Uber trouve un arrangement dans le procès l’opposant à Waymo à propos du vol de secrets industriels

Uber s’est mise d’accord avec la filiale de Google, Waymo, qui se focalise sur la production de voitures autonomes. L’affaire concerne Anthony Levandowski, un ex-collaborateur de Waymo qui avait rejoint Uber en 2016. Ce faisant, il aurait dérobé des secrets industriels de Waymo.

Levandowski avait précédemment déjà reconnu le vol et avait été condamné en 2020 à une peine de prison d’un an et demi. Il ne fut en fin de compte pas emprisonné, après que l’ex-président américain Donald Trump le gracie. Cela n’empêcha pas Google d’introduire une plainte à l’encontre de Levandowski, qui doit lui rembourser une prime de 120 millions de dollars. Si on y ajoute les intérêts et les frais juridiques, le montant atteint même 180 millions de dollars. Levandowski a cependant fait aveu de faillite personnelle.

Conformément à l’arrangement qu’Uber a à présent trouvé avec Waymo, l’entreprise versera une partie substantielle des 120 millions de dollars dont Levandowski est toujours redevable. Il est aussi spécifié que Waymo exige encore 25 millions de dollars de la part de Levandowski. On ignore en fin de compte combien Uber versera exactement à Waymo.

Ce n’est pas la première fois qu’Uber doit ouvrir son portefeuille dans ce contexte juridique. Suite à un procès au civil intenté en 2018, la firme avait en effet déjà versé à Waymo un montant de 245 millions de dollars en actions.

En collaboration avec Dutch IT-channel.

Partner Content