En 2018, Ingrid Gonnissen - cette année-là élue ICT Woman of the Year par Data News - lançait un projet de 'young potentials' féminins revendiquant leur place dans le monde ICT. Après une première édition réussie, Julie Scherpenseel (Young ICT Lady of the Year 2020) reprit le flambeau et en lança une deuxième édition. Et cette année encore, il ne manquera pas d'une nouvelle édition du Young Potential Boostcamp: un programme de mentorat gratuit en vue d'aider des jeunes femmes prometteuses ambitionnant de faire carrière dans le secteur technologique au moyen de conseils avisés. Grâce au support de professionnels expérimentés, les 'young potentials' pourront donner un boost à leur carrière.

Rima Farhat (ICT Woman of the Year 2021), Ingrid Gonnissen (ICT Woman of the Year 2018) et Dorien Van Steenberge (finaliste Young ICT Lady of the Year 2019 et 2021) unissent leurs forces pour organiser une troisième édition du Young Potential Boostcamp. Le projet est soutenu par Accenture et Orange et est entièrement gratuit pour les participantes.

La nécessité démontrée par les chiffres

Les chiffres démontrent que des projets comme celui-ci sont encore et toujours nécessaires. Un récent rapport d'Accenture et de Girls Who Code montre que l'arrivée de femmes au top absolu des entreprises représente encore un problème. L'une des causes principales est que la moitié des jeunes femmes férues de technologie arrêtent les frais une fois qu'elles ont atteint l'âge de 35 ans et optent pour une carrière en dehors de l'ICT. 'Il existe simplement un grand écart entre la stratégie inclusive des entreprises et la perception présente chez les employés et le monde extérieur. Un programme tel que le Young Potential Boostcamp démontre aux jeunes femmes qu'une carrière dans l'ICT est tout à fait possible et absolument pas aussi compliquée qu'il n'y paraît, selon Ingrid Gonnissen. Rima Farhat abonde totalement dans ce sens: 'Oui, un tel projet est encore et toujours complètement nécessaire. Nous devons continuer d'organiser des projets de ce genre, jusqu'à ce que nous ressentions tous et toutes que ce n'est plus nécessaire.'.

Dorien Van Steenberge., DN
Dorien Van Steenberge. © DN

Un trajet réparti sur quatre mois

Les participantes - des dames ambitieuses de 35 ans maximum passionnées par la technologie - peuvent s'attendre à un trajet réparti sur quatre mois qui, d'une part, suscitera l'inspiration et, d'autre part, les aidera à accomplir leurs prochains pas dans leur carrière ICT. Chaque participante pourra compter sur un coaching personnel par des professionnels expérimentés d'entreprises donnant le ton. 'Il y a trois ans, j'étais moi-même l'une des participantes. Si vous n'êtes active que depuis quelques années, où aurez-vous l'opportunité de rencontrer personnellement autant de directeurs ICT? Lorsque je repense au mentorat assuré par Annemie Depuydt (ICT Woman of the Year 2016), je me rappelle encore et toujours des possibilités incroyables qui m'ont été offertes et que j'ai saisies', affirme Dorien Van Steenberge. 'En co-organisant cette édition, j'entends partager plus avant mon enthousiasme et offrir à d'autres les mêmes chances pour en arriver à une expérience unique'.

Coup d'envoi le 20 octobre

Toutes les participantes sélectionnées - 50 au maximum - seront invitées à l'Opening Event chez Orange à Bruxelles le 20 octobre 2021, où elles se verront désigner un mentor. Durant les quatre mois du trajet, il y aura aussi des 'journées d'inspiration' au programme, durant lesquelles les jeunes femmes auront l'opportunité d'en connaître plus sur l'entreprise ou sur l'organisation de leur mentor. Ces quatre mois seront jalonnés évidemment aussi de quatre rencontres avec le mentor, soit virtuellement, soit en tête-à-tête. Un ultime événement est aussi planifié chez Accenture le 15 février. 'Pour le mentor, tout cela ne représentera à coup sûr pas un passe-temps abusif, alors que pour chaque participante, cela fera une grande différence', assure Dorien Van Steenberge.

