Voilà ce qu'a annoncé Electronic Arts (EA) lors de la présentation de ses résultats trimestriels. C'est à EA qu'on doit notamment le jeu de football Fifa, durant lequel les joueurs peuvent collecter des cartes numériques en vue de composer des équipes. Selon Andrew Wilson, le directeur d'EA, les joueurs considèrent ce jeu comme convenant parfaitement aux NFT. 'Les joueurs veulent davantage de fonctions qui vont au-delà du jeu de foot à onze contre onze', expliqua-t-il lors de la présentation. 'Ils aspirent à des expériences numériques en dehors du jeu, comme les e-sports, les NFT et une dépense sportive plus large.' Et d'ajouter cependant qu'il est encore très tôt pour les NFT.

La technologie des NFT (jetons non fongibles) émane de celle, plus ample, de la chaîne de blocs. Les NFT sont en principe des certificats numériques qui offrent une 'propriété' aux fichiers numériques. Comme le jeton, tout comme les crypto-monnaies, est conservé sur une chaîne de blocs, il se voit attribuer une certaine unicité. C'est un système qui s'impose notamment dans le monde de l'art, mais qui est suivi de près aussi par les éditeurs de jeux vidéo, précisément parce qu'il permet aux développeurs d'intégrer un contenu numérique 'unique' dans leurs jeux.

L'idée est cependant aussi controversée. Les NFT sont non seulement associés à une utilisation énergétique inutile et à de la fraude, mais pour les jeux, ils pourraient aussi donner un avantage déloyal en cas de payement suffisant. C'est là une des raisons pour lesquelles la plate-forme de jeux Steam par exemple n'autorise pas les jeux à chaîne de blocs. Mais en fin de compte, il s'agit également d'une nouvelle source de rentrées potentielle. Surtout dans un jeu tel Fifa, qui rapporte actuellement beaucoup avec ses micro-transactions et dans notre pays ses loot boxes interdites. L'idée d'y ajouter des fichiers, qui pourraient voir leur valeur croître au fil du temps, paraît en tout cas assurément intéressante pour EA.

Outre dans les jeux et l'art, les NFT sont en train de percer aussi dans d'autres secteurs ou y sont à tout le moins envisagés. C'est ainsi que cette semaine, Hybe, le groupe de loisirs coréen à l'initiative du boys band populaire BTS notamment, a annoncé qu'il allait investir dans les NFT. L'entreprise emboîte ainsi le pas à d'autres firmes de loisirs coréennes telles JYP, YG et SM, qui avaient l'année dernière déjà investi dans diverses crypto-monnaies et plates-formes de chaînes de blocs.

Voilà ce qu'a annoncé Electronic Arts (EA) lors de la présentation de ses résultats trimestriels. C'est à EA qu'on doit notamment le jeu de football Fifa, durant lequel les joueurs peuvent collecter des cartes numériques en vue de composer des équipes. Selon Andrew Wilson, le directeur d'EA, les joueurs considèrent ce jeu comme convenant parfaitement aux NFT. 'Les joueurs veulent davantage de fonctions qui vont au-delà du jeu de foot à onze contre onze', expliqua-t-il lors de la présentation. 'Ils aspirent à des expériences numériques en dehors du jeu, comme les e-sports, les NFT et une dépense sportive plus large.' Et d'ajouter cependant qu'il est encore très tôt pour les NFT.La technologie des NFT (jetons non fongibles) émane de celle, plus ample, de la chaîne de blocs. Les NFT sont en principe des certificats numériques qui offrent une 'propriété' aux fichiers numériques. Comme le jeton, tout comme les crypto-monnaies, est conservé sur une chaîne de blocs, il se voit attribuer une certaine unicité. C'est un système qui s'impose notamment dans le monde de l'art, mais qui est suivi de près aussi par les éditeurs de jeux vidéo, précisément parce qu'il permet aux développeurs d'intégrer un contenu numérique 'unique' dans leurs jeux.L'idée est cependant aussi controversée. Les NFT sont non seulement associés à une utilisation énergétique inutile et à de la fraude, mais pour les jeux, ils pourraient aussi donner un avantage déloyal en cas de payement suffisant. C'est là une des raisons pour lesquelles la plate-forme de jeux Steam par exemple n'autorise pas les jeux à chaîne de blocs. Mais en fin de compte, il s'agit également d'une nouvelle source de rentrées potentielle. Surtout dans un jeu tel Fifa, qui rapporte actuellement beaucoup avec ses micro-transactions et dans notre pays ses loot boxes interdites. L'idée d'y ajouter des fichiers, qui pourraient voir leur valeur croître au fil du temps, paraît en tout cas assurément intéressante pour EA.Outre dans les jeux et l'art, les NFT sont en train de percer aussi dans d'autres secteurs ou y sont à tout le moins envisagés. C'est ainsi que cette semaine, Hybe, le groupe de loisirs coréen à l'initiative du boys band populaire BTS notamment, a annoncé qu'il allait investir dans les NFT. L'entreprise emboîte ainsi le pas à d'autres firmes de loisirs coréennes telles JYP, YG et SM, qui avaient l'année dernière déjà investi dans diverses crypto-monnaies et plates-formes de chaînes de blocs.