Peu de jeunes pousses osent lancer leur premier produit au beau milieu d'une pandémie, mais Quibi semble penser, elle, pouvoir s'attirer des clients, ne serait-ce que parce que beaucoup de gens n'ont pour le moment rien de mieux à faire. Quibi est donc une plate-forme de streaming, mais qui ne fonctionne que sur des appareils mobiles. Dans ce sens, elle entend devenir une sorte de rival pour Netflix, Hulu et Disney+, mais qui se focalise sur des vidéos assez courtes.

L'entreprise Quibi est dirigée par Jeffrey Katzenberg, ex-président du studio de cinéma Dreamworks, et par Meg Whitman, surtout connue pour avoir été la CEO de HP. Cela fait plus de deux maintenant qu'elle a quitté le géant technologique pour se lancer sur ce nouveau projet. L'entreprise, qui veut orienter Hollywood vers l'écran mobile plus petit, a récolté durant sa période de démarrage 1,75 milliard de dollars, notamment auprès de banques et de grands studios TV tels Metro Goldwyn Mayer, Walt Disney, NBCUniversal, 21st Century Fox, Sony, Lionsgate, ITV, Viacom et Warner Media. Liberty Global, à savoir l'actionnaire de Telenet, et la firme chinoise Alibaba sont aussi de la partie. Des acteurs en vue donc, qui espèrent tous que Quibi pourra trouver sa place sur le marché.

Petit mais costaud

L'entreprise dispose déjà d'un concept (relativement) nouveau. Les shows sur Quibi durent dix minutes maximum. Les films sur la plate-forme sont subdivisés en petits segments. Une appli pour gens pressés donc, qui existait déjà chez Vine ou Tiktok. Ce qui est nouveau, c'est que ces vidéos ne sont pas réalisées par le grand public, mais par des stars d'Hollywood telles Idris Elba, Steven Spielberg, Chrissy Teigen et Jennifer Lopez. Quant aux packs d'actualité, ils sont le résultat d'une collaboration avec des chaînes d'infos comme NBC, BBC et la station de sports américaine ESPN.

La fonction Turnstile, Quibi
La fonction Turnstile © Quibi

L'important ici, c'est que les shows sont conçus vraiment pour la plate-forme mobile. Grâce à une fonction appelée Turnstile, l'utilisateur peut visionner chaque show en mode tant paysage que portrait. Quelques shows requièrent aussi de l'utilisateur qu'il change son mode de visionnement à mi-chemin, afin qu'il puisse voir une scène sous une autre perspective. Ce qui ne manque pas d'étonner, c'est le montant financier qui a été injecté dans ce nouveau service de streaming, ce qui permet de produire du contenu de haute qualité dès le début. Le temps nous dira si cela sera suffisant pour s'attirer un public et le garder.

Le service revient à 5 dollars par mois et à 8 dollars pour la version sans publicité. L'entreprise a déclaré qu'elle le déploiera graduellement dans d'autres pays, mais il semble déjà introduit en Grande-Bretagne, et on le retrouve dans le Play Store en Belgique, y compris une période d'essai transformée automatiquement en un abonnement au bout de 90 jours.

., EB
. © EB
Peu de jeunes pousses osent lancer leur premier produit au beau milieu d'une pandémie, mais Quibi semble penser, elle, pouvoir s'attirer des clients, ne serait-ce que parce que beaucoup de gens n'ont pour le moment rien de mieux à faire. Quibi est donc une plate-forme de streaming, mais qui ne fonctionne que sur des appareils mobiles. Dans ce sens, elle entend devenir une sorte de rival pour Netflix, Hulu et Disney+, mais qui se focalise sur des vidéos assez courtes.L'entreprise Quibi est dirigée par Jeffrey Katzenberg, ex-président du studio de cinéma Dreamworks, et par Meg Whitman, surtout connue pour avoir été la CEO de HP. Cela fait plus de deux maintenant qu'elle a quitté le géant technologique pour se lancer sur ce nouveau projet. L'entreprise, qui veut orienter Hollywood vers l'écran mobile plus petit, a récolté durant sa période de démarrage 1,75 milliard de dollars, notamment auprès de banques et de grands studios TV tels Metro Goldwyn Mayer, Walt Disney, NBCUniversal, 21st Century Fox, Sony, Lionsgate, ITV, Viacom et Warner Media. Liberty Global, à savoir l'actionnaire de Telenet, et la firme chinoise Alibaba sont aussi de la partie. Des acteurs en vue donc, qui espèrent tous que Quibi pourra trouver sa place sur le marché.Petit mais costaudL'entreprise dispose déjà d'un concept (relativement) nouveau. Les shows sur Quibi durent dix minutes maximum. Les films sur la plate-forme sont subdivisés en petits segments. Une appli pour gens pressés donc, qui existait déjà chez Vine ou Tiktok. Ce qui est nouveau, c'est que ces vidéos ne sont pas réalisées par le grand public, mais par des stars d'Hollywood telles Idris Elba, Steven Spielberg, Chrissy Teigen et Jennifer Lopez. Quant aux packs d'actualité, ils sont le résultat d'une collaboration avec des chaînes d'infos comme NBC, BBC et la station de sports américaine ESPN.L'important ici, c'est que les shows sont conçus vraiment pour la plate-forme mobile. Grâce à une fonction appelée Turnstile, l'utilisateur peut visionner chaque show en mode tant paysage que portrait. Quelques shows requièrent aussi de l'utilisateur qu'il change son mode de visionnement à mi-chemin, afin qu'il puisse voir une scène sous une autre perspective. Ce qui ne manque pas d'étonner, c'est le montant financier qui a été injecté dans ce nouveau service de streaming, ce qui permet de produire du contenu de haute qualité dès le début. Le temps nous dira si cela sera suffisant pour s'attirer un public et le garder.Le service revient à 5 dollars par mois et à 8 dollars pour la version sans publicité. L'entreprise a déclaré qu'elle le déploiera graduellement dans d'autres pays, mais il semble déjà introduit en Grande-Bretagne, et on le retrouve dans le Play Store en Belgique, y compris une période d'essai transformée automatiquement en un abonnement au bout de 90 jours.