Les cookies (mouchards) permettent d'identifier et de suivre les internautes, afin que les annonceurs puissent leur soumettre des publicités ciblées sur base de leur comportement de navigation. Selon Schrems, les bannières légalement obligatoires en vue d'ajuster les paramètres des cookies dans leur forme actuelle ne sont pas toujours correctement élaborées du fait qu'elles ne proposent pas d'options 'oui ou non' claires.

De véritables labyrinthes à clics

L'organisation enverra à ce propos des centaines de plaintes aux entreprises. 'Toute une armée de consultants et de designers développe de véritables labyrinthes à clics en vue d'atteindre des pourcentages finaux imaginaires. Cela frustre tellement les internautes qu'ils cliquent automatiquement sur OK. Or ce genre de comportement constitue une infraction claire aux principes du GDPR', déclare-t-on chez Noyb.

Au moyen d'un système convivial pour l'utilisateur, appelé Advanced Data Protection Control (ADPC), Noyb entend offrir aux internautes davantage de possibilités de régler de manière simple la destination de leurs données. Les préférences de confidentialité sont dans ce cas transférées automatiquement aux sites web.

Les internautes pourraient paramétrer des destinations spécifiques pour certains sites. Quiconque souhaiterait par exemple soutenir un journalisme de qualité, pourrait d'un seul clic placer un groupe de sites sur une liste d'exceptions de sites web autorisés à collecter davantage de données.

Plug-in pour Firefox

Les chercheurs ont déjà développé un plug-in (module) pour le navigateur Firefox, afin de pouvoir faire la démonstration de leur système. Un autre serait en préparation pour Chrome. Mais pour faire réussir la technologie, les fournisseurs de sites web doivent aussi apporter leur collaboration.

Les cookies (mouchards) permettent d'identifier et de suivre les internautes, afin que les annonceurs puissent leur soumettre des publicités ciblées sur base de leur comportement de navigation. Selon Schrems, les bannières légalement obligatoires en vue d'ajuster les paramètres des cookies dans leur forme actuelle ne sont pas toujours correctement élaborées du fait qu'elles ne proposent pas d'options 'oui ou non' claires.L'organisation enverra à ce propos des centaines de plaintes aux entreprises. 'Toute une armée de consultants et de designers développe de véritables labyrinthes à clics en vue d'atteindre des pourcentages finaux imaginaires. Cela frustre tellement les internautes qu'ils cliquent automatiquement sur OK. Or ce genre de comportement constitue une infraction claire aux principes du GDPR', déclare-t-on chez Noyb.Au moyen d'un système convivial pour l'utilisateur, appelé Advanced Data Protection Control (ADPC), Noyb entend offrir aux internautes davantage de possibilités de régler de manière simple la destination de leurs données. Les préférences de confidentialité sont dans ce cas transférées automatiquement aux sites web.Les internautes pourraient paramétrer des destinations spécifiques pour certains sites. Quiconque souhaiterait par exemple soutenir un journalisme de qualité, pourrait d'un seul clic placer un groupe de sites sur une liste d'exceptions de sites web autorisés à collecter davantage de données.Les chercheurs ont déjà développé un plug-in (module) pour le navigateur Firefox, afin de pouvoir faire la démonstration de leur système. Un autre serait en préparation pour Chrome. Mais pour faire réussir la technologie, les fournisseurs de sites web doivent aussi apporter leur collaboration.