L'outil de visioconférence populaire Zoom prépare le cryptage bout-à-bout, afin de conserver la confidentialité de ses utilisateurs, mais cette fonction sera dans un premier temps réservée aux abonnés payants. L'agence de presse Reuters annonce que l'entreprise prévoira probablement des exceptions pour les organisations non marchandes ou les dissidents politiques.

Le cryptage bout-à-bout s'assure qu'une communication soit cryptée au départ de l'appareil de l'expéditeur jusqu'à celui du ou des destinataire(s). Ce système est par exemple utilisé dans des applis telles Facetime d'Apple. Zoom crypte actuellement encore les connexions entre les appareils et les serveurs de l'entreprise et ne propose donc pas encore de cryptage bout-à-bout complet, même si elle en a fait la publicité (ce qui lui a du reste valu une volée de bois vert).

Mais elle y travaille, selon Zoom elle-même par voie de communiqué. Lorsque la fonction sera prête, elle sera disponible pour les comptes payants, peut-on lire sur un blog de Zoom. L'entreprise y annonce aussi qu'elle proposera une forme de cryptage plus solide à tous ses utilisateurs, même les non-abonnés, à savoir AES 256 bits plus GCM.

Jusqu'avant la crise du corona, Zoom n'était encore qu'une startup vidéo peu connue, mais elle a vu sa popularité croître en flèche ces dernières semaines, parce qu'elle offre une solution de visioconférence très facile pour beaucoup de gens. Une telle attention soudaine a aussi provoqué pas mal de carences au niveau de la sécurité et de la confidentialité. Voilà pourquoi l'entreprise a dévidé en avril de se concentrer nettement sur la sécurité de la plate-forme.

L'outil de visioconférence populaire Zoom prépare le cryptage bout-à-bout, afin de conserver la confidentialité de ses utilisateurs, mais cette fonction sera dans un premier temps réservée aux abonnés payants. L'agence de presse Reuters annonce que l'entreprise prévoira probablement des exceptions pour les organisations non marchandes ou les dissidents politiques.Le cryptage bout-à-bout s'assure qu'une communication soit cryptée au départ de l'appareil de l'expéditeur jusqu'à celui du ou des destinataire(s). Ce système est par exemple utilisé dans des applis telles Facetime d'Apple. Zoom crypte actuellement encore les connexions entre les appareils et les serveurs de l'entreprise et ne propose donc pas encore de cryptage bout-à-bout complet, même si elle en a fait la publicité (ce qui lui a du reste valu une volée de bois vert).Mais elle y travaille, selon Zoom elle-même par voie de communiqué. Lorsque la fonction sera prête, elle sera disponible pour les comptes payants, peut-on lire sur un blog de Zoom. L'entreprise y annonce aussi qu'elle proposera une forme de cryptage plus solide à tous ses utilisateurs, même les non-abonnés, à savoir AES 256 bits plus GCM.Jusqu'avant la crise du corona, Zoom n'était encore qu'une startup vidéo peu connue, mais elle a vu sa popularité croître en flèche ces dernières semaines, parce qu'elle offre une solution de visioconférence très facile pour beaucoup de gens. Une telle attention soudaine a aussi provoqué pas mal de carences au niveau de la sécurité et de la confidentialité. Voilà pourquoi l'entreprise a dévidé en avril de se concentrer nettement sur la sécurité de la plate-forme.