La Data Protection Commission irlandaise est au sein de l'UE le plus important régulateur pour toute une série de géants technologiques, dont Facebook, Google et TikTok, parce que ces dernières possèdent leur siège central européen dans ce pays. La Commission a donc du pain sur la planche et entame à présent deux enquêtes supplémentaires. La première porte sur le traitement des données personnelles des mineurs d'âge. TikTok est surtout populaire auprès des ados et s'est dans le passé déjà vu reprocher de collecter des données d'enfants, ce qui est interdit par la réglementation européenne sur le respect de la vie privée. En août, le réseau social annonça déjà des règles de confidentialité plus strictes pour les ados et ce, partiellement en réaction aux nombreux procès auxquels l'entreprise doit faire face.

Une seconde enquête lancée par le régulateur irlandais concerne les transferts de données. TikTok est la propriété de Bytedance, un géant technologique chinois, et enverrait des données personnelles en Chine. La question est de savoir si cela n'enfreint pas le GDPR. Selon TikTok, tout cela se fait de manière parfaitement légale, entre autres parce que des contrats standards sont utilisés pour transférer les données en dehors de l'UE.

Si le régulateur irlandais décide que des règles ont été enfreintes, la Commission pourra infliger des amendes pouvant atteindre 4% des revenus de l'entreprise. La Commission fait cependant toujours plus souvent l'objet de critiques pour sa lenteur de fonctionnement et la mansuétude dont elle témoigne à l'égard des firmes technologiques installées dans le pays. Quelque 98 pour cent des 164 importantes plaintes en matière de confidentialité qui sont parvenues chez le régulateur, n'auraient pas encore été traitées, selon l'Irish Council for Civil Liberties dans un rapport.

La Data Protection Commission irlandaise est au sein de l'UE le plus important régulateur pour toute une série de géants technologiques, dont Facebook, Google et TikTok, parce que ces dernières possèdent leur siège central européen dans ce pays. La Commission a donc du pain sur la planche et entame à présent deux enquêtes supplémentaires. La première porte sur le traitement des données personnelles des mineurs d'âge. TikTok est surtout populaire auprès des ados et s'est dans le passé déjà vu reprocher de collecter des données d'enfants, ce qui est interdit par la réglementation européenne sur le respect de la vie privée. En août, le réseau social annonça déjà des règles de confidentialité plus strictes pour les ados et ce, partiellement en réaction aux nombreux procès auxquels l'entreprise doit faire face.Une seconde enquête lancée par le régulateur irlandais concerne les transferts de données. TikTok est la propriété de Bytedance, un géant technologique chinois, et enverrait des données personnelles en Chine. La question est de savoir si cela n'enfreint pas le GDPR. Selon TikTok, tout cela se fait de manière parfaitement légale, entre autres parce que des contrats standards sont utilisés pour transférer les données en dehors de l'UE.Si le régulateur irlandais décide que des règles ont été enfreintes, la Commission pourra infliger des amendes pouvant atteindre 4% des revenus de l'entreprise. La Commission fait cependant toujours plus souvent l'objet de critiques pour sa lenteur de fonctionnement et la mansuétude dont elle témoigne à l'égard des firmes technologiques installées dans le pays. Quelque 98 pour cent des 164 importantes plaintes en matière de confidentialité qui sont parvenues chez le régulateur, n'auraient pas encore été traitées, selon l'Irish Council for Civil Liberties dans un rapport.