L'intelligence artificielle recouvre, selon Thomas Breuer, un large éventail de technologies différentes. Des technologies qui collaborent pour permettre aux machines de ressentir, de comprendre, de traiter et d'apprendre avec des niveaux d'intelligence proches de l'humain. " La définition sera donc différente d'une personne à une autre. Il s'agit pour les entreprises et les administrations publiques d'adapter la puissance de l'IA en fonction de leurs activités. "

Vue plus large

Thomas Breuer fait remarquer que la maturité de l'IA a fortement augmenté. " Cela dit, avant de dépasser la phase du projet pilote, il reste pas mal de chemin à parcourir. A mon sens, l'IA est étroitement liée à la transformation numérique. La qualité des données représente donc une condition majeure. Et il est nécessaire d'avoir une culture qui facilite le changement et donne aux projets l'opportunité de se développer. De même, il est important d'intégrer des flux clairs et de mettre en place une organisation flexible. Si la mise en oeuvre d'un projet d'IA se fait trop longtemps attendre, votre concurrent aura peut-être déjà franchi certaines étapes importantes. "

Thomas Breuer, Managing Director chez Accenture

Il ne fait aucun doute selon l'expert d'Accenture que chaque projet d'IA exige une approche à l'échelle de l'entreprise. " L'IA ne se limite pas, loin de là, aux frontières d'un département. Si l'ICT agit en solo, le métier se posera des questions quant aux avantages offerts par le projet. Je ne peux que me réjouir du fait qu'un nombre croissant d'organisations regroupent leurs équipes métier et leur département ICT. Il s'agit d'une étape fondamentale sur laquelle il sera possible de capitaliser lors de futurs projets de transformation. "

Eviter l'effet gadget

Thomas Breuer estime encore qu'aucun budget spécifique n'est nécessaire pour l'IA. " Cela déboucherait sur une approche isolée alors qu'il faut précisément une vision intégrée. L'IA ne représente d'ailleurs que l'une des multiples manières de promouvoir l'efficience et l'interaction client. " La vision constitue clairement l'un des chevaux de bataille de Thomas lorsqu'il est question d'IA. " Trop souvent, l'IA est un projet pilote peu en lien avec la stratégie de l'entreprise. Vous créez alors un gadget technologique auquel le métier risque de se désintéresser rapidement. "

Trop souvent, l'IA est un projet pilote peu en lien avec la stratégie de l'entreprise. Vous créez alors un gadget technologique auquel le métier risque de se désintéresser rapidement.

La Belgique dans le train

Thomas Breuer fait remarquer que les entreprises et le monde ICT belges estiment être quelque peu en retard sur le plan de l'IA. D'après ses propres expériences, il n'y a toutefois aucune raison de le penser. " L'impression selon laquelle les entreprises belges ne feraient pas partie du peloton de tête s'explique surtout par le fait que la plupart des entreprises iconiques se trouvent à l'étranger. Les projets de géants tels qu'Amazon et Tesla auront toujours une plus grande visibilité. Si l'on compare avec des organisations de taille similaire, la Belgique n'a certainement pas à rougir. Au niveau sectoriel, la rupture provoquée par l'IA est surtout marquée dans le monde des télécoms. "

Gouvernance des données

A la question à un million d'euros de savoir si l'IA est vraiment l'avenir, Thomas Breuer apporte une réponse quelque peu nuancée. " Qu'on le veuille ou non, l'IA poursuivra sa marche en avant. La technologie est d'ores et déjà nettement plus présente que ce que la plupart des gens peuvent supposer. Elle change ce que nous consommons et la manière dont nous le faisons. Cela pose évidemment aussi certaines questions éthiques. Nous devons veiller à ce que chacun garde le contrôle sur ses données. Celui qui entame un projet d'IA ne pourra donc pas éviter la question de la gouvernance des données. L'IA est-elle l'avenir ? Je ne le pense pas, même s'il s'agira certes d'un aspect important de ce futur. "

Conseils et astuces

En guise de conclusion, Thomas Breuer propose quelques conseils précieux. " Optez pour un combat que vous pouvez gagner. Commencez par des projets ayant un cycle de développement plus court et susceptibles de démonter rapidement leur valeur. Ce faisant, vous parviendrez à convaincre le métier du retour sur investissement. Communiquez de manière transparente durant tout le projet en impliquant l'ensemble des acteurs, même lorsque quelque chose ne se passe pas comme prévu. Veillez également à prévoir les KPI nécessaires, ce qui permettra de valider les résultats du projet. "

