Google arrête de supporter les lunettes Google Glass Explorer Edition. A partir du 25 février 2020, ces lunettes intelligentes seront dissociées du compte Google. Ces lunettes AR à la consommation avaient été lancées il y a sept ans, mais Google en avait très vite interrompu la vente. Vinrent ensuite les Google Glass Enterprise Edition, une version pour le marché professionnel. Google y voit certes encore un avenir, mais pour le marché à la consommation, les lunettes AR semblent trop coûteuses, trop disgracieuses et trop peu respectueuses de la vie privée des utilisateurs.

Les Google Glass avaient donc depuis assez longtemps déjà été déclarées cliniquement mortes, mais à présent que Google renonce à leur support, les lunettes à la consommation sont définitivement enterrées. Les utilisateurs, qui veulent pourtant prolonger encore la vie de leurs lunettes, peuvent télécharger manuellement un fichier zip intégrant la toute dernière mise à jour logicielle, comme l'explique l'entreprise sur une page de support.

Magic Leap déçoit aussi

Avant même que la désillusion des Google Glass ne soit assimilée, on eut pourtant droit à une nouvelle vogue. En 2014, Google investit en effet plus d'un demi-milliard de dollars dans Magic Leap. Sur base de démos impressionnantes, la mystérieuse start-up réussit surtout à générer des attentes élevées. Mais lorsque le prototype fut finalement lancé sur le marché l'année dernière, la déception fut d'autant plus grande.

Les chiffres de vente déçoivent aussi, comme il apparaît aujourd'hui. En août de l'année dernière, le CEO Rony Abovitz expliquait aux investisseurs qu'il s'attendait à écouler au moins un million d'exemplaires des Magic Leap One Creator Edition, comme le révèle le site technologique The Information. Par la suite, l'entreprise dut cependant revoir ses prévisions à la baisse jusqu'à cent mille unités. En fin de compte, au cours du premier semestre, à peine 6.000 lunettes ont été vendues, comme il ressort des chiffres consultés par The Information. Tout semble indiquer que le consommateur juge nettement trop élevé le prix de 2.295 dollars auquel sont vendues les lunettes intelligentes. En raison des faibles chiffres de vente, Magic Leap aurait déjà licencié une partie de son personnel. Et le CEO de Google, Sundar Pichai, a entre-temps renoncé à sa fonction d'administrateur. Avec Magic Leap, la réalité augmentée ne paraît pas non plus accomplir un grand pas en avant.

Lunettes roses

"Nous sommes enclins à surestimer l'effet de la technologie à court terme et à le sous-estimer à longue échéance". Cette loi d'Amara semble parfaitement convenir au potentiel de la réalité augmentée. Ces dernières années, la technologie a été examinée à travers des lunettes nettement trop...roses, mais ce n'est pourtant pas encore une raison pour les regarder désormais à travers des lunettes... noires.

Chaque année, la firme-conseil Gartner tente par le biais d'un graphique d'offrir une vue d'ensemble de la phase où se situent divers développements technologiques. Au moment où les Google Glass ont été lancées, la réalité augmentée se trouvait tout en haut du 'pic des attentes'. Toute nouvelle technologie atteint à un moment donné, selon Gartner, son 'apogée en tant que vogue', avant de redescendre ensuite dans la 'vallée de la désillusion'. Il n'en a pas été autrement de l'AR: année après année, la technologie s'est un peu plus enfoncée dans le 'hype cycle', jusqu'à disparaître complètement cette année.

La Réalité Augmentée a disparu du Gartner Hype Cycle 2019, Gartner
La Réalité Augmentée a disparu du Gartner Hype Cycle 2019 © Gartner

Au-delà de la vogue?

Lorsqu'on sait clairement quelles possibilités une nouvelle technologie a à offrir, il peut s'ensuivre un point critique. Apple et Google sont précisément en train de tester activement ces possibilités, y compris pour le marché à la consommation. Certes pas (encore) via de nouvelles lunettes, mais bien via des applications pour le smartphone. Apple développe son ARKit, et Google possède son ARCore. Live View, une fonction AR dans Google Maps, notamment y fait appel.

Le manque de logiciels intéressants constituait assurément le plus gros problème pour les Google Glass. A présent que ces logiciels arrivent vraiment, le pas à accomplir vers des lunettes AR aux applications judicieuses semble plus petit que jamais. Pieter Matthieu d'iCaps évoquait ainsi dans le tout dernier numéro de Data News "les investissements permanents de Google et Apple" dans l'AR. "Cela générera à coup sûr à terme une valeur ajoutée. Dans les cinq années à venir, on peut attendre de bien belles choses de ces investissements dans l'AR", expliquait-il.

On attend surtout beaucoup d'Apple ces prochaines années. Selon le journaliste de Bloomberg, Mark Goodman, généralement bien informé lorsqu'il est question de cette entreprise, Apple sortira l'an prochain déjà des lunettes AR, qui pourront être synchronisées avec l'iPhone. Facebook mise aussi pleinement sur les lunettes AR que sa filiale Oculus est en train de mettre au point.

La semaine dernière, le fabricant de puces Qualcomm et le développeur de Pokémon Go, Niantic, annonçaient qu'ils allaient collaborer sur la technologie et sur les applications des lunettes AR. "On s'attend à ce que la combinaison hardware et software se traduise par la grande percée de l'AR", a déjà fait observer dans Data News le CTO d'iCaps, Wouter Martens. Huit ans après la débâcle des Google Glass et malgré les ventes décevantes de Magic Leap, peut-être allons-nous donc bientôt pouvoir passer le monde en revue à travers des lunettes... AR.

