La pénurie mondiale de semi-conducteurs a perturbé la production dans différents secteurs, ce qui a provoqué par exemple l'arrêt temporaire d'usines automobiles et une diminution de l'offre d'appareils électriques, tels des ordinateurs.

Selon Gelsinger, qui assume la direction d'Intel depuis le mois de février, il faudra encore quelques années, avant que les puces puissent être produites et livrées à pleine capacité. Notamment, parce que la demande explosive met la pression sur l'acheminement des matériaux et de l'équipement. L'entreprise américaine avait précédemment déjà dévoilé qu'elle allait investir dans deux nouvelles usines en Arizona. 'Mais il faudra au moins deux ans pour accroître la capacité, ce qui est toujours le cas avec de nouvelles fabriques', affirme Gelsinger.

Contrecoups

Intel fut pendant longtemps l'incontestable numéro un du marché des processeurs pour PC, mais l'entreprise a récemment été mise sous pression. Elle dut faire face à des contrecoups lors de l'introduction des nouvelles puces de 7 nanomètres plus efficientes. Selon Intel, les problèmes sont à présent résolus. Un autre point important, c'est qu'Apple utilise actuellement pour les ordinateurs Mac des processeurs au silicium auto-développés et donc plus les puces d'Intel.

Au premier trimestre de cette année, Intel a enregistré un chiffre d'affaires de 19,7 milliards de dollars, en recul d'un pour cent par rapport à il y a un an. Son bénéfice, lui, a régressé de 41 pour cent à 3,4 milliards de dollars. Ce résultat en baisse est dû entre autres à une affaire juridique coûteuse intentée par Intel. Pour 2021, l'entreprise a toutefois revu ses prévisions à la hausse.

La pénurie mondiale de semi-conducteurs a perturbé la production dans différents secteurs, ce qui a provoqué par exemple l'arrêt temporaire d'usines automobiles et une diminution de l'offre d'appareils électriques, tels des ordinateurs.Selon Gelsinger, qui assume la direction d'Intel depuis le mois de février, il faudra encore quelques années, avant que les puces puissent être produites et livrées à pleine capacité. Notamment, parce que la demande explosive met la pression sur l'acheminement des matériaux et de l'équipement. L'entreprise américaine avait précédemment déjà dévoilé qu'elle allait investir dans deux nouvelles usines en Arizona. 'Mais il faudra au moins deux ans pour accroître la capacité, ce qui est toujours le cas avec de nouvelles fabriques', affirme Gelsinger.Intel fut pendant longtemps l'incontestable numéro un du marché des processeurs pour PC, mais l'entreprise a récemment été mise sous pression. Elle dut faire face à des contrecoups lors de l'introduction des nouvelles puces de 7 nanomètres plus efficientes. Selon Intel, les problèmes sont à présent résolus. Un autre point important, c'est qu'Apple utilise actuellement pour les ordinateurs Mac des processeurs au silicium auto-développés et donc plus les puces d'Intel.Au premier trimestre de cette année, Intel a enregistré un chiffre d'affaires de 19,7 milliards de dollars, en recul d'un pour cent par rapport à il y a un an. Son bénéfice, lui, a régressé de 41 pour cent à 3,4 milliards de dollars. Ce résultat en baisse est dû entre autres à une affaire juridique coûteuse intentée par Intel. Pour 2021, l'entreprise a toutefois revu ses prévisions à la hausse.