La version Pro est évidemment le modèle le plus luxueusement équipé avec quelques caractéristiques uniques telles un écran à vitesse de rafraîchissement de 120Hz et la possibilité de recharger l'appareil sans fil. Il n'empêche que même le modèle d'entrée de gamme supporte la technologie qui est sur toutes les lèvres aujourd'hui: la 5G. Les appareils utilisent dans ce but le même modem X55 de Qualcomm qui - dans les deux smartphones - est flanqué d'un Snapdragon 865, l'un des plus puissants processeurs sur le marché.

Pour le OnePlus 8, c'est même assez étonnant. Nombre de concurrents équipent en effet leurs modèles d'entrée de gamme avec le Snapdragon 765, qui est quelque peu moins performant et dispose d'un modem 5G intégré, ce qui rend la puce tant plus compacte que plus abordable. Voilà qui indique que OnePlus ne souhaite pas ergoter sur la puissance. Autre point singulier: dans les benchmarks, à savoir les programmes d'essai que nous avons appliqués sur les téléphones (3DMark et Geekbench), le OnePlus 8 a chaque fois fait un tantinet mieux que son grand frère. Dans la pratique, la différence est cependant négligeable. Les deux modèles font partie des plus rapides actuellement disponibles.

La symétrie à l'honneur

Le design des deux appareils Android 10 se rapproche cette fois nettement plus que dans le cas des modèles précédents. Abordons d'abord l'appareil à selfies: chez le 7T, il était incorporé à une 'goutte' dans l'écran, alors que chez le 7T Pro, l'objectif sortait de manière très cool de la partie supérieure du smartphone. Les deux OnePlus 8 sont à présent équipés d'un appareil photo frontal 'in-screen' (via une mini-perforation dans l'écran donc), en haut à gauche. Une solution propre certes, mais pas aussi cool que l'appareil à selfies émergent du produit-phare précédent. On ignore pourquoi OnePlus a renoncé à cette innovation.

La symétrie est à l'honneur aussi pour les appareils photo à l'arrière. Le OnePlus 8 ne dispose plus de l'îlot rond de type Motorola du 7T, mais d'un agencement vertical central des objectifs (qui ressemble fortement à celui du 7T Pro). Le 8 Pro adopte aussi cette présentation, mais avec un îlot quelque peu plus grand et avec deux capteurs supplémentaires se trouvant à gauche du module photo central. Nous reviendrons plus en détail sur les différences techniques un peu plus tard.

L'impressionnant bloc optique du OnePlus 8 Pro avec ses quatre appareils photo., MvdV
L'impressionnant bloc optique du OnePlus 8 Pro avec ses quatre appareils photo. © MvdV

Ultra-fluide

Les deux smartphones possèdent un affichage Fluid Amoled à capteur d'empreintes digitales intégré à l'écran, qui est joliment incurvé sur les bords. La différence en diagonale est minimale (6,55 pouces contre 6,78 pouces, donc un demi-centimètre en gros), mais l'écran du top-modèle est carrément supérieur sur bien d'autres points. Tel est le cas pour la résolution et la densité des pixels: 3.168 x 1.440 à 513ppi contre 2.400 x 1.080 à 402ppi pour le OnePlus 8.

L'écran du Pro élimine en outre davantage la lumière bleue (néfaste pour les yeux) et est, selon le fabricant, mieux lisible à la lumière solaire directe grâce à une technologie appelée 'adaptive color temperature'. Mais là où le OnePlus Pro se distingue le plus, c'est au niveau de la vitesse de rafraîchissement de l'écran qui est de 120Hz. Le OnePlus 8, lui, se contente de 90Hz, tout comme la génération précédente. Cela revient à dire que le OnePlus Pro offre l'écran le plus fluide du marché pour les images animées (déroulement dans des sites web, vidéos, jeux). Un label que le téléphone doit, il est vrai, partager avec une poignée d'autres appareils, dont l'Oppo Find X2, l'Asus ROG Phone II et - bientôt - le Galaxy S20 de Samsung, qui recevra prochainement une mise à jour qui activera la vitesse de 120Hz.

