Voilà ce que révèle l'agence de presse Reuters. Cinq collaborateurs de la Commission européenne ont reçu fin de l'année dernière un avertissement de la part d'Apple à propos d'un possible piratage de leur iPhone, selon Reuters. Parmi eux, on trouve Didier Reynders (MR), qui est depuis 2019 commissaire européen à la Justice. Les quatre autres fonctionnaires européens n'ont pas été nommément cités.

Depuis l'an passé, Apple prévient ses utilisateurs si leur appareil est ciblé par des attaques sophistiquées, telles une infection par un espiogiciel sophistiqué. L'entreprise a pris cette décision, après qu'on ait appris que plusieurs gouvernements utilisent des outils d'espionnage comme Pegasus de la firme israélienne NSO, afin d'espionner des diplomate, activistes des droits de l'homme et fonctionnaires publics. Fin 2021, on avait ainsi appris que les téléphones de ministres français avaient été piratés, de même que ceux de collaborateurs des autorités américaines.

Mais la Commission européenne figurerait également au nombre des victimes potentielles, selon l'agence de presse Reuters sur la base de mails d'avertissement qu'elle a pu visionner. Les cinq fonctionnaires concernés auraient été ciblés entre février et septembre 2021. On ignore du reste si ces attaques ont réussi et qui en était à l'origine.

Les agresseurs auraient utilisé l'outil ForcedEntry avec lequel les iPhone peuvent être contrôlés à distance. ForcedEntry est produit par NSO Group, même s'il existe sur le marché un outil similaire d'une autre firme israélienne, QuaDream. Dans une réaction à Reuters, NSO déclare n'avoir rien avoir affaire avec cette attaque.

Voilà ce que révèle l'agence de presse Reuters. Cinq collaborateurs de la Commission européenne ont reçu fin de l'année dernière un avertissement de la part d'Apple à propos d'un possible piratage de leur iPhone, selon Reuters. Parmi eux, on trouve Didier Reynders (MR), qui est depuis 2019 commissaire européen à la Justice. Les quatre autres fonctionnaires européens n'ont pas été nommément cités.Depuis l'an passé, Apple prévient ses utilisateurs si leur appareil est ciblé par des attaques sophistiquées, telles une infection par un espiogiciel sophistiqué. L'entreprise a pris cette décision, après qu'on ait appris que plusieurs gouvernements utilisent des outils d'espionnage comme Pegasus de la firme israélienne NSO, afin d'espionner des diplomate, activistes des droits de l'homme et fonctionnaires publics. Fin 2021, on avait ainsi appris que les téléphones de ministres français avaient été piratés, de même que ceux de collaborateurs des autorités américaines.Mais la Commission européenne figurerait également au nombre des victimes potentielles, selon l'agence de presse Reuters sur la base de mails d'avertissement qu'elle a pu visionner. Les cinq fonctionnaires concernés auraient été ciblés entre février et septembre 2021. On ignore du reste si ces attaques ont réussi et qui en était à l'origine.Les agresseurs auraient utilisé l'outil ForcedEntry avec lequel les iPhone peuvent être contrôlés à distance. ForcedEntry est produit par NSO Group, même s'il existe sur le marché un outil similaire d'une autre firme israélienne, QuaDream. Dans une réaction à Reuters, NSO déclare n'avoir rien avoir affaire avec cette attaque.