Même s'il fête ses dix ans d'existence, Windows 7 est encore et toujours le deuxième système d'exploitation Windows le plus utilisé. Il vient du reste de se faire tout récemment détrôner de la première place par Windows 10. Beaucoup d'utilisateurs le font encore tourner, parce qu'ils ne ressentent pas encore la nécessité d'une mise à niveau ou parce que le département IT de leur entreprise n'y est pas encore préparé. D'ici un an, il faudra cependant puiser dans son portefeuille, si on veut encore disposer d'un support de la part de Microsoft.

Le fait que Windows 7 est encore et toujours installé sur 42,8 pour cent des PC Windows, est dû à plusieurs facteurs. Windows Vista avait été considéré par beaucoup comme une affreuse expérience d'exploitation de l'ordinateur, ce qui fait que les utilisateurs 'sautèrent' en masse cette version pour migrer directement de Windows XP vers Windows 7. Son successeur, Windows 8, fut de nouveau ressenti comme une rénovation radicale misant particulièrement nettement sur l'écran tactile, ce qui fit un flop de cette version.

La version actuelle, Windows 10, a certes arrondi les angles les plus aigus, mais ce système est quelque peu tourmenté par des publicités intégrées et un assistant vocal un peu trop invasif. A partir de Windows 10, Microsoft interrompt du reste les 'versions' typiques. Le système est complété en continu et reçoit de nouvelles fonctions par le truchement de vastes mises à jour, souvent aux effets imprévisibles.

Il n'est donc que logique que pas mal d'utilisateurs restent fidèles à Windows 7. Le problème, c'est qu'ils n'ont plus guère le choix. Le support général de Windows 7 avait cessé en 2015 déjà, mais les mises à jour sécuritaires gratuites se poursuivront jusqu'au 14 janvier 2020. Ensuite, les utilisateurs pourront pendant trois ans encore verser un montant qui augmentera du reste d'année en année, pour continuer de recevoir ces mises à jour sécuritaires.