L'intelligence artificielle recouvre, selon Thomas Breuer, un large éventail de technologies différentes. Des technologies qui collaborent pour permettre aux machines de ressentir, de comprendre, de traiter et d'apprendre avec des niveaux d'intelligence proches de l'humain. " La définition sera donc différente d'une personne à une autre. Il s'agit pour les entreprises et les administrations publiques d'adapter la puissance de l'IA en fonction de leurs activités. "Thomas Breuer fait remarquer que la maturité de l'IA a fortement augmenté. " Cela dit, avant de dépasser la phase du projet pilote, il reste pas mal de chemin à parcourir. A mon sens, l'IA est étroitement liée à la transformation numérique. La qualité des données représente donc une condition majeure. Et il est nécessaire d'avoir une culture qui facilite le changement et donne aux projets l'opportunité de se développer. De même, il est important d'intégrer des flux clairs et de mettre en place une organisation flexible. Si la mise en oeuvre d'un projet d'IA se fait trop longtemps attendre, votre concurrent aura peut-être déjà franchi certaines étapes importantes. "Il ne fait aucun doute selon l'expert d'Accenture que chaque projet d'IA exige une approche à l'échelle de l'entreprise. " L'IA ne se limite pas, loin de là, aux frontières d'un département. Si l'ICT agit en solo, le métier se posera des questions quant aux avantages offerts par le projet. Je ne peux que me réjouir du fait qu'un nombre croissant d'organisations regroupent leurs équipes métier et leur département ICT. Il s'agit d'une étape fondamentale sur laquelle il sera possible de capitaliser lors de futurs projets de transformation. " Thomas Breuer estime encore qu'aucun budget spécifique n'est nécessaire pour l'IA. " Cela déboucherait sur une approche isolée alors qu'il faut précisément une vision intégrée. L'IA ne représente d'ailleurs que l'une des multiples manières de promouvoir l'efficience et l'interaction client. " La vision constitue clairement l'un des chevaux de bataille de Thomas lorsqu'il est question d'IA. " Trop souvent, l'IA est un projet pilote peu en lien avec la stratégie de l'entreprise. Vous créez alors un gadget technologique auquel le métier risque de se désintéresser rapidement. "Thomas Breuer fait remarquer que les entreprises et le monde ICT belges estiment être quelque peu en retard sur le plan de l'IA. D'après ses propres expériences, il n'y a toutefois aucune raison de le penser. " L'impression selon laquelle les entreprises belges ne feraient pas partie du peloton de tête s'explique surtout par le fait que la plupart des entreprises iconiques se trouvent à l'étranger. Les projets de géants tels qu'Amazon et Tesla auront toujours une plus grande visibilité. Si l'on compare avec des organisations de taille similaire, la Belgique n'a certainement pas à rougir. Au niveau sectoriel, la rupture provoquée par l'IA est surtout marquée dans le monde des télécoms. "A la question à un million d'euros de savoir si l'IA est vraiment l'avenir, Thomas Breuer apporte une réponse quelque peu nuancée. " Qu'on le veuille ou non, l'IA poursuivra sa marche en avant. La technologie est d'ores et déjà nettement plus présente que ce que la plupart des gens peuvent supposer. Elle change ce que nous consommons et la manière dont nous le faisons. Cela pose évidemment aussi certaines questions éthiques. Nous devons veiller à ce que chacun garde le contrôle sur ses données. Celui qui entame un projet d'IA ne pourra donc pas éviter la question de la gouvernance des données. L'IA est-elle l'avenir ? Je ne le pense pas, même s'il s'agira certes d'un aspect important de ce futur. "En guise de conclusion, Thomas Breuer propose quelques conseils précieux. " Optez pour un combat que vous pouvez gagner. Commencez par des projets ayant un cycle de développement plus court et susceptibles de démonter rapidement leur valeur. Ce faisant, vous parviendrez à convaincre le métier du retour sur investissement. Communiquez de manière transparente durant tout le projet en impliquant l'ensemble des acteurs, même lorsque quelque chose ne se passe pas comme prévu. Veillez également à prévoir les KPI nécessaires, ce qui permettra de valider les résultats du projet. "