" La transformation numérique est une évolution continue ", explique Sam Claes, Division Director Smart Services chez Cegeka. " Au cours de l'année écoulée, nous avons surtout considéré la numérisation comme un facilitateur de la continuité d'activité face à la crise du coronavirus. Sur un plan plus large, la numérisation s'inscrit également dans la transformation du métier, comme le montrent des services tels qu'Uber et Netflix qui chamboulent l'ensemble d'un secteur. " Et si l'on regarde de manière encore plus large et sur le long terme, la transformation numérique aura surtout un impact sur la société.

" Les applications numériques nous aideront à relever des défis majeurs comme la mobilité, le vieillissement et les soins de santé. En d'autres termes, la transformation numérique n'est pas seulement un défi pour les entreprises, mais pour l'ensemble de notre société. " Dans le même temps, il est important de comprendre que la technologie ne peut pas résoudre tout. " C'est aussi, à mes yeux, une question d'humilité. La technologie n'est en fait toujours qu'une partie de la solution. Pour induire le changement, il faut aller au-delà de la technologie et collaborer avec des partenaires. "

Flexibilité dans le métier et l'IT

Bref, la transformation numérique est un exercice périlleux et complexe. " Une planification très stricte ne permettra pas en tout cas d'aller bien loin ", affirme Sam Claes. " La méthode classique de la cascade qui a prévalu durant des années ? Elle a fait son temps - et c'est bien ainsi. Nous avons besoin de plus de flexibilité au niveau IT, mais aussi dans le métier. Dès lors, si l'approche classique ne fonctionne pas, la méthodologie agile apparaît comme la meilleure alternative. Mais à nouveau, cette stratégie doit être appliquée partout : dans les applications, dans l'infrastructure et même jusque dans le business. "

Sam Claes, Division Director Smart Services chez Cegeka

Quant à savoir si la gestion d'un projet de transformation numérique doit être top-down ou bottom-up, les avis sont partagés dans la littérature spécialisée. Imposer un grand changement de haut en bas induit inévitablement une certaine résistance, alors que remonter l'initiative de bas en haut augmente le risque de shadow IT incontrôlable. La clé du succès n'est-elle pas dans les mains du middle management ? " Il n'est pas possible d'attribuer le succès d'un projet à une seule et même personne ", pense Sam Claes. " Dans une transformation numérique, chacun a un rôle à jouer. C'est la seule manière de réussir : impliquer tout le monde. "

" La mobilité, les soins de santé et le climat : tels sont les grands défis sociétaux auxquels la technologie peut aider à apporter une solution. "

Défis sociétaux

D'ailleurs, un projet de transformation numérique ne peut être considéré comme un projet purement IT et être isolé du reste du métier, précisément parce qu'il impacte directement le business. " Ce n'est que lorsque la transformation perturbe complètement le métier existant - lorsqu'il est question de rupture profonde - que de résistances peuvent se faire sentir ", poursuit Sam Claes. " Mais l'inverse est également vrai : il est impossible de pointer précisément du doigt qui ou ce qui a fait le succès d'un projet. "

Les défis de l'avenir seront toujours plus grands que ceux d'une seule entreprise. " Je songe à la mobilité, aux soins de santé et au climat ", réagit Sam Claes. " Il s'agit là des grands défis sociétaux pour lesquels la technologie peut aider à apporter une solution. La transformation numérique y contribuera certainement en grande partie via le recours à de nouvelles technologies comme la 5G et l'intelligence artificielle. Je suis persuadé que nous pourrons ainsi solutionner pas mal de questions. "

Plus d'infos sur www.cegeka.com

" La transformation numérique est une évolution continue ", explique Sam Claes, Division Director Smart Services chez Cegeka. " Au cours de l'année écoulée, nous avons surtout considéré la numérisation comme un facilitateur de la continuité d'activité face à la crise du coronavirus. Sur un plan plus large, la numérisation s'inscrit également dans la transformation du métier, comme le montrent des services tels qu'Uber et Netflix qui chamboulent l'ensemble d'un secteur. " Et si l'on regarde de manière encore plus large et sur le long terme, la transformation numérique aura surtout un impact sur la société." Les applications numériques nous aideront à relever des défis majeurs comme la mobilité, le vieillissement et les soins de santé. En d'autres termes, la transformation numérique n'est pas seulement un défi pour les entreprises, mais pour l'ensemble de notre société. " Dans le même temps, il est important de comprendre que la technologie ne peut pas résoudre tout. " C'est aussi, à mes yeux, une question d'humilité. La technologie n'est en fait toujours qu'une partie de la solution. Pour induire le changement, il faut aller au-delà de la technologie et collaborer avec des partenaires. "Bref, la transformation numérique est un exercice périlleux et complexe. " Une planification très stricte ne permettra pas en tout cas d'aller bien loin ", affirme Sam Claes. " La méthode classique de la cascade qui a prévalu durant des années ? Elle a fait son temps - et c'est bien ainsi. Nous avons besoin de plus de flexibilité au niveau IT, mais aussi dans le métier. Dès lors, si l'approche classique ne fonctionne pas, la méthodologie agile apparaît comme la meilleure alternative. Mais à nouveau, cette stratégie doit être appliquée partout : dans les applications, dans l'infrastructure et même jusque dans le business. " Quant à savoir si la gestion d'un projet de transformation numérique doit être top-down ou bottom-up, les avis sont partagés dans la littérature spécialisée. Imposer un grand changement de haut en bas induit inévitablement une certaine résistance, alors que remonter l'initiative de bas en haut augmente le risque de shadow IT incontrôlable. La clé du succès n'est-elle pas dans les mains du middle management ? " Il n'est pas possible d'attribuer le succès d'un projet à une seule et même personne ", pense Sam Claes. " Dans une transformation numérique, chacun a un rôle à jouer. C'est la seule manière de réussir : impliquer tout le monde. " D'ailleurs, un projet de transformation numérique ne peut être considéré comme un projet purement IT et être isolé du reste du métier, précisément parce qu'il impacte directement le business. " Ce n'est que lorsque la transformation perturbe complètement le métier existant - lorsqu'il est question de rupture profonde - que de résistances peuvent se faire sentir ", poursuit Sam Claes. " Mais l'inverse est également vrai : il est impossible de pointer précisément du doigt qui ou ce qui a fait le succès d'un projet. "Les défis de l'avenir seront toujours plus grands que ceux d'une seule entreprise. " Je songe à la mobilité, aux soins de santé et au climat ", réagit Sam Claes. " Il s'agit là des grands défis sociétaux pour lesquels la technologie peut aider à apporter une solution. La transformation numérique y contribuera certainement en grande partie via le recours à de nouvelles technologies comme la 5G et l'intelligence artificielle. Je suis persuadé que nous pourrons ainsi solutionner pas mal de questions. "Plus d'infos sur www.cegeka.com