Ces règles auraient pour but de garantir aux citoyens de l'UE des droits parfaitement clairs à propos de l'utilisation des données obtenues au moyen de la reconnaissance faciale. De plus, les citoyens auraient le droit de savoir quand et dans quel but ces données seraient utilisées.

L'initiative de la Commission européenne fait suite aux dévoilements et à l'émoi causé par l'utilisation largement répandue et non réglementée de la reconnaissance faciale dans des centres commerciaux britanniques par exemple, qui débouchèrent la semaine dernière sur une enquête de la part du contrôleur britannique de la protection des données.

Une nouvelle loi de l'UE ciblant l'utilisation "effrénée" de la technologie impacterait, selon toute attente, la façon dont des entreprises, des services de police ou des autorités en matière de sécurité peuvent recourir à la reconnaissance faciale pour contrôler des espaces publics, selon le FT.

Le souhait d'introduire une réglementation s'inscrit dans un projet plus large veillant à ce que l'intelligence artificielle soit utilisée de manière éthique en Europe. La Commission européenne avait l'année dernière créé un groupe d'experts, qui avait en avril élaboré sept exigences pour l'AI éthique. L'une d'elles est l'importance du respect de la vie privée: tout un chacun doit pouvoir disposer du contrôle complet de ses données personnelles. De plus, ces données ne peuvent être utilisées pour nuire à des personnes ou les discriminer.