Quibi était un service de diffusion vidéo professionnel, qui se focalisait exclusivement sur du contenu mobile. L'entreprise était spécialisée dans les vidéos brèves filmées et traitées en mode tant paysage que portrait. Avec Jeffrey Katzenberg, co-fondateur de Dreamworks, et Meg Whitman, ex-directrice de HP et d'eBay, l'entreprise disposait pourtant à son bord de deux personnalités expérimentées.

Qu'à cela ne tienne! A peine six mois après la création, début avril, Whitman et Katzenberg annoncent dans une lettre ouverte qu'ils arrêtent les frais. 'C'est le coeur lourd que nous annonçons que nous allons stopper l'entreprise et en revendre le contenu et les composantes technologiques', peut-on y lire.

Le duo évoque deux causes possibles: primo, l'idée d'un service vidéo à part n'était pas suffisamment solide ou, secundo, le timing n'était pas bon. Quibi a été en effet lancée en plein milieu de la propagation mondiale du corona. Cela signifie que beaucoup de gens se retrouvèrent chez eux, alors que le service vidéo s'adressait surtout aux utilisateurs mobiles.

Mais il est possible que le prix ait aussi joué un rôle. Le service était disponible aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne et revenait à 4,99 dollars par mois avec la publicité ou à 7,99 dollars sans les réclames. Et ce, alors qu'en payant un peu plus, il est possible de s'abonner à des services de diffusion généraux, qui peuvent être visionnés aussi sur des écrans mobiles et qui proposent dans certains cas une gamme nettement plus étoffée.

De plus, il existe pas mal d'alternatives gratuites telles YouTube. Ciblant spécifiquement le mobile, citons encore TikTok ou les 'stories' d'Instagram ou de Snapchat.

Quibi avait suscité pas mal d'intérêt avec 1,7 million de téléchargements de l'appli durant la première semaine. Mais l'entreprise ne révèle pas combien d'entre eux se sont transformés en utilisateurs payants au terme de la période d'essai. Il semble à présent qu'il y en ait eu trop peu que pour poursuivre.

En tout, les fondateurs ont récolté 1,75 milliard de dollars. Une partie de cet argent sera reversé aux actionnaires. Les séries et les composantes technologiques de l'entreprise seront revendues au cours des prochains mois.

Quibi était un service de diffusion vidéo professionnel, qui se focalisait exclusivement sur du contenu mobile. L'entreprise était spécialisée dans les vidéos brèves filmées et traitées en mode tant paysage que portrait. Avec Jeffrey Katzenberg, co-fondateur de Dreamworks, et Meg Whitman, ex-directrice de HP et d'eBay, l'entreprise disposait pourtant à son bord de deux personnalités expérimentées.Qu'à cela ne tienne! A peine six mois après la création, début avril, Whitman et Katzenberg annoncent dans une lettre ouverte qu'ils arrêtent les frais. 'C'est le coeur lourd que nous annonçons que nous allons stopper l'entreprise et en revendre le contenu et les composantes technologiques', peut-on y lire.Le duo évoque deux causes possibles: primo, l'idée d'un service vidéo à part n'était pas suffisamment solide ou, secundo, le timing n'était pas bon. Quibi a été en effet lancée en plein milieu de la propagation mondiale du corona. Cela signifie que beaucoup de gens se retrouvèrent chez eux, alors que le service vidéo s'adressait surtout aux utilisateurs mobiles.Mais il est possible que le prix ait aussi joué un rôle. Le service était disponible aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne et revenait à 4,99 dollars par mois avec la publicité ou à 7,99 dollars sans les réclames. Et ce, alors qu'en payant un peu plus, il est possible de s'abonner à des services de diffusion généraux, qui peuvent être visionnés aussi sur des écrans mobiles et qui proposent dans certains cas une gamme nettement plus étoffée.De plus, il existe pas mal d'alternatives gratuites telles YouTube. Ciblant spécifiquement le mobile, citons encore TikTok ou les 'stories' d'Instagram ou de Snapchat.Quibi avait suscité pas mal d'intérêt avec 1,7 million de téléchargements de l'appli durant la première semaine. Mais l'entreprise ne révèle pas combien d'entre eux se sont transformés en utilisateurs payants au terme de la période d'essai. Il semble à présent qu'il y en ait eu trop peu que pour poursuivre.En tout, les fondateurs ont récolté 1,75 milliard de dollars. Une partie de cet argent sera reversé aux actionnaires. Les séries et les composantes technologiques de l'entreprise seront revendues au cours des prochains mois.