Cette enquête fait suite à un débat parlementaire datant du mois de juillet, au cours duquel l'on avait demandé à la ministre de la Défense Hennis, si elle était au courant d'une fraude lors d'adjudications. Selon un parlementaire du parti CDA, tel devait être le cas.

La ministre de la Défense a à présent fait savoir par courrier adressé à la Tweede Kamer néerlandaise (le pendant de notre Chambre ) qu'elle n'en savait rien, mais elle est conscience qu'une enquête approfondie est souhaitable, et elle l'a commandité.

L'injection de fonds dans des projets ICT est actuellement un sujet sensible aux Pays-Bas. Le mois dernier encore, le programme TV néerlandais Zembla révélait que l'entreprise Ordina avait fraudé pour décrocher des commandes publiques. Plus tôt cette année, une commission ICT avait aussi évoqué l'échec fréquent de projets ICT pour les pouvoirs publics néerlandais et que des offres sont souvent incomplètes, de sorte que les projets s'avèrent ensuite nettement plus coûteux.

Cette problématique concerne également la Défense. C'est ainsi que l'été dernier, quatre hauts fonctionnaires de l'armée des Pays-Bas avaient été suspendus après la découverte de problèmes ICT récurrents.

Cette enquête fait suite à un débat parlementaire datant du mois de juillet, au cours duquel l'on avait demandé à la ministre de la Défense Hennis, si elle était au courant d'une fraude lors d'adjudications. Selon un parlementaire du parti CDA, tel devait être le cas.La ministre de la Défense a à présent fait savoir par courrier adressé à la Tweede Kamer néerlandaise (le pendant de notre Chambre ) qu'elle n'en savait rien, mais elle est conscience qu'une enquête approfondie est souhaitable, et elle l'a commandité.L'injection de fonds dans des projets ICT est actuellement un sujet sensible aux Pays-Bas. Le mois dernier encore, le programme TV néerlandais Zembla révélait que l'entreprise Ordina avait fraudé pour décrocher des commandes publiques. Plus tôt cette année, une commission ICT avait aussi évoqué l'échec fréquent de projets ICT pour les pouvoirs publics néerlandais et que des offres sont souvent incomplètes, de sorte que les projets s'avèrent ensuite nettement plus coûteux. Cette problématique concerne également la Défense. C'est ainsi que l'été dernier, quatre hauts fonctionnaires de l'armée des Pays-Bas avaient été suspendus après la découverte de problèmes ICT récurrents.