Il est devenu plus facile de refuser les cookies

. © Getty Images
Els Bellens

Voilà ce qu’a observé l’organisation de protection de la vie privée noyb lors d’une analyse d’écrans de cookies sur des sites web européens. Plus de la moitié d’entre eux a commencé à mieux suivre les directives ces dernières années.

A moins que vous n’ayez jeté l’éponge dès le début de la loi GDPR et accepté ainsi tous les mouchards (cookies), vous connaissez probablement bien ces sites qui ‘jugent votre confidentialité très importante’, mais qui vous font désactiver ensuite 25 curseurs (puis 30 de plus dans votre intérêt légitime), avant que puissiez continuer avec un minimum de cookies. Les choses sont entre-temps en train de changer quelques années après l’introduction des directives européennes sur la protection de la vie privée. Voilà ce qu’annonce l’organisation noyb sur base d’une enquête qu’elle a elle-même réalisée.

56 pour cent environ des sites ont au cours de cette dernière année et demie amélioré leurs écrans de cookies et ont par exemple arrêté d’utiliser des couleurs trompeuses pour les liens et des cases pré-cochées pour obtenir le résultat ‘recherché’, selon noyb. Pour son enquête, l’organisation a en mars 2021 scanné quelque 3.672 sites européens à la recherche de types d’écran de cookie qui compliquent surtout la vie des utilisateurs souhaitant poursuivre avec un minimum de mouchards. Le problème avec les ‘labyrinthes de clics’, c’est qu’ils enfreignent les directives sur la protection de la vie privée, toujours selon noyb. ‘Frustrer les gens de telle sorte qu’ils cliquent sur OK, est une violation flagrante des principes du GDPR’, avait affirmé l’organisation l’année dernière encore.

Vague de plaintes

A ce moment, noyb déposa aussi 700 plaintes contre des sites web dans toute l’Europe. A présent, une année et demie plus tard, l’organisation a effectué une nouvelle analyse et a constaté du progrès. Plus de la moitié des sites ont en effet amélioré leurs écrans de cookies, dans de nombreux cas même sans avoir reçu au préalable un courriel de la part de noyb. Alors qu’en 2021, 82% des écrans de cookies n’avaient pas d’option pour dire simplement ‘non à tout’, 41% des sites web scannés avaient bien introduit un tel bouton en octobre 2022. Le nombre total de cookies paramétrés a également diminué de dix pour cent, selon noyb.

L’organisation de protection de la vie privée, par la voix de son fondateur Max Schrems, revendique en grande partie les progrès enregistrés. ‘La vague de plaintes a eu un grand impact préventif’, déclare Schrems dans un communiqué paru sur le site de noyb. ‘Les entreprises nous disent avoir adapté leur comportement en matière d’écrans de cookies, après avoir entendu parler de la vague de plaintes et ce, même si certaines n’étaient pas concernées par cette dernière.’

Noyb est une organisation de protection de la vie privée qui recourt surtout à la voie judiciaire. Cette association et son responsable Max Schrems ont par exemple déposé dans plusieurs pays européens des plaintes contre des géants technologiques comme Google et Facebook/Meta pour non-respect de la lettre de la loi européenne. Les plaintes de Schrems ont notamment fait en sorte que des traités sur les données conclus entre les Etats-Unis et l’Europe soient supprimés, parce qu’ils n’offraient pas une protection suffisante de la vie privée des citoyens européens.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content