Quant à savoir si on peut voir les différences entre 90 et 120Hz à l'oeil nu, c'est une autre histoire. Le fait est cependant que tout a l'air plus beau et plus fluide sur le OnePlus 8 Pro que sur son frère cadet. Mais les écrans sont aussi trop différents sur d'autres points que pour parler d'une honnête comparaison. La vitesse de rafraîchissement encore supérieure (alors que 90Hz, c'était déjà très élevé) nous semble provisoirement surtout intéressante pour les joueurs: il existe entre-temps déjà pas mal de jeux mobiles optimalisées pour les écrans tant à 90Hz qu'à 120Hz, ce qui devrait garantir une expérience ultra-fluide. Pour les applications de tous les jours, une telle vitesse de rafraîchissement élevée s'avère agréable, tout en étant pas un must. Il convient de tenir compte en outre que les 120Hz représentent une sollicitation supplémentaire pour l'accu. Heureusement, OnePlus a prévu la possibilité d'en revenir à 60Hz, au cas où les 120Hz ne seraient pas vraiment utiles ou si l'on veut simplement économiser la batterie.

Un trio ou un quartet?

Une autre différence essentielle entre le OnePlus 8 et la version Pro réside évidemment dans les appareils photo. Le modèle de base en possède trois, compte non tenu de l'exemplaire à selfies. Il est question d'un appareil photo principal de 48 méga-pixels (f1.75), d'un objectif ultra-grand angle de 116° et 16 MP (f2.2) et d'un macro-appareil séparé de 2 méga-pixels. Les principaux appareils photo sont très performants, mais les prises de vue macro d'insectes et de fleurs déçoivent quelque peu. Elles sont de moitié moins détaillées que celles du 8 Pro, alors qu'il n'a en fait pas d'appareil photo dédié pour les close-ups.

La macro-photo du OnePlus 8 Pro est clairement plus détaillée que celle du OnePlus 8., MvdV
La macro-photo du OnePlus 8 Pro est clairement plus détaillée que celle du OnePlus 8. © MvdV

Il manque aussi une fonction zoom optique sur le OnePlus 8. Il est certes possible de faire du zooming avant 2x par la voie matérielle, mais cela s'effectue au niveau du capteur et pas par un déplacement physique des objectifs (ce qu'on appelle le zooming 'optique'). Zoomer au-delà de 2x est certes possible, mais il est alors question d'un agrandissement par voie logicielle, dont nous ne sommes pas friands.

L'optique du OnePlus 8 Pro est non seulement impressionnante, mais les performances des quatre (!) appareils photo sont aussi clairement meilleures. L'appareil principal offre également la qualité 48 MP, mais le capteur de Sony utilisé est d'une génération supérieure. L'objectif ultra-grand angle propose aussi 48 méga-pixels pour un angle de pas moins de 119° et un diaphragme de f2.2. Notons aussi la présence d'un Color Filter Camera de 5 MP qui, d'après le fabricant, est spécialisé en effets lumineux et filtres. Et en place d'un appareil macro, le OnePlus 8 Pro dispose d'un modèle télé-photo à zoom hybride 3x. C'est là un descriptif un peu vague d'un objectif probablement capable d'effectuer du zooming optique 2x, et d'une fonction logicielle qui y ajoute encore un agrandissement 1x. Pour un téléphone haut de gamme, cela nous paraît aujourd'hui un peu léger: l'Huawei P30 Pro disposait il y a un an déjà d'un zoom optique 5x (authentique), alors que le nouveau P40 Pro va même jusqu'à un zoom optique 10x.

Mais bon, alors qu'Huawei et Samsung tutoient les sommets des catégories de prix, OnePlus tente, tradition oblige, de se profiler comme une marque plus abordable. Et cela ne va évidemment pas sans quelques sacrifices, ce qui fait que OnePlus accorde la priorité à la vitesse générale et à la qualité de l'écran par rapport à une optique optimale. L'importance des fonctions de zoom optique jusqu'à 5x, voire 10x, ne doit du reste pas être inutilement poussée, car la plupart des consommateurs n'en font finalement guère usage. Et pour la photographie de tous les jours, le OnePlus 8 Pro fait tout simplement partie du top, selon nous.

