Sanderink reprend la direction de Centric

Els Bellens

Le controversé millionnaire néerlandais Gerard Sanderink reprend la direction quotidienne de son entreprise IT Centric. C’est lui qui l’avait créée et dirigée jusqu’à ce qu’il connaisse des problèmes qui le forcèrent à faire un pas de côté il y a un an et demi.

La firme d’automatisation IT Centric fournit entre autres d’importants services aux pouvoirs publics néerlandais, mais elle doit affronter pas mal de remous en son sein depuis des années déjà. Cette situation est en grande partie due à la personnalité de son directeur, Gerard Sanderink. Cet entrepreneur fonda notamment Centric, mais est aussi propriétaire de l’entreprise de construction Strukton et du cabinet d’ingénierie Antea, mais il est peut-être surtout connu ces dernières années en raison d’un important litige l’ayant opposé à un inspecteur de police et à son ex-maîtresse Brigitte van Egten. Il quitta en effet cette dernière au profit de Rian van Rijbroek, une auto-proclamée cyber-experte et auteure d’ouvrages dénoncés par quasiment l’ensemble du secteur de la sécurité pour leur contenu fantaisiste et fallacieux.

Depuis que van Rijbroek est entrée dans la vie de Sanderink, ce dernier s’oppose à son ex-maîtresse et mènerait une longue campagne de diffamation à son encontre. Le tribunal lui a à plusieurs reprises donné tort, mais il a à chaque fois bafoué les jugements. Il règne aussi pas mal d’inquiétude dans ses entreprises. Selon les journaux néerlandais Tubantia et NRC, van Rijbroek aimait s’immiscer dans les prises de décision, ce qui provoqua le départ ou le limogeage d’une grande partie de la direction de Centric. En janvier de l’année dernière, Sanderink a lui-même pris du recul.

Le fait que Sanderink, en sa qualité de propriétaire, reprenne à présent les rênes de Centric, est dû, selon un communiqué, à de ‘récentes évolutions au sein de l’entreprise’, sans autre explication.

Ces derniers temps, la direction de l’entreprise IT était entre les mains de l’administrateur non-exécutif Louis Luijten. Ce dernier renonce à sa fonction avec effet immédiat et va quitter l’entreprise. Selon Centric, tout cela se passerait ‘en bonne harmonie’. Un autre administrateur non-exécutif s’en va lui aussi. A brève échéance, Sanderink veut constituer un nouveau conseil d’administration et élaborer une nouvelle stratégie pour son entreprise, selon Centric par voie de communiqué de presse. Des sources de NRC signalent que Sanderink envisagerait une réorganisation, parce que l’entreprise a perdu quelques clients ces dernières années. La Nederlandsche Bank, à savoir la banque centrale des Pays-Bas, notamment a décidé de ne pas prolonger son contrat d’automatisation avec Centric.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content