Les actionnaires du secteur financier s'attendent à des rendements meilleurs et plus rapides, les clients bancaires ont de plus en plus d'attentes numériques, à l'instar de secteurs tels que le retail ou les télécommunications et la concurrence vient de milieux parfois très surprenants, même en dehors du secteur. Pour les banques, l'innovation est donc d'une importance capitale pour maintenir leur part de marché et continuer à croître.

Le régulateur impose également de plus en plus de règles concernant la couverture des risques en cas de catastrophes régionales, de cybersécurité ou de fraude. En outre, il est de plus en plus difficile pour les banques d'obtenir les bonnes ressources informatiques et numériques en interne pour pouvoir traiter tout cela.

Laurent Boes, partner, secteur des services financiers chez Kyndryl, indique que si le monde entier peut s'orienter vers le cloud public à un rythme accéléré, les banques ont reconnu que ce n'est pas toujours aussi évident pour leur environnement : " Alors qu'il y a quelques années, de nombreuses banques ont essayé de s'éloigner complètement du mainframe, il semble aujourd'hui que le secteur financier continue d'utiliser l'ordinateur central comme plate-forme stratégique et cela pour les 10 à 15 prochaines années au moins. Le mainframe continue de donner aux banques la garantie cruciale de stabilité, de fiabilité et de sécurité pour leurs environnements critiques et hautement transactionnels, des éléments qui sont plus difficiles à garantir dans le cloud aujourd'hui. "

The right workload on the right platform

Pour cette raison, les banques sont plus que jamais attachées à la devise " la bonne charge de travail sur la bonne plateforme ", qui sous-entend qu'une approche de plate-forme hybride forte doit être adoptée entre les environnements traditionnels et le cloud. De nouveaux modèles d'exploitation doivent être construits qui tiennent compte des différentes plates-formes sous-jacentes et diverses. Une approche uniforme pour tous ces environnements est cruciale.

Cette uniformité se retrouve dans la manière dont la sécurité, l'automatisation et le DevOps hybrides sont mis en oeuvre, ainsi que dans la manière dont les banques construiront leur architecture hybride résiliente.

Bien sûr, l'accent devrait toujours être mis sur la migration progressive des environnements traditionnels vers les plates-formes cloud modernes, mais cela prendra du temps.

Pension wall

Afin d'accélérer ce processus et en même temps d'apporter une réponse au pension wall des personnes qui ont toutes les connaissances du mainframe mais qui prendront leur retraite dans les années à venir, une automatisation à grande échelle du cloud et des plates-formes traditionnelles est cruciale.

Tous ces éléments font que les banques sont devenues plus que jamais de véritables entreprises de haute technologie et sont un employeur attrayant pour les profils technologiques récemment diplômés.

" Les banques sont donc confrontées à un défi informatique à long terme qui doit être ancré dans la culture, l'organisation et la construction des connaissances nécessaires. D'autre part, il existe de très bonnes opportunités pour donner au secteur bancaire un tournant complètement différent dans les années à venir qui va " beyond banking ". J'attends déjà avec impatience cet avenir passionnant. ": Laurent Boes, partner, secteur des services financiers chez Kyndryl

Auteur: Laurent Boes, Partner, secteur des services financiers chez Kyndryl

Les actionnaires du secteur financier s'attendent à des rendements meilleurs et plus rapides, les clients bancaires ont de plus en plus d'attentes numériques, à l'instar de secteurs tels que le retail ou les télécommunications et la concurrence vient de milieux parfois très surprenants, même en dehors du secteur. Pour les banques, l'innovation est donc d'une importance capitale pour maintenir leur part de marché et continuer à croître.Le régulateur impose également de plus en plus de règles concernant la couverture des risques en cas de catastrophes régionales, de cybersécurité ou de fraude. En outre, il est de plus en plus difficile pour les banques d'obtenir les bonnes ressources informatiques et numériques en interne pour pouvoir traiter tout cela.Laurent Boes, partner, secteur des services financiers chez Kyndryl, indique que si le monde entier peut s'orienter vers le cloud public à un rythme accéléré, les banques ont reconnu que ce n'est pas toujours aussi évident pour leur environnement : " Alors qu'il y a quelques années, de nombreuses banques ont essayé de s'éloigner complètement du mainframe, il semble aujourd'hui que le secteur financier continue d'utiliser l'ordinateur central comme plate-forme stratégique et cela pour les 10 à 15 prochaines années au moins. Le mainframe continue de donner aux banques la garantie cruciale de stabilité, de fiabilité et de sécurité pour leurs environnements critiques et hautement transactionnels, des éléments qui sont plus difficiles à garantir dans le cloud aujourd'hui. "Pour cette raison, les banques sont plus que jamais attachées à la devise " la bonne charge de travail sur la bonne plateforme ", qui sous-entend qu'une approche de plate-forme hybride forte doit être adoptée entre les environnements traditionnels et le cloud. De nouveaux modèles d'exploitation doivent être construits qui tiennent compte des différentes plates-formes sous-jacentes et diverses. Une approche uniforme pour tous ces environnements est cruciale.Cette uniformité se retrouve dans la manière dont la sécurité, l'automatisation et le DevOps hybrides sont mis en oeuvre, ainsi que dans la manière dont les banques construiront leur architecture hybride résiliente.Bien sûr, l'accent devrait toujours être mis sur la migration progressive des environnements traditionnels vers les plates-formes cloud modernes, mais cela prendra du temps.Afin d'accélérer ce processus et en même temps d'apporter une réponse au pension wall des personnes qui ont toutes les connaissances du mainframe mais qui prendront leur retraite dans les années à venir, une automatisation à grande échelle du cloud et des plates-formes traditionnelles est cruciale.Tous ces éléments font que les banques sont devenues plus que jamais de véritables entreprises de haute technologie et sont un employeur attrayant pour les profils technologiques récemment diplômés." Les banques sont donc confrontées à un défi informatique à long terme qui doit être ancré dans la culture, l'organisation et la construction des connaissances nécessaires. D'autre part, il existe de très bonnes opportunités pour donner au secteur bancaire un tournant complètement différent dans les années à venir qui va " beyond banking ". J'attends déjà avec impatience cet avenir passionnant. ": Laurent Boes, partner, secteur des services financiers chez KyndrylAuteur: Laurent Boes, Partner, secteur des services financiers chez Kyndryl