Dans un communiqué, Google évoque les restrictions en matière de déplacements, ainsi que les protocoles à respecter, ce qui a incité l'entreprise à ne pas occuper un stand à MWC cette année. Elle insiste cependant sur sa collaboration avec GSMA, l'association sectorielle qui organise MWC, et espère pouvoir répondre présent l'année prochaine.

Google est le énième grand nom à renoncer au Mobile Congress. MWC avait annoncé en septembre dernier qu'elle postposerait son édition de 2021 à fin juin. Le mois passé, l'organisation a reconfirmé cette intention en précisant qu'elle ciblait 40.000 à 50.000 participants. C'est certes beaucoup, mais bien moins que les 110.000 visiteurs de 2019.

MWC n'exige pas de preuve de vaccination, mais souhaite que les personnes soient suffisamment testées, ce qui suscite des critiques. Certains craignent que MWC puisse devenir un foyer de nouvelles contaminations du fait que les visiteurs restent quelques jours à Barcelone avant de rentrer dans leur pays d'origine.

L'organisateur GSMA n'a pas encore réagi à l'absence des grands noms susmentionnés. Etant donné les imposants budgets consacrés à la tenue du MWC, il semble plausible que GSMA vise aussi longtemps que possible un événement physique. Car tout un chacun qui est impliqué dans l'organisation, en ce compris la ville de Barcelone et le secteur horeca local, a tout intérêt à ce que le salon puisse avoir lieu. Le fait que des firmes réputées telles Ericsson, Nokia et Google y renoncent, indique cependant que le secteur technologique n'est pas sur la même longueur d'ondes que l'organisation du salon.

Tel fut le cas l'année dernière aussi. Quasiment chaque grande société avait en janvier et en février déjà décliné le déplacement à Barcelone en raison de la propagation du coronavirus. Ce n'est qu'à la mi-février, soit deux semaines avant la date de l'événement, qu'une annulation avait été décidée.

Dans un communiqué, Google évoque les restrictions en matière de déplacements, ainsi que les protocoles à respecter, ce qui a incité l'entreprise à ne pas occuper un stand à MWC cette année. Elle insiste cependant sur sa collaboration avec GSMA, l'association sectorielle qui organise MWC, et espère pouvoir répondre présent l'année prochaine.Google est le énième grand nom à renoncer au Mobile Congress. MWC avait annoncé en septembre dernier qu'elle postposerait son édition de 2021 à fin juin. Le mois passé, l'organisation a reconfirmé cette intention en précisant qu'elle ciblait 40.000 à 50.000 participants. C'est certes beaucoup, mais bien moins que les 110.000 visiteurs de 2019.MWC n'exige pas de preuve de vaccination, mais souhaite que les personnes soient suffisamment testées, ce qui suscite des critiques. Certains craignent que MWC puisse devenir un foyer de nouvelles contaminations du fait que les visiteurs restent quelques jours à Barcelone avant de rentrer dans leur pays d'origine.L'organisateur GSMA n'a pas encore réagi à l'absence des grands noms susmentionnés. Etant donné les imposants budgets consacrés à la tenue du MWC, il semble plausible que GSMA vise aussi longtemps que possible un événement physique. Car tout un chacun qui est impliqué dans l'organisation, en ce compris la ville de Barcelone et le secteur horeca local, a tout intérêt à ce que le salon puisse avoir lieu. Le fait que des firmes réputées telles Ericsson, Nokia et Google y renoncent, indique cependant que le secteur technologique n'est pas sur la même longueur d'ondes que l'organisation du salon.Tel fut le cas l'année dernière aussi. Quasiment chaque grande société avait en janvier et en février déjà décliné le déplacement à Barcelone en raison de la propagation du coronavirus. Ce n'est qu'à la mi-février, soit deux semaines avant la date de l'événement, qu'une annulation avait été décidée.