Gartner : le métavers ne répond pas aux attentes

Le Meta Quest 3 © Meta

Gartner porte un regard critique sur l’essor du métavers : l’analyste évoque des attentes insatisfaites et une plus-value limitée.

Gartner a publié un rapport intitulé « Emerging Tech : Adopter Anti-patterns – Metaverse Use Cases Are Plagued by Low Adoption » auquel The Register a eu accès. L’entreprise s’y livre à une analyse objective des environnements virtuels et affirme que hormis dans le secteur du jeu, les applications de réalité virtuelle ne répondent pas aux attentes générales.

Par exemple, les réunions immersives ne sont pas encore assez intéressantes pour justifier l’expérience du métavers. Gartner reconnaît qu’une réunion virtuelle occasionnelle peut être amusante, mais ajoute que le procédé est généralement source de distraction et n’apporte que peu de valeur ajoutée. De plus, la qualité des avatars laisse à désirer et les expressions faciales reproduites sont souvent en décalage avec ses propres mouvements. Elles ne remplaceront donc pas les vidéoconférences « classiques ».

Pour en arriver à ces conclusions, Gartner a interrogé 52 acteurs du métavers – fournisseurs de services ou d’environnements virtuels – et 170 utilisateurs.

Selon l’analyste, les environnements virtuels attirent surtout les membres de la génération Z, c’est-à-dire les personnes nées entre 1996 et 2010. Mais même dans ce segment, ils sont loin de faire l’unanimité : 85% des personnes interrogées déclarent ne pas être intéressées par les marques du métavers et elles sont 43% à préférer rester à l’écart parce qu’ils ne comprennent pas le concept, selon leurs propres termes. Les « désagréments physiques » et les préoccupations des jeunes pour leur vie privée et la sécurité ne favorisent pas non plus l’adoption de la réalité virtuelle.

Beaucoup d’attention, peu de rendement

Si les conclusions de Gartner sont notables, elles ne constituent pas pour autant une grande surprise. Depuis que Facebook s’est rebaptisé Meta et a mis l’accent sur le métavers, les environnements virtuels attirent énormément l’attention. Mais en réalité, la percée des casques RV est très lente et leurs applications sont surtout utiles dans des environnements professionnels très spécifiques. Meta lui-même ne réalise pas encore de bénéfices sur ses activités virtuelles. Data News s’est également entretenu avec quelques experts l’année dernière. Et même les plus enthousiastes avaient reconnu qu’il était encore difficile de trouver des applications utiles et que l’écosystème n’était pas encore arrivé à maturité, loin de là.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Contenu partenaire