Pour être complet, sachez que les appareils photo frontaux des OnePlus 8 et 8 Pro sont quasiment identiques: les autoportraits sont réalisés à 16 méga-pixels avec une légère différence en diaphragme, mais les résultats sont précis sur les deux appareils.

Prix et disponibilité

OnePlus lance avec les 8 et 8 Pro deux excellents nouveaux appareils sur le marché, qui se situent entre les 'subtoppers' et les smartphones haut de gamme absolus. Ils sont quelque peu plus chers que leurs prédécesseurs (de respectivement 100 et 140 euros), mais cela est dû en grande partie à la fonctionnalité 5G. En même temps, le top-modèle 8 Pro (dans la configuration 8 Go de RAM et 128 Go d'espace de stockage) se situe largement en-dessous de la limite des mille euros avec laquelle flirtent d'autres produits-phares, et ce à cause d'un agencement d'appareils photo un peu moins spectaculaire, tout en étant encore et toujours très correct. Voilà qui permet surtout à Huawei de se targuer d'introduire sur le marché ces nouveaux concurrents, puisque l'entreprise ne peut (temporairement?) plus lancer de smartphones équipés en applis et services Android. Sortir des sentiers battus est donc d'autant plus tentant, ce que ne manque pas de faire OnePlus.

Prix conseillés: le OnePlus 8 sera vendu à partir de 699 euros (8 Go de RAM/128 Go d'espace de stockage) et le OnePlus 8 Pro à partir de 899 euros (8 Go RAM/128 Go d'espace de stockage). Le Warp Charge 30 Wireless (chargeur sans fil) annoncé précédemment pour le 8 Pro sera commercialisé à 69,95 euros. Teintes: le OnePlus 8 se déclinera en Onyx Black, Interstellar Glow et Glacial Green, alors que son grand frère proposera l'Onyx Black, le Glacial Green et l'Ultramarine Blue. Les smartphones seront disponibles à partir du 21 avril. Seule exception: le OnePlus 8 en Interstellar Glow sortira le 4 mai.

Remarque: Le score (4 étoiles) s'applique au OnePlus8 Pro. Nous évaluons l'autre modèle avec 3,5 étoiles.

