Lorsque la société fait face à une perturbation, la transformation ne se fait généralement pas attendre. Dans le cas de la crise qui nous occupe, la transformation est avant tout de nature numérique. Pas moins de 69 % des chefs d'entreprise estiment que la Covid-19 accélère leur feuille de route en matière de transformation numérique.

Qu'il s'agisse de l'acceptation d'initiatives comme le travail à distance ou de l'accélération des stratégies de génération de revenus comme l'e-commerce et les paiements électroniques, les entreprises de tous niveaux nous font part du même constat : cette année, la transformation numérique est essentielle à leur survie.

Mais les implications de la transformation numérique ont elles aussi complètement changé. Elle s'étend aujourd'hui au-delà des principes de base que sont la mise à niveau des systèmes informatiques et l'élaboration d'une approche numérique solide. À l'heure actuelle, de nombreuses entreprises se voient dans l'obligation d'appliquer une stratégie " digital first " ou " digital only ".

Bien entendu, cette approche bouleverse profondément les entreprises jusque-là peu axées sur le numérique et amène à redéfinir la notion d'entreprise active en 2020 et au-delà. La crise n'a pas seulement engendré la modernisation technique à laquelle nous pouvions nous attendre. Dans bien des cas, ce sont aussi la culture d'entreprise et les pratiques RH qui ont été repensées.

Dès lors, la question est la suivante : qui, parmi les cadres dirigeants d'une entreprise, s'occupe de cette nouvelle transformation ?

Les Chief Information Officers (CIO) ont généralement convaincu leur organisation de déployer des innovations que nous associons probablement à la transformation numérique. Mais les CIO eux-mêmes ont vécu une transformation de leur fonction et de leurs responsabilités au sein de leur entreprise.

Si le Chief Human Resource Officer (CHRO) excelle dans la gestion collective des ressources humaines d'une organisation, il n'a pas la même expérience dans le cadre du travail à distance. Quant au Chief Executive Officer (CEO), il est responsable de la direction de l'entreprise dans son ensemble, mais n'a probablement pas l'habitude d'exercer cette fonction sans contact personnel.

Dans la situation actuelle, le CIO gagne encore en importance au sein de l'équipe de direction. Désormais, l'innovation technologique est omniprésente dans l'entreprise. Les divergences d'opinions relatives à l'approche numérique seront donc inévitables.

Puisque 69 % des chefs d'entreprise estiment que leur approche fondamentale de la transformation est en plein changement cette année, nous avons voulu non seulement comprendre l'impact de la crise sur le rôle des CIO, mais aussi évaluer si les CIO sont en phase avec leurs collègues de l'équipe de direction face à ce " changement d'approche ".

C'est pourquoi nous avons interrogé 750 personnes (à la fois des CIO (35 % des répondants) et d'autres membres de l'équipe dirigeante (65 % des répondants)) en France, en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas et en Belgique. Les résultats sont fascinants.

Lisez notre rapport pour en savoir plus : Évolution de la fonction de CIO : l'influence de la technologie et d'une pandémie sur les responsabilités au sein des équipes de direction en vue du changement organisationnel.

Lorsque la société fait face à une perturbation, la transformation ne se fait généralement pas attendre. Dans le cas de la crise qui nous occupe, la transformation est avant tout de nature numérique. Pas moins de 69 % des chefs d'entreprise estiment que la Covid-19 accélère leur feuille de route en matière de transformation numérique.Qu'il s'agisse de l'acceptation d'initiatives comme le travail à distance ou de l'accélération des stratégies de génération de revenus comme l'e-commerce et les paiements électroniques, les entreprises de tous niveaux nous font part du même constat : cette année, la transformation numérique est essentielle à leur survie.Mais les implications de la transformation numérique ont elles aussi complètement changé. Elle s'étend aujourd'hui au-delà des principes de base que sont la mise à niveau des systèmes informatiques et l'élaboration d'une approche numérique solide. À l'heure actuelle, de nombreuses entreprises se voient dans l'obligation d'appliquer une stratégie " digital first " ou " digital only ".Bien entendu, cette approche bouleverse profondément les entreprises jusque-là peu axées sur le numérique et amène à redéfinir la notion d'entreprise active en 2020 et au-delà. La crise n'a pas seulement engendré la modernisation technique à laquelle nous pouvions nous attendre. Dans bien des cas, ce sont aussi la culture d'entreprise et les pratiques RH qui ont été repensées.Dès lors, la question est la suivante : qui, parmi les cadres dirigeants d'une entreprise, s'occupe de cette nouvelle transformation ?Les Chief Information Officers (CIO) ont généralement convaincu leur organisation de déployer des innovations que nous associons probablement à la transformation numérique. Mais les CIO eux-mêmes ont vécu une transformation de leur fonction et de leurs responsabilités au sein de leur entreprise.Si le Chief Human Resource Officer (CHRO) excelle dans la gestion collective des ressources humaines d'une organisation, il n'a pas la même expérience dans le cadre du travail à distance. Quant au Chief Executive Officer (CEO), il est responsable de la direction de l'entreprise dans son ensemble, mais n'a probablement pas l'habitude d'exercer cette fonction sans contact personnel.Dans la situation actuelle, le CIO gagne encore en importance au sein de l'équipe de direction. Désormais, l'innovation technologique est omniprésente dans l'entreprise. Les divergences d'opinions relatives à l'approche numérique seront donc inévitables.Puisque 69 % des chefs d'entreprise estiment que leur approche fondamentale de la transformation est en plein changement cette année, nous avons voulu non seulement comprendre l'impact de la crise sur le rôle des CIO, mais aussi évaluer si les CIO sont en phase avec leurs collègues de l'équipe de direction face à ce " changement d'approche ".C'est pourquoi nous avons interrogé 750 personnes (à la fois des CIO (35 % des répondants) et d'autres membres de l'équipe dirigeante (65 % des répondants)) en France, en Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas et en Belgique. Les résultats sont fascinants.Lisez notre rapport pour en savoir plus : Évolution de la fonction de CIO : l'influence de la technologie et d'une pandémie sur les responsabilités au sein des équipes de direction en vue du changement organisationnel.