Ce jeudi 17 mars, c'est le réseau de SBG3 qui a été relancé. Son réseau interne a dû être partiellement reconstruit. Deux tiers des serveurs ont pu être redémarrés directement. Les autres armoires (racks) doivent encore être restaurées ou nettoyées. Le bâtiment proprement dit n'a pas été endommagé par l'incendie, mais il a probablement subi des dégâts dus à l'eau et/ou à la fumée.

Dans SBG1, partiellement touché par l'incendie, les premiers racks ont également été redémarrés, mais une procédure de nettoyage s'avère nécessaire. Depuis hier après-midi, les premières armoires de clients sont de nouveau opérationnelles. En soirée, il était question de 23 armoires en ligne, soit cinq pour cent de la capacité.

Octave Klaba, le fondateur d'OVH, déclare sur Twitter que le mini-test d'hier sera répété à plus grande échelle, afin de remettre dans les plus brefs délais en ligne une capacité aussi grande que possible. Aujourd'hui, on se focalise sur le processus de nettoyage dans SBG3. Pour ce qui est de SBG4, Klaba annonce qu'il y encore du travail à effectuer au réseau.

OVH est l'un des principaux fournisseurs d'hébergement en Europe. L'incendie dans l'un de ses centres de données de Strasbourg a éclaté durant la nuit du 9 au 10 mars. On ne déplora aucun blessé, mais l'un des quatre centres de données (SBG2) a été entièrement la proie des flammes, alors qu'un autre (SBG1) a été partiellement touché, mais l'incident a également eu un impact sur l'infrastructure des deux autres centres de données installés sur le même site.

Le centre de données incendié devra probablement être complètement reconstruit. OVH a elle-même annoncé qu'elle préparait de la capacité supplémentaire dans ses autres centres de données ailleurs. La cause formelle de l'incendie n'a pas encore été communiquée, mais Klaba en personne a indiqué qu'il était possible qu'il ait trouvé son origine au niveau d'un UPS (alimentation sans interruption).

Ce jeudi 17 mars, c'est le réseau de SBG3 qui a été relancé. Son réseau interne a dû être partiellement reconstruit. Deux tiers des serveurs ont pu être redémarrés directement. Les autres armoires (racks) doivent encore être restaurées ou nettoyées. Le bâtiment proprement dit n'a pas été endommagé par l'incendie, mais il a probablement subi des dégâts dus à l'eau et/ou à la fumée.Dans SBG1, partiellement touché par l'incendie, les premiers racks ont également été redémarrés, mais une procédure de nettoyage s'avère nécessaire. Depuis hier après-midi, les premières armoires de clients sont de nouveau opérationnelles. En soirée, il était question de 23 armoires en ligne, soit cinq pour cent de la capacité.Octave Klaba, le fondateur d'OVH, déclare sur Twitter que le mini-test d'hier sera répété à plus grande échelle, afin de remettre dans les plus brefs délais en ligne une capacité aussi grande que possible. Aujourd'hui, on se focalise sur le processus de nettoyage dans SBG3. Pour ce qui est de SBG4, Klaba annonce qu'il y encore du travail à effectuer au réseau.OVH est l'un des principaux fournisseurs d'hébergement en Europe. L'incendie dans l'un de ses centres de données de Strasbourg a éclaté durant la nuit du 9 au 10 mars. On ne déplora aucun blessé, mais l'un des quatre centres de données (SBG2) a été entièrement la proie des flammes, alors qu'un autre (SBG1) a été partiellement touché, mais l'incident a également eu un impact sur l'infrastructure des deux autres centres de données installés sur le même site.Le centre de données incendié devra probablement être complètement reconstruit. OVH a elle-même annoncé qu'elle préparait de la capacité supplémentaire dans ses autres centres de données ailleurs. La cause formelle de l'incendie n'a pas encore été communiquée, mais Klaba en personne a indiqué qu'il était possible qu'il ait trouvé son origine au niveau d'un UPS (alimentation sans interruption).