En haut: une photo du OnePlus 8 Pro. En bas: une prise de vue effectuée par le OnePlus 8. Deux très bonnes photos, mais celle de l'appareil plus cher offre un meilleur contraste et fait aussi mieux en reproduction de couleurs., MvdV
En haut: une photo du OnePlus 8 Pro. En bas: une prise de vue effectuée par le OnePlus 8. Deux très bonnes photos, mais celle de l'appareil plus cher offre un meilleur contraste et fait aussi mieux en reproduction de couleurs. © MvdV
., MvdV
. © MvdV
La version Pro est évidemment le modèle le plus luxueusement équipé avec quelques caractéristiques uniques telles un écran à vitesse de rafraîchissement de 120Hz et la possibilité de recharger l'appareil sans fil. Il n'empêche que même le modèle d'entrée de gamme supporte la technologie qui est sur toutes les lèvres aujourd'hui: la 5G. Les appareils utilisent dans ce but le même modem X55 de Qualcomm qui - dans les deux smartphones - est flanqué d'un Snapdragon 865, l'un des plus puissants processeurs sur le marché.Pour le OnePlus 8, c'est même assez étonnant. Nombre de concurrents équipent en effet leurs modèles d'entrée de gamme avec le Snapdragon 765, qui est quelque peu moins performant et dispose d'un modem 5G intégré, ce qui rend la puce tant plus compacte que plus abordable. Voilà qui indique que OnePlus ne souhaite pas ergoter sur la puissance. Autre point singulier: dans les benchmarks, à savoir les programmes d'essai que nous avons appliqués sur les téléphones (3DMark et Geekbench), le OnePlus 8 a chaque fois fait un tantinet mieux que son grand frère. Dans la pratique, la différence est cependant négligeable. Les deux modèles font partie des plus rapides actuellement disponibles.Le design des deux appareils Android 10 se rapproche cette fois nettement plus que dans le cas des modèles précédents. Abordons d'abord l'appareil à selfies: chez le 7T, il était incorporé à une 'goutte' dans l'écran, alors que chez le 7T Pro, l'objectif sortait de manière très cool de la partie supérieure du smartphone. Les deux OnePlus 8 sont à présent équipés d'un appareil photo frontal 'in-screen' (via une mini-perforation dans l'écran donc), en haut à gauche. Une solution propre certes, mais pas aussi cool que l'appareil à selfies émergent du produit-phare précédent. On ignore pourquoi OnePlus a renoncé à cette innovation.La symétrie est à l'honneur aussi pour les appareils photo à l'arrière. Le OnePlus 8 ne dispose plus de l'îlot rond de type Motorola du 7T, mais d'un agencement vertical central des objectifs (qui ressemble fortement à celui du 7T Pro). Le 8 Pro adopte aussi cette présentation, mais avec un îlot quelque peu plus grand et avec deux capteurs supplémentaires se trouvant à gauche du module photo central. Nous reviendrons plus en détail sur les différences techniques un peu plus tard.Les deux smartphones possèdent un affichage Fluid Amoled à capteur d'empreintes digitales intégré à l'écran, qui est joliment incurvé sur les bords. La différence en diagonale est minimale (6,55 pouces contre 6,78 pouces, donc un demi-centimètre en gros), mais l'écran du top-modèle est carrément supérieur sur bien d'autres points. Tel est le cas pour la résolution et la densité des pixels: 3.168 x 1.440 à 513ppi contre 2.400 x 1.080 à 402ppi pour le OnePlus 8.L'écran du Pro élimine en outre davantage la lumière bleue (néfaste pour les yeux) et est, selon le fabricant, mieux lisible à la lumière solaire directe grâce à une technologie appelée 'adaptive color temperature'. Mais là où le OnePlus Pro se distingue le plus, c'est au niveau de la vitesse de rafraîchissement de l'écran qui est de 120Hz. Le OnePlus 8, lui, se contente de 90Hz, tout comme la génération précédente. Cela revient à dire que le OnePlus Pro offre l'écran le plus fluide du marché pour les images animées (déroulement dans des sites web, vidéos, jeux). Un label que le téléphone doit, il est vrai, partager avec une poignée d'autres appareils, dont l'Oppo Find X2, l'Asus ROG Phone II et - bientôt - le Galaxy S20 de Samsung, qui recevra prochainement une mise à jour qui activera la vitesse de 120Hz.Quant à savoir si on peut voir les différences entre 90 et 120Hz à l'oeil nu, c'est une autre histoire. Le fait est cependant que tout a l'air plus beau et plus fluide sur le OnePlus 8 Pro que sur son frère cadet. Mais les écrans sont aussi trop différents sur d'autres points que pour parler d'une honnête comparaison. La vitesse de rafraîchissement encore supérieure (alors que 90Hz, c'était déjà très élevé) nous semble