L'ex-ingénieur de Google, Anthony Levandowski, a été condamné par un tribunal américain à une peine d'emprisonnement de 18 mois pour vol de secrets industriels. Levandowski est connu pour être l'un des pionniers dans le domaine des voitures autonomes, mais sa carrière a complètement dérapé, il y a quelques années. Levandowski a en effet volé des fichiers contenant des informations sur les projets de développement de Google en matière de voitures autonomes et ce, avant qu'il ne rejoigne le service de taxi Uber, qui souhaite mettre au point un produit similaire.

Levandowski avait reconnu sa faute en échange d'une réduction de peine. Son emprisonnement débutera une fois la pandémie du corona terminée. Le juge a déclaré qu'une peine de prison même écourtée "devrait dissuader n'importe quel brillant ingénieur de voler des secrets industriels à l'avenir".

Cette condamnation est l'une des plus éminentes en matière de vol de propriété intellectuelle dans le secteur technologique de la Silicon Valley. Levandowski a avoué son méfait, après avoir fait faillite. Il devra rembourser à Alphabet, la société-mère de Google, la somme de 179 millions de dollars (quelque 152 millions d'euros) en raison de son vol avant de quitter l'entreprise en janvier 2016.

Après le départ de Levandowski de chez Google, il fonda sa propre startup, Otto, qu'il revendit ensuite pour 680 millions de dollars à Uber. Waymo, l'entreprise-soeur de Google qui collaborait au développement de la voiture autonome, intenta en février 2017 un procès à l'encontre d'Uber pour vol de secrets industriels.

Uber licencia Levandowski en 2017. L'entreprise promit en 2018 lors d'un arrangement dans une affaire civile intentée par Waymo qu'elle n'utiliserait aucune technologie de cette dernière pour sa voiture autonome.

L'ex-ingénieur de Google, Anthony Levandowski, a été condamné par un tribunal américain à une peine d'emprisonnement de 18 mois pour vol de secrets industriels. Levandowski est connu pour être l'un des pionniers dans le domaine des voitures autonomes, mais sa carrière a complètement dérapé, il y a quelques années. Levandowski a en effet volé des fichiers contenant des informations sur les projets de développement de Google en matière de voitures autonomes et ce, avant qu'il ne rejoigne le service de taxi Uber, qui souhaite mettre au point un produit similaire.Levandowski avait reconnu sa faute en échange d'une réduction de peine. Son emprisonnement débutera une fois la pandémie du corona terminée. Le juge a déclaré qu'une peine de prison même écourtée "devrait dissuader n'importe quel brillant ingénieur de voler des secrets industriels à l'avenir".Cette condamnation est l'une des plus éminentes en matière de vol de propriété intellectuelle dans le secteur technologique de la Silicon Valley. Levandowski a avoué son méfait, après avoir fait faillite. Il devra rembourser à Alphabet, la société-mère de Google, la somme de 179 millions de dollars (quelque 152 millions d'euros) en raison de son vol avant de quitter l'entreprise en janvier 2016.Après le départ de Levandowski de chez Google, il fonda sa propre startup, Otto, qu'il revendit ensuite pour 680 millions de dollars à Uber. Waymo, l'entreprise-soeur de Google qui collaborait au développement de la voiture autonome, intenta en février 2017 un procès à l'encontre d'Uber pour vol de secrets industriels.Uber licencia Levandowski en 2017. L'entreprise promit en 2018 lors d'un arrangement dans une affaire civile intentée par Waymo qu'elle n'utiliserait aucune technologie de cette dernière pour sa voiture autonome.