Forte baisse des investissements dans les entreprises du métavers

© Getty Images

Les entreprises spécialisées dans les applications métavers se voient attribuer de moins en moins d’argent par les capital-risqueurs, selon le cabinet d’études de marché CB Insights. Le recul est même qualifié de dramatique.

La vogue du métavers est passée, selon le cabinet new-yorkais CB Insights. De son enquête sur l’equity investment (de l’argent injecté dans des entreprises contre des actions, principalement donc par des capital-risqueurs) dans les entreprises spécialisées dans la technologie métavers, il apparaît que durant les six premiers mois de 2023, 10 millions de dollars (9 millions d’euros) seulement ont été injectés. A moins que désormais, une hausse spectaculaire ne soit enregistrée, le montant annuel investi sera nettement inférieur à celui de l’année dernière, lorsque le battage médiatique faisait encore rage et que les firmes actives dans le métavers avaient encore levé pas moins de 167 millions de dollars (151 millions d’euros).

Meta-fatigue!

‘La vogue semble passée’, conclut CB Insights dans sa lettre de nouvelles. Ces trois dernières années, la vogue semble s’être calmée aussi vite qu’elle ne s’était manifestée. Bien sûr, de nouveaux éléments tapageurs sont entre-temps apparus pour le secteur du capital-risque, comme l’IA: les investissements qui y ont été consentis jusqu’à présent, ont atteint quelque 5,4 milliards de dollars (4,9 milliards d’euros), selon CB Insights (même si une stagnation y a aussi été enregistrée).

Mais il y a déjà eu plusieurs autres indications, selon lesquelles le métavers n’a jamais été vraiment à la hauteur de sa vogue. Et notamment la nouvelle que Decentraland, la principale et plus pertinente plate-forme de métavers, devait se satisfaire d’une moyenne de quelque 38 utilisateurs actifs par jour. Et l’un des principaux flux de rentrées du produit-phare de Meta, Horizon Worlds, une espèce de programme de fidélité, n’a rapporté l’an dernier que 470 dollars (426 euros).

Pas un ‘réel’ métavers

Tout cela pourrait également être dû à l’interprétation plutôt étroite de l’idée du métavers, que Meta et l’auteur de Fortnite, Epic Games, avaient commencé à diffuser il y a quelques années. Lorsque le terme a été introduit pour la toute première fois par le capital-risqueur Mathew Ball et le rédacteur de Wired, Kevin Kelly, en 2019, il ciblait plutôt un futur dans lequel le métavers représentait une couche appliquée sur la réalité physique – plutôt une réalité mixte donc que les réalités virtuelles s’apparentant encore et toujours fortement à Second Life. L’important ici, toujours selon CB Insights, c’est que lors de l’introduction de son casque Vision Pro ciblant la réalité mixte, Apple n’a pas utilisé une seule fois le ‘terme M’.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content