Voilà ce qui ressort des labels qu'Apple attribue aux applis dans iOS et que vous pouvez consulter dans l'App Store. Apple a introduit ce système, il y a quelques mois, pour contraindre les développeurs à signaler aux utilisateurs combien de 'donnes les concernant' sont collectées par l'une ou l'autre appli. Précédemment déjà, ces labels montraient par exemple que le service de messagerie sensible à la confidentialité Signal ne collecte aucune donnée susceptible d'être liée à un utilisateur, alors que WhatsApp ou Facebook Messenger relient toute une série de données à l'utilisateur.

Depuis ce mois-ci, les labels pour nombre d'applis de Google sont également connus. Il en ressort que ces applis collectent tout particulièrement beaucoup de données. Cela a été dénoncé la semaine dernière par le moteur de recherche respectueux de la vie privée (et concurrent de Google) DuckDuckGo.

Navigateurs

Mais le navigateur Chrome ne sort pas non plus à son avantage au niveau des chiffres, si on le compare avec ses concurrents Safari et Firefox, sans parler de DuckDuckGon. Le problème réside dans le fait que Chrome tient non seulement à jour vos achats, emplacements et comportement de navigation, mais les lie à votre appareil. Ce que vous faites sur internet avec le navigateur Chrome, renvoie donc à votre personne. D'autres navigateurs tiennent moins à jour vos infos sensibles et lient nettement moins ces données à votre appareil ou à votre compte.

Le label de confidentialité de Firefox., EB
Le label de confidentialité de Firefox. © EB
Et celui de Chrome., EB
Et celui de Chrome. © EB

Par souci de clarté, il est question ici du navigateur. Pour des services tels Gmail et Google Docs, le géant technologique a depuis quelque temps déjà renoncé à utiliser ces données à des fins publicitaires. Mais votre comportement de navigation reste donc une importante source de rentrées pour Google. Tenez-en compte, si vous êtes soucieux du respect de votre vie privée.

Publicités vs confidentialité

Google se trouve évidemment dans une position spéciale. L'entreprise déclare prendre très au sérieux le respect de la vie privée en accordant entre autres une grande transparence à la collecte de données dans son système d'exploitation mobile et dans ses services. Mais à côté de cela, elle est aussi la plus grande plate-forme publicitaire au monde et c'est en cela qu'elle collecte beaucoup de données des utilisateurs.

Le projet de Google d'aborder le marché publicitaire en faisant la part plus belle à la confidentialité, ressemble en outre fortement à une façon de compliquer la vie des concurrents. Le système FLoC, par lequel les gens sont regroupés sur base de leurs centres d'intérêt, est appréciable jusqu'à ce qu'on remarque que Google veut exclure tous les systèmes de confidentialité concurrents de son navigateur. Ce projet a par conséquent récemment suscité des questions chez le contrôleur de cartels américain.

Voilà ce qui ressort des labels qu'Apple attribue aux applis dans iOS et que vous pouvez consulter dans l'App Store. Apple a introduit ce système, il y a quelques mois, pour contraindre les développeurs à signaler aux utilisateurs combien de 'donnes les concernant' sont collectées par l'une ou l'autre appli. Précédemment déjà, ces labels montraient par exemple que le service de messagerie sensible à la confidentialité Signal ne collecte aucune donnée susceptible d'être liée à un utilisateur, alors que WhatsApp ou Facebook Messenger relient toute une série de données à l'utilisateur.Depuis ce mois-ci, les labels pour nombre d'applis de Google sont également connus. Il en ressort que ces applis collectent tout particulièrement beaucoup de données. Cela a été dénoncé la semaine dernière par le moteur de recherche respectueux de la vie privée (et concurrent de Google) DuckDuckGo.Mais le navigateur Chrome ne sort pas non plus à son avantage au niveau des chiffres, si on le compare avec ses concurrents Safari et Firefox, sans parler de DuckDuckGon. Le problème réside dans le fait que Chrome tient non seulement à jour vos achats, emplacements et comportement de navigation, mais les lie à votre appareil. Ce que vous faites sur internet avec le navigateur Chrome, renvoie donc à votre personne. D'autres navigateurs tiennent moins à jour vos infos sensibles et lient nettement moins ces données à votre appareil ou à votre compte.Par souci de clarté, il est question ici du navigateur. Pour des services tels Gmail et Google Docs, le géant technologique a depuis quelque temps déjà renoncé à utiliser ces données à des fins publicitaires. Mais votre comportement de navigation reste donc une importante source de rentrées pour Google. Tenez-en compte, si vous êtes soucieux du respect de votre vie privée.Google se trouve évidemment dans une position spéciale. L'entreprise déclare prendre très au sérieux le respect de la vie privée en accordant entre autres une grande transparence à la collecte de données dans son système d'exploitation mobile et dans ses services. Mais à côté de cela, elle est aussi la plus grande plate-forme publicitaire au monde et c'est en cela qu'elle collecte beaucoup de données des utilisateurs.Le projet de Google d'aborder le marché publicitaire en faisant la part plus belle à la confidentialité, ressemble en outre fortement à une façon de compliquer la vie des concurrents. Le système FLoC, par lequel les gens sont regroupés sur base de leurs centres d'intérêt, est appréciable jusqu'à ce qu'on remarque que Google veut exclure tous les systèmes de confidentialité concurrents de son navigateur. Ce projet a par conséquent récemment suscité des questions chez le contrôleur de cartels américain.