Les promesses faites par Apple en vue de permettre aux applis de rencontres d'utiliser plusieurs systèmes de paiement ne sont en fin de compte pas suffisantes, selon l'Autoriteit Consument & Markt (ACM) néerlandaise. Précédemment, ce contrôleur s'était pourtant montré positif à l'égard des ajustements proposés par Apple, mais au terme d'un examen plus approfondi, l'ACM conclut à présent qu'Apple ne satisfait toujours pas aux règles européennes et néerlandaises.

L'ACM avait déjà infligé à Apple des amendes et des astreintes pour un montant total de 50 millions d'euros. A présent que l'effet désiré n'est pas atteint, le contrôleur prépare de nouvelles amendes. Il faudra attendre encore quelques semaines pour en connaître les détails.

L'affaire porte sur des applis de rencontres telles Tinder, Lexa et Bumble. Si des utilisateurs de ces applis souscrivent un abonnement par exemple, le paiement est traité par Apple. Or les auteurs de ces applis veulent que d'autres acteurs puissent également traiter les paiements dans le système d'exploitation mobile iOS d'Apple. Ils espèrent ainsi réduire leurs tarifs, étant donné qu'Apple demande une provision de 30 pour cent sur ces paiements.

La politique appliquée par Apple dans l'App Store est pointée du doigt dans de nombreux endroits. C'est ainsi par exemple que l'entreprise américaine Epic Games a précédemment déjà traîné Apple et Google en justice à propos de leur politique de paiement.

Les promesses faites par Apple en vue de permettre aux applis de rencontres d'utiliser plusieurs systèmes de paiement ne sont en fin de compte pas suffisantes, selon l'Autoriteit Consument & Markt (ACM) néerlandaise. Précédemment, ce contrôleur s'était pourtant montré positif à l'égard des ajustements proposés par Apple, mais au terme d'un examen plus approfondi, l'ACM conclut à présent qu'Apple ne satisfait toujours pas aux règles européennes et néerlandaises.L'ACM avait déjà infligé à Apple des amendes et des astreintes pour un montant total de 50 millions d'euros. A présent que l'effet désiré n'est pas atteint, le contrôleur prépare de nouvelles amendes. Il faudra attendre encore quelques semaines pour en connaître les détails.L'affaire porte sur des applis de rencontres telles Tinder, Lexa et Bumble. Si des utilisateurs de ces applis souscrivent un abonnement par exemple, le paiement est traité par Apple. Or les auteurs de ces applis veulent que d'autres acteurs puissent également traiter les paiements dans le système d'exploitation mobile iOS d'Apple. Ils espèrent ainsi réduire leurs tarifs, étant donné qu'Apple demande une provision de 30 pour cent sur ces paiements.La politique appliquée par Apple dans l'App Store est pointée du doigt dans de nombreux endroits. C'est ainsi par exemple que l'entreprise américaine Epic Games a précédemment déjà traîné Apple et Google en justice à propos de leur politique de paiement.