En 2019, Gartner prévoyait qu'à l'horizon 2025, 80% de l'ensemble des entreprises ne disposeraient plus de leur datacenter en interne." Mais nous restons encore loin des 80% annoncés ", estime Rima Farhat, Managing Director & Cloud First Lead Accenture Belux. " En effet, de nombreuses entreprises ne peuvent pas se passer de leurs systèmes hérités. De plus, il existe encore toujours des arguments pertinents en faveur du centre de données sur-site. Souvent, ceux-ci portent sur le contrôle et la confiance. De même, des secteurs fortement régulés ne peuvent parfois pas opérer sans centre de données sur-site. La réalité est surtout que l'on voit émerger toujours plus d'environnements hybrides. "

Les entreprises doivent dès lors se poser la question de savoir si elles ont intérêt à opter pour l'on-prem ou se tourner vers le cloud. " C'est une question de génération de valeur ", considère Rima Farhat. " C'est ainsi que le cloud doit apporter davantage d'efficacité ou doit permettre à l'entreprise d'accélérer la mise sur le marché de nouvelles solutions. " C'est d'ailleurs précisément la raison pour laquelle le cloud est souvent l'objet d'un malentendu important. " Les entreprises imaginent qu'il s'agit uniquement de migrer une partie de l'IT du centre de données sur-site vers le cloud. Or là n'est pas l'essentiel. La question est de savoir où se situe la valeur, par exemple comment déployer une nouvelle ligne d'activité. "

Puzzle complexe

Dans le contexte du centre de données sur-site, la capacité a souvent été la question clé : avons-nous suffisamment de place pour continuer à tout gérer ? Rima Farhat : " Aujourd'hui, de nombreuses autres questions surgissent. Songez à la complexité croissante de l'environnement de production et à la nécessité de sécuriser la gestion des machines via l'IoT. L'egde computing apporte à cet égard une réponse possible, certainement avec l'émergence de la 5G. Dans le même temps, on constate que les entreprises posent de nouvelles questions à leurs opérateurs télécoms, d'autant qu'elles veulent interagir de manière fluide avec des acteurs comme Azure et AWS. "

" La migration d'un centre de données sur-site vers le cloud n'est pas au coeur de la question, mais bien la valeur susceptible d'être créée grâce à cette opération. "

Rima Farhat, Managing Director & Cloud First Lead Accenture Belux

Par ailleurs, se posent d'autres questions concernant le cloud privé et le cloud public. Rima Farhat : " Comment réagir face à des fournisseurs qui stockent vos données - d'une entreprise européenne - sur des serveurs aux Etats-Unis ? Le cloud souverain peut être une réponse possible pour conserver l'ensemble des données au sein des frontières de l'Europe. On constate immédiatement que les entreprises font face à un puzzle complexe. Dès lors, elles se tournent dans la pratique vers le cloud hybride. "

Rima Farhat, Managing Director & Cloud First Lead Accenture Belux

Le cloud dans la lutte contre le coronavirus

La crise du coronavirus a accéléré sensiblement l'adoption des services cloud par de nombreuses entreprises. Rima Farhat : " " Le coronavirus a représenté à cet égard une belle opportunité. Nous avons avancé nettement plus vite que prévu sur la voie d'un monde plus connecté. Ceci s'est traduit notamment par une hausse sensible de la demande de profils IT. Or précisément du fait que nous avons davantage d'expérience dans le travail à distance, les entreprises recrutent plus facilement de nouveaux collaborateurs qui n'habitent pas forcément à proximité. D'ailleurs, si des vaccins contre le coronavirus sont apparus si rapidement, c'est en grande partie grâce à la puissance de calcul qui a été mise à disposition dans le cloud. "

Accenture

Sous l'intitulé Cloud First, l'entreprise de consultance Accenture regroupe un éventail de services cloud destinés à aider les entreprises à maximiser la valeur de leurs investissements.

En 2019, Gartner prévoyait qu'à l'horizon 2025, 80% de l'ensemble des entreprises ne disposeraient plus de leur datacenter en interne." Mais nous restons encore loin des 80% annoncés ", estime Rima Farhat, Managing Director & Cloud First Lead Accenture Belux. " En effet, de nombreuses entreprises ne peuvent pas se passer de leurs systèmes hérités. De plus, il existe encore toujours des arguments pertinents en faveur du centre de données sur-site. Souvent, ceux-ci portent sur le contrôle et la confiance. De même, des secteurs fortement régulés ne peuvent parfois pas opérer sans centre de données sur-site. La réalité est surtout que l'on voit émerger toujours plus d'environnements hybrides. "Les entreprises doivent dès lors se poser la question de savoir si elles ont intérêt à opter pour l'on-prem ou se tourner vers le cloud. " C'est une question de génération de valeur ", considère Rima Farhat. " C'est ainsi que le cloud doit apporter davantage d'efficacité ou doit permettre à l'entreprise d'accélérer la mise sur le marché de nouvelles solutions. " C'est d'ailleurs précisément la raison pour laquelle le cloud est souvent l'objet d'un malentendu important. " Les entreprises imaginent qu'il s'agit uniquement de migrer une partie de l'IT du centre de données sur-site vers le cloud. Or là n'est pas l'essentiel. La question est de savoir où se situe la valeur, par exemple comment déployer une nouvelle ligne d'activité. " Dans le contexte du centre de données sur-site, la capacité a souvent été la question clé : avons-nous suffisamment de place pour continuer à tout gérer ? Rima Farhat : " Aujourd'hui, de nombreuses autres questions surgissent. Songez à la complexité croissante de l'environnement de production et à la nécessité de sécuriser la gestion des machines via l'IoT. L'egde computing apporte à cet égard une réponse possible, certainement avec l'émergence de la 5G. Dans le même temps, on constate que les entreprises posent de nouvelles questions à leurs opérateurs télécoms, d'autant qu'elles veulent interagir de manière fluide avec des acteurs comme Azure et AWS. "Par ailleurs, se posent d'autres questions concernant le cloud privé et le cloud public. Rima Farhat : " Comment réagir face à des fournisseurs qui stockent vos données - d'une entreprise européenne - sur des serveurs aux Etats-Unis ? Le cloud souverain peut être une réponse possible pour conserver l'ensemble des données au sein des frontières de l'Europe. On constate immédiatement que les entreprises font face à un puzzle complexe. Dès lors, elles se tournent dans la pratique vers le cloud hybride. " La crise du coronavirus a accéléré sensiblement l'adoption des services cloud par de nombreuses entreprises. Rima Farhat : " " Le coronavirus a représenté à cet égard une belle opportunité. Nous avons avancé nettement plus vite que prévu sur la voie d'un monde plus connecté. Ceci s'est traduit notamment par une hausse sensible de la demande de profils IT. Or précisément du fait que nous avons davantage d'expérience dans le travail à distance, les entreprises recrutent plus facilement de nouveaux collaborateurs qui n'habitent pas forcément à proximité. D'ailleurs, si des vaccins contre le coronavirus sont apparus si rapidement, c'est en grande partie grâce à la puissance de calcul qui a été mise à disposition dans le cloud. "