provisoirement surtout intéressante pour les joueurs: il existe entre-temps déjà pas mal de jeux mobiles optimalisées pour les écrans tant à 90Hz qu'à 120Hz, ce qui devrait garantir une expérience ultra-fluide. Pour les applications de tous les jours, une telle vitesse de rafraîchissement élevée s'avère agréable, tout en étant pas un must. Il convient de tenir compte en outre que les 120Hz représentent une sollicitation supplémentaire pour l'accu. Heureusement, OnePlus a prévu la possibilité d'en revenir à 60Hz, au cas où les 120Hz ne seraient pas vraiment utiles ou si l'on veut simplement économiser la batterie.Une autre différence essentielle entre le OnePlus 8 et la version Pro réside évidemment dans les appareils photo. Le modèle de base en possède trois, compte non tenu de l'exemplaire à selfies. Il est question d'un appareil photo principal de 48 méga-pixels (f1.75), d'un objectif ultra-grand angle de 116° et 16 MP (f2.2) et d'un macro-appareil séparé de 2 méga-pixels. Les principaux appareils photo sont très performants, mais les prises de vue macro d'insectes et de fleurs déçoivent quelque peu. Elles sont de moitié moins détaillées que celles du 8 Pro, alors qu'il n'a en fait pas d'appareil photo dédié pour les close-ups.Il manque aussi une fonction zoom optique sur le OnePlus 8. Il est certes possible de faire du zooming avant 2x par la voie matérielle, mais cela s'effectue au niveau du capteur et pas par un déplacement physique des objectifs (ce qu'on appelle le zooming 'optique'). Zoomer au-delà de 2x est certes possible, mais il est alors question d'un agrandissement par voie logicielle, dont nous ne sommes pas friands.L'optique du OnePlus 8 Pro est non seulement impressionnante, mais les performances des quatre (!) appareils photo sont aussi clairement meilleures. L'appareil principal offre également la qualité 48 MP, mais le capteur de Sony utilisé est d'une génération supérieure. L'objectif ultra-grand angle propose aussi 48 méga-pixels pour un angle de pas moins de 119° et un diaphragme de f2.2. Notons aussi la présence d'un Color Filter Camera de 5 MP qui, d'après le fabricant, est spécialisé en effets lumineux et filtres. Et en place d'un appareil macro, le OnePlus 8 Pro dispose d'un modèle télé-photo à zoom hybride 3x. C'est là un descriptif un peu vague d'un objectif probablement capable d'effectuer du zooming optique 2x, et d'une fonction logicielle qui y ajoute encore un agrandissement 1x. Pour un téléphone haut de gamme, cela nous paraît aujourd'hui un peu léger: l'Huawei P30 Pro disposait il y a un an déjà d'un zoom optique 5x (authentique), alors que le nouveau P40 Pro va même jusqu'à un zoom optique 10x.Mais bon, alors qu'Huawei et Samsung tutoient les sommets des catégories de prix, OnePlus tente, tradition oblige, de se profiler comme une marque plus abordable. Et cela ne va évidemment pas sans quelques sacrifices, ce qui fait que OnePlus accorde la priorité à la vitesse générale et à la qualité de l'écran par rapport à une optique optimale. L'importance des fonctions de zoom optique jusqu'à 5x, voire 10x, ne doit du reste pas être inutilement poussée, car la plupart des consommateurs n'en font finalement guère usage. Et pour la photographie de tous les jours, le OnePlus 8 Pro fait tout simplement partie du top, selon nous.Pour être complet, sachez que les appareils photo frontaux des OnePlus 8 et 8 Pro sont quasiment identiques: les autoportraits sont réalisés à 16 méga-pixels avec une légère différence en diaphragme, mais les résultats sont précis sur les deux appareils.OnePlus lance avec les 8 et 8 Pro deux excellents nouveaux appareils sur le marché, qui se situent entre les 'subtoppers' et les smartphones haut de gamme absolus. Ils sont quelque peu plus chers que leurs prédécesseurs (de respectivement 100 et 140 euros), mais cela est dû en grande partie à la fonctionnalité 5G. En même temps, le top-modèle 8 Pro (dans la configuration 8 Go de RAM et 128 Go d'espace de stockage) se situe largement en-dessous de la limite des mille euros avec laquelle flirtent d'autres produits-phares, et ce à cause d'un agencement d'appareils photo un peu moins spectaculaire, tout en étant encore et toujours très correct. Voilà qui permet surtout à Huawei de se targuer d'introduire sur le marché ces nouveaux concurrents, puisque l'entreprise ne peut (temporairement?) plus lancer de smartphones équipés en applis et services Android. Sortir des sentiers battus est donc d'autant plus tentant, ce que ne manque pas de faire OnePlus.