du hardware, mais le fait est que le support logiciel accuse encore du retard. Le Find N démontre à nos yeux tout le potentiel de cette catégorie de produits. Foldables are here to stay? Peut-être dans ce form factor, mais peut-être aussi dans un autre: Samsung vient encore de breveter un smartphone pliable triple affichage: un pliable vers le haut et un autre vers le bas. Une fois entièrement déplié, on dispose alors vraiment d'une tablette. Permettez-nous de faire le pari que les écrans flexibles sont bien partis pour... rester.