Google arrête de supporter les lunettes Google Glass Explorer Edition. A partir du 25 février 2020, ces lunettes intelligentes seront dissociées du compte Google. Ces lunettes AR à la consommation avaient été lancées il y a sept ans, mais Google en avait très vite interrompu la vente. Vinrent ensuite les Google Glass Enterprise Edition, une version pour le marché professionnel. Google y voit certes encore un avenir, mais pour le marché à la consommation, les lunettes AR semblent trop coûteuses, trop disgracieuses et trop peu respectueuses de la vie privée des utilisateurs.Les Google Glass avaient donc depuis assez longtemps déjà été déclarées cliniquement mortes, mais à présent que Google renonce à leur support, les lunettes à la consommation sont définitivement enterrées. Les utilisateurs, qui veulent pourtant prolonger encore la vie de leurs lunettes, peuvent télécharger manuellement un fichier zip intégrant la toute dernière mise à jour logicielle, comme l'explique l'entreprise sur une page de support.Magic Leap déçoit aussiAvant même que la désillusion des Google Glass ne soit assimilée, on eut pourtant droit à une nouvelle vogue. En 2014, Google investit en effet plus d'un demi-milliard de dollars dans Magic Leap. Sur base de démos impressionnantes, la mystérieuse start-up réussit surtout à générer des attentes élevées. Mais lorsque le prototype fut finalement lancé sur le marché l'année dernière, la déception fut d'autant plus grande.Les chiffres de vente déçoivent aussi, comme il apparaît aujourd'hui. En août de l'année dernière, le CEO Rony Abovitz expliquait aux investisseurs qu'il s'attendait à écouler au moins un million d'exemplaires des Magic Leap One Creator Edition, comme le révèle le site technologique The Information. Par la suite, l'entreprise dut cependant revoir ses prévisions à la baisse jusqu'à cent mille unités. En fin de compte, au cours du premier semestre, à peine 6.000 lunettes ont été vendues, comme il ressort des chiffres consultés par The Information. Tout semble indiquer que le consommateur juge nettement trop élevé le prix de 2.295 dollars auquel sont vendues les lunettes intelligentes. En raison des faibles chiffres de vente, Magic Leap aurait déjà licencié une partie de son personnel. Et le CEO de Google, Sundar Pichai, a entre-temps renoncé à sa fonction d'administrateur. Avec Magic Leap, la réalité augmentée ne paraît pas non plus accomplir un grand pas en avant.Lunettes roses"Nous sommes enclins à surestimer l'effet de la technologie à court terme et à le sous-estimer à longue échéance". Cette loi d'Amara semble parfaitement convenir au potentiel de la réalité augmentée. Ces dernières années, la technologie a été examinée à travers des lunettes nettement trop...roses, mais ce n'est pourtant pas encore une raison pour les regarder désormais à travers des lunettes... noires.Chaque année, la firme-conseil Gartner tente par le biais d'un graphique d'offrir une vue d'ensemble de la phase où se situent divers développements technologiques. Au moment où les Google Glass ont été lancées, la réalité augmentée se trouvait tout en haut du 'pic des attentes'. Toute nouvelle technologie atteint à un moment donné, selon Gartner, son 'apogée en tant que vogue', avant de redescendre ensuite dans la 'vallée de la désillusion'. Il n'en a pas été autrement de l'AR: année après année, la technologie s'est un peu plus enfoncée dans le 'hype cycle', jusqu'à disparaître complètement cette année.Au-delà de la vogue?Lorsqu'on sait clairement quelles possibilités une nouvelle technologie a à offrir, il peut s'ensuivre un point critique. Apple et Google sont précisément en train de tester activement ces possibilités, y compris pour le marché à la consommation. Certes pas (encore) via de nouvelles lunettes, mais bien via des applications pour le smartphone. Apple développe son ARKit, et Google possède son ARCore. Live View, une fonction AR dans Google Maps, notamment y fait appel.Le manque de logiciels intéressants constituait assurément le plus gros problème pour les Google Glass. A présent que ces logiciels arrivent vraiment, le pas à accomplir vers des lunettes AR aux applications judicieuses semble plus petit que jamais. Pieter Matthieu d'iCaps évoquait ainsi dans le tout dernier numéro de Data News "les investissements permanents de Google et Apple" dans l'AR. "Cela générera à coup sûr à terme une valeur ajoutée. Dans les cinq années à venir, on peut attendre de bien belles choses de ces investissements dans l'AR", expliquait-il.On attend surtout beaucoup d'Apple ces prochaines années. Selon le journaliste de Bloomberg, Mark Goodman, généralement bien informé lorsqu'il est question de cette entreprise, Apple sortira l'an prochain déjà des lunettes AR, qui pourront être synchronisées avec l'iPhone. Facebook mise aussi pleinement sur les lunettes AR que sa filiale Oculus est en train de mettre au point.La semaine dernière, le fabricant de puces Qualcomm et le développeur de Pokémon Go, Niantic, annonçaient qu'ils allaient collaborer sur la technologie et sur les applications des lunettes AR. "On s'attend à ce que la combinaison hardware et software se traduise par la grande percée de l'AR", a déjà fait observer dans Data News le CTO d'iCaps, Wouter Martens. Huit ans après la débâcle des Google Glass et malgré les ventes décevantes de Magic Leap, peut-être allons-nous donc bientôt pouvoir passer le monde en revue à travers des lunettes... AR.