Il y a de fortes chances pour que vous n'ayez jamais entendu parler de Dense Air. L'entreprise a en janvier de l'année dernière racheté Voyacom, avant de la rebaptiser Dense Air Belgium (DAB), qui opère depuis lors sans trop se faire remarquer. Mais aujourd'hui, elle est prête à proposer des services 4G - et ultérieurement si possible aussi 5G - dans notre pays et ce, via le spectre situé dans la bande comprise entre 2.575 et 2.620 MHz. Elle a obtenu cette licence en rachetant Voyacom, conjointement avec le groupe télécom chinois Datang. Si vous avez du mal à suivre, sachez qu'il s'agit de la quatrième licence 4G, qui avait été mise aux enchères en novembre 2011 déjà. L'entreprise télécom chinoise versa à l'époque (via BUCD) 22,5 millions d'euros en tout pour ce bloc de 45 MHz: une licence qui est encore valable jusqu'au 1er juillet 2027. Datang voulait déployer la variante TDD-LTE chinoise de la 4G dans notre pays, mais ce fut loin d'être évident.
...

Il y a de fortes chances pour que vous n'ayez jamais entendu parler de Dense Air. L'entreprise a en janvier de l'année dernière racheté Voyacom, avant de la rebaptiser Dense Air Belgium (DAB), qui opère depuis lors sans trop se faire remarquer. Mais aujourd'hui, elle est prête à proposer des services 4G - et ultérieurement si possible aussi 5G - dans notre pays et ce, via le spectre situé dans la bande comprise entre 2.575 et 2.620 MHz. Elle a obtenu cette licence en rachetant Voyacom, conjointement avec le groupe télécom chinois Datang. Si vous avez du mal à suivre, sachez qu'il s'agit de la quatrième licence 4G, qui avait été mise aux enchères en novembre 2011 déjà. L'entreprise télécom chinoise versa à l'époque (via BUCD) 22,5 millions d'euros en tout pour ce bloc de 45 MHz: une licence qui est encore valable jusqu'au 1er juillet 2027. Datang voulait déployer la variante TDD-LTE chinoise de la 4G dans notre pays, mais ce fut loin d'être évident.'Small cells wholesale network operator'"Le modèle de Voyacom, nous l'avons entièrement balancé par-dessus bord. Nous nous positionnons en tant que 'small cells wholesale network operator'", explique Eric Smekens, country manager de Dense Air Belgium, à Data News. "Oui, nous ambitionnons à coup sûr le rôle de quatrième opérateur mobile, mais avec la remarque importante que nous ne nous adresserons pas directement aux clients finaux. Nous appliquerons un modèle 'wholesale', selon lequel nous ne concurrencerons pas les opérateurs de réseaux mobiles: au contraire, ils seront nos clients ou partenaires", affirme Smekens. L'entreprise misera pour cela sur la technologie 'small cells': un équipement qui - en gros - renforcera le signal mobile. Cette technologie convient surtout pour amplifier le débit des données mobiles à l'intérieur des bâtiments.De la 4G à la 5G"Notre modèle repose à présent sur la 4G, mais pourra ensuite à coup sûr évoluer vers la 5G", ajoute Smekens. "Nous avons présenté notre modèle à l'IBPT (le contrôleur télécom, ndlr) et au cabinet du ministre compétent. Nous avons indiqué aussi clairement que nous serons un candidat intéressé par le spectre 5G, à condition que le prix fixé soit raisonnable. Notre groupe est certes prêt à puiser dans son portefeuille, mais sans vouloir payer des prix fous comme ce fut le cas en Italie ou en Grande-Bretagne", prétend Smekens. En Italie, les opérateurs ont payé en tout plus de 6,5 milliards d'euros pour acquérir un fragment du spectre 5G. Et en Grande-Bretagne, les enchères ont rapporté 1,6 milliard d'euros dans les caisses de l'état.Smekens regrette l'impasse dans laquelle se trouve la 5G dans notre pays et se range derrière la proposition d'Agoria de mettre rapidement aux enchères le spectre 5G et de reporter à un autre moment la discussion sur la répartition des rentrées entre les régions: " Il existe à présent un intérêt d'une ampleur encore jamais vue auparavant de la part du monde ICT et des entreprises en vue de déployer la 5G et de développer des services (Cegeka notamment a récemment aussi montré son intérêt, ndlr). L'enthousiasme existe bel et bien pour lancer une vision claire de l'état des lieux. La première moitié de 2020 serait un bon timing, car cela donnerait à toutes les parties la possibilité de bien se préparer. J'espère qu'une solution sera trouvée d'ici trois semaines maximum."