Les inscriptions ont entre-temps démarré. Il n'est pas encore trop tard pour s'enregistrer. Les inscriptions pour le Young Potential Boostcamp sont acceptées jusqu'au 26 septembre au plus tard. Les mentors intéressés et surtout enthousiastes - tant côté féminin que masculin - peuvent aussi se faire connaître. Ils/elles devront cependant s'engager à être au minimum présents lors du coup d'envoi et de l'événement de clôture, et quelque quatre fois durant les 4 mois pour rencontrer leur protégée. Toutes les informations sur le Young Potential Boostcamp se trouvent ici.

En 2018, Ingrid Gonnissen - cette année-là élue ICT Woman of the Year par Data News - lançait un projet de 'young potentials' féminins revendiquant leur place dans le monde ICT. Après une première édition réussie, Julie Scherpenseel (Young ICT Lady of the Year 2020) reprit le flambeau et en lança une deuxième édition. Et cette année encore, il ne manquera pas d'une nouvelle édition du Young Potential Boostcamp: un programme de mentorat gratuit en vue d'aider des jeunes femmes prometteuses ambitionnant de faire carrière dans le secteur technologique au moyen de conseils avisés. Grâce au support de professionnels expérimentés, les 'young potentials' pourront donner un boost à leur carrière.Rima Farhat (ICT Woman of the Year 2021), Ingrid Gonnissen (ICT Woman of the Year 2018) et Dorien Van Steenberge (finaliste Young ICT Lady of the Year 2019 et 2021) unissent leurs forces pour organiser une troisième édition du Young Potential Boostcamp. Le projet est soutenu par Accenture et Orange et est entièrement gratuit pour les participantes.Les chiffres démontrent que des projets comme celui-ci sont encore et toujours nécessaires. Un récent rapport d'Accenture et de Girls Who Code montre que l'arrivée de femmes au top absolu des entreprises représente encore un problème. L'une des causes principales est que la moitié des jeunes femmes férues de technologie arrêtent les frais une fois qu'elles ont atteint l'âge de 35 ans et optent pour une carrière en dehors de l'ICT. 'Il existe simplement un grand écart entre la stratégie inclusive des entreprises et la perception présente chez les employés et le monde extérieur. Un programme tel que le Young Potential Boostcamp démontre aux jeunes femmes qu'une carrière dans l'ICT est tout à fait possible et absolument pas aussi compliquée qu'il n'y paraît, selon Ingrid Gonnissen. Rima Farhat abonde totalement dans ce sens: 'Oui, un tel projet est encore et toujours complètement nécessaire. Nous devons continuer d'organiser des projets de ce genre, jusqu'à ce que nous ressentions tous et toutes que ce n'est plus nécessaire.'.Les participantes - des dames ambitieuses de 35 ans maximum passionnées par la technologie - peuvent s'attendre à un trajet réparti sur quatre mois qui, d'une part, suscitera l'inspiration et, d'autre part, les aidera à accomplir leurs prochains pas dans leur carrière ICT. Chaque participante pourra compter sur un coaching personnel par des professionnels expérimentés d'entreprises donnant le ton. 'Il y a trois ans, j'étais moi-même l'une des participantes. Si vous n'êtes active que depuis quelques années, où aurez-vous l'opportunité de rencontrer personnellement autant de directeurs ICT? Lorsque je repense au mentorat assuré par Annemie Depuydt (ICT Woman of the Year 2016), je me rappelle encore et toujours des possibilités incroyables qui m'ont été offertes et que j'ai saisies', affirme Dorien Van Steenberge. 'En co-organisant cette édition, j'entends partager plus avant mon enthousiasme et offrir à d'autres les mêmes chances pour en arriver à une expérience unique'.Toutes les participantes sélectionnées - 50 au maximum - seront invitées à l'Opening Event chez Orange à Bruxelles le 20 octobre 2021, où elles se verront désigner un mentor. Durant les quatre mois du trajet, il y aura aussi des 'journées d'inspiration' au programme, durant lesquelles les jeunes femmes auront l'opportunité d'en connaître plus sur l'entreprise ou sur l'organisation de leur mentor. Ces quatre mois seront jalonnés évidemment aussi de quatre rencontres avec le mentor, soit virtuellement, soit en tête-à-tête. Un ultime événement est aussi planifié chez Accenture le 15 février. 'Pour le mentor, tout cela ne représentera à coup sûr pas un passe-temps abusif, alors que pour chaque participante, cela fera une grande différence', assure Dorien Van Steenberge.