Seuls 40,9 pour cent des scientifiques et des chercheurs sont des femmes. Parmi les 28 pays de l'UE, il n'y en a que quatre - la Lituanie, la Bulgarie, la Lettonie et le Danemark -, où les femmes constituent plus de la moitié du nombre de scientifiques et d'ingénieurs.

Dans l'ensemble de l'UE, on recense en moyenne 7.822.200 femmes sur un total de 19,1 millions. Ces chiffres datent d'avant le Brexit et incluent donc la Grande-Bretagne.

Data News/Eurostat
© Data News/Eurostat

Belgique

La Belgique fait un peu mieux que la moyenne européenne avec 44,8 pour cent de femmes contre 55,2 pour cent d'hommes, soit 228.300 femmes pour 281.000 hommes.

Les derniers de la classe UE sont le Luxembourg, la Finlande, la Hongrie et l'Allemagne. Dans ces pays, le nombre de femmes occupant des emplois scientifiques ou d'ingénieur avoisine les trente pourcent. Tous ces chiffres émanent d'Eurostat et concernent l'année 2019.

ICT: moins d'une sur cinq

Si on prend en compte les profils ICT, les rapports sont encore pires. En Europe, le nombre de femmes spécialistes ICT est à peine de 17,9 pour cent, soit 1.403.400 femmes. La Belgique se situe avec 17,2 pour cent (41.300) un peu en-dessous de la moyenne européenne.

Mais même dans des pays ayant au niveau pourcentage le plus grand nombre d'informaticiennes, comme en Lettonie, en Lituanie, en Roumanie et en Bulgarie, les chiffres sont en-deçà de trente pour cent. Les pays affichant les plus mauvais scores sont la Slovaquie, la Tchéquie, la Hongrie et Malte. Dans ces pays, il y a à peine une informaticienne sur dix.

Data News/Eurostat
© Data News/Eurostat

Chez Data News, nous accordons depuis plus de dix ans déjà une attention toute particulière au manque de femmes dans l'ICT. Voilà en partie pourquoi nous organisons chaque année l'événement She Goes ICT, où nous désignons l'ICT Woman of the Year et la Young ICT Lady of the Year. Lisez ici les interviews de nos plus récentes lauréates: Rima Farhat (Accenture) et Ayla Cremmery (AE).

Seuls 40,9 pour cent des scientifiques et des chercheurs sont des femmes. Parmi les 28 pays de l'UE, il n'y en a que quatre - la Lituanie, la Bulgarie, la Lettonie et le Danemark -, où les femmes constituent plus de la moitié du nombre de scientifiques et d'ingénieurs.Dans l'ensemble de l'UE, on recense en moyenne 7.822.200 femmes sur un total de 19,1 millions. Ces chiffres datent d'avant le Brexit et incluent donc la Grande-Bretagne.BelgiqueLa Belgique fait un peu mieux que la moyenne européenne avec 44,8 pour cent de femmes contre 55,2 pour cent d'hommes, soit 228.300 femmes pour 281.000 hommes.Les derniers de la classe UE sont le Luxembourg, la Finlande, la Hongrie et l'Allemagne. Dans ces pays, le nombre de femmes occupant des emplois scientifiques ou d'ingénieur avoisine les trente pourcent. Tous ces chiffres émanent d'Eurostat et concernent l'année 2019.ICT: moins d'une sur cinqSi on prend en compte les profils ICT, les rapports sont encore pires. En Europe, le nombre de femmes spécialistes ICT est à peine de 17,9 pour cent, soit 1.403.400 femmes. La Belgique se situe avec 17,2 pour cent (41.300) un peu en-dessous de la moyenne européenne.Mais même dans des pays ayant au niveau pourcentage le plus grand nombre d'informaticiennes, comme en Lettonie, en Lituanie, en Roumanie et en Bulgarie, les chiffres sont en-deçà de trente pour cent. Les pays affichant les plus mauvais scores sont la Slovaquie, la Tchéquie, la Hongrie et Malte. Dans ces pays, il y a à peine une informaticienne sur dix.