Selon la BBC, des pylônes 5G ont été récemment incendiés à Birmingham, Liverpool et Melling in Merseyside. L'enquête est encore en cours, mais pour l'incident de Birmingham, il semble qu'il s'agisse d'un incendie criminel.

Des vidéos des incendies ont ensuite circulé assez rapidement sur Facebook et YouTube, où les personnes qui les ont postées, prétendent qu'il y a un lien entre le signal 5G et le coronavirus covid-19.

Il convient cependant d'écrire qu'il n'y a aucune preuve que le feu ait été bouté par quelqu'un qui croit ce genre de chose. Mais Facebook a en Grande-Bretagne déjà démantelé un groupe anti-5G, dont les membres s'encourageaient mutuellement à partager des images de personnes détruisant de l'équipement télécom.

The Guardian a, suite à ces incendies, observé aussi que des ingénieurs de réseau installant de l'équipement 5G sont menacés ces derniers temps tant physiquement que verbalement par des gens qui trouvent la 5G dangereuse et ce, même si la plupart des études scientifiques indiquent qu'il n'y a aucune preuve qu'il en soit ainsi.

Aucun lien entre la 5G et le coronavirus

Le ministre britannique en charge de la numérisation, de la culture, des médias et du sport Michael Gove parle dans une réaction d'une "dangereuse ineptie". Et d'insister sur le fait qu'il n'existe aucune preuve crédible d'un lien entre la 5G et le virus.

Les scientifiques n'ont eux non plus jamais établi un quelconque lien entre le covid-19 et la 5G. L'affirmation liant par exemple la propagation du virus en Chine à des expérimentations 5G - un canular qui circule actuellement sur les médias sociaux - passe sous silence qu'il y a d'autres villes, où la 5G avait commencé à être déployée bien plus tôt. Il est en outre biologiquement et techniquement impossible que le rayonnement d'un pylône d'antennes puisse engendrer, diffuser ou renforcer un virus.

Le signal des réseaux 5G actuels ne diffère en outre guère de celui de la 3G, de la 4G et du wifi. Ce n'est que parce que la technologie a été améliorée que des vitesses supérieures peuvent être atteintes. C'est ainsi que le réseau 5G que Proximus déploie depuis la semaine dernière, exploite le spectre initialement utilisé pour la 3G.

Lisez aussi: Rayonnement 5G - faut-il ou non se faire du souci?

Selon la BBC, des pylônes 5G ont été récemment incendiés à Birmingham, Liverpool et Melling in Merseyside. L'enquête est encore en cours, mais pour l'incident de Birmingham, il semble qu'il s'agisse d'un incendie criminel.Des vidéos des incendies ont ensuite circulé assez rapidement sur Facebook et YouTube, où les personnes qui les ont postées, prétendent qu'il y a un lien entre le signal 5G et le coronavirus covid-19.Il convient cependant d'écrire qu'il n'y a aucune preuve que le feu ait été bouté par quelqu'un qui croit ce genre de chose. Mais Facebook a en Grande-Bretagne déjà démantelé un groupe anti-5G, dont les membres s'encourageaient mutuellement à partager des images de personnes détruisant de l'équipement télécom.The Guardian a, suite à ces incendies, observé aussi que des ingénieurs de réseau installant de l'équipement 5G sont menacés ces derniers temps tant physiquement que verbalement par des gens qui trouvent la 5G dangereuse et ce, même si la plupart des études scientifiques indiquent qu'il n'y a aucune preuve qu'il en soit ainsi.Aucun lien entre la 5G et le coronavirusLe ministre britannique en charge de la numérisation, de la culture, des médias et du sport Michael Gove parle dans une réaction d'une "dangereuse ineptie". Et d'insister sur le fait qu'il n'existe aucune preuve crédible d'un lien entre la 5G et le virus.Les scientifiques n'ont eux non plus jamais établi un quelconque lien entre le covid-19 et la 5G. L'affirmation liant par exemple la propagation du virus en Chine à des expérimentations 5G - un canular qui circule actuellement sur les médias sociaux - passe sous silence qu'il y a d'autres villes, où la 5G avait commencé à être déployée bien plus tôt. Il est en outre biologiquement et techniquement impossible que le rayonnement d'un pylône d'antennes puisse engendrer, diffuser ou renforcer un virus. Le signal des réseaux 5G actuels ne diffère en outre guère de celui de la 3G, de la 4G et du wifi. Ce n'est que parce que la technologie a été améliorée que des vitesses supérieures peuvent être atteintes. C'est ainsi que le réseau 5G que Proximus déploie depuis la semaine dernière, exploite le spectre initialement utilisé pour la 3G.Lisez aussi: Rayonnement 5G - faut-il ou non se faire du souci?