Chaque année, les arbres de la forêt amazonienne absorbent des milliards de tonnes de CO2 dans l'air. Ils constituent donc une arme cruciale dans la lutte contre le changement climatique. Pourtant, une superficie toujours plus grande de forêt tropicale disparaît. Un triste record a même été établi en mai : l'équivalent de 200.000 terrains de football d'arbres a été déboisé. Le recul de la forêt tropicale a un impact direct sur les ressources d'eau, l'érosion des sols et la biodiversité.

Pandémie

L'épidémie de COVID-19 était également de mauvais augure. Beaucoup de nouvelles maladies apparaissent quand un virus se propage de l'animal à l'homme. La plupart de ces animaux vivaient autrefois dans une partie isolée de la forêt tropicale et entraient rarement en contact avec l'homme. Plus nous déboisons, plus nous risquons une nouvelle pandémie. Il est donc urgent d'accorder une plus grande attention à la déforestation, et l'intelligence artificielle jouera un rôle clé à cet égard.

L'année dernière, l'IIASA (International Institute for Applied Systems Analysis) et l'entreprise d'analyse de données SAS ont uni leurs forces et lancé une initiative à grande échelle à l'occasion du 50e anniversaire de la Journée de la Terre, dans le but de cartographier les dégâts à l'aide de modèles de vision par ordinateur. Le projet devrait permettre aux organisations environnementales et aux autorités de reconnaître les premiers signes de déboisement dans une région et de réagir de manière appropriée avant qu'un morceau de forêt ne disparaisse définitivement.

Analyse d'images satellites

Les citoyens soucieux de la planète ont également un rôle crucial à jouer. Même si l'IA est en mesure d'analyser d'énormes volumes de données, un modèle doit d'abord apprendre de l'expertise de l'homme. " L'IA n'est pas une boîte magique. Nous sommes par exemple capables de distinguer assez facilement une route et une rivière sur une photo, car nous comprenons les deux concepts. Pour un modèle informatique, c'est moins évident car ces routes et ces rivières peuvent prendre des formes différentes sur les photos ", explique Véronique Van Vlasselaer, AI & Analytics Expert chez SAS.

Véronique Van Vlasselaer, AI & Analytics Expert chez SAS

" En alimentant le modèle d'IA avec des observations humaines, ce dernier parviendra de mieux en mieux à identifier les activités suspectes sur les images satellites. " Entre-temps, des personnes de plus de 100 pays ont classé quelque 90.000 images satellite. Vous pouvez également nous aider en surfant sur ce site et en analysant les images. L'IIASA et SAS espèrent qu'à terme, le modèle d'IA sera à même de prédire avec précision où le risque de déforestation est le plus élevé.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'IA basée sur le public et sur la manière dont cette technologie permet de résoudre des problèmes mondiaux complexes, inscrivez-vous à un webinaire gratuit le 19 octobre.

Chaque année, les arbres de la forêt amazonienne absorbent des milliards de tonnes de CO2 dans l'air. Ils constituent donc une arme cruciale dans la lutte contre le changement climatique. Pourtant, une superficie toujours plus grande de forêt tropicale disparaît. Un triste record a même été établi en mai : l'équivalent de 200.000 terrains de football d'arbres a été déboisé. Le recul de la forêt tropicale a un impact direct sur les ressources d'eau, l'érosion des sols et la biodiversité.L'épidémie de COVID-19 était également de mauvais augure. Beaucoup de nouvelles maladies apparaissent quand un virus se propage de l'animal à l'homme. La plupart de ces animaux vivaient autrefois dans une partie isolée de la forêt tropicale et entraient rarement en contact avec l'homme. Plus nous déboisons, plus nous risquons une nouvelle pandémie. Il est donc urgent d'accorder une plus grande attention à la déforestation, et l'intelligence artificielle jouera un rôle clé à cet égard.L'année dernière, l'IIASA (International Institute for Applied Systems Analysis) et l'entreprise d'analyse de données SAS ont uni leurs forces et lancé une initiative à grande échelle à l'occasion du 50e anniversaire de la Journée de la Terre, dans le but de cartographier les dégâts à l'aide de modèles de vision par ordinateur. Le projet devrait permettre aux organisations environnementales et aux autorités de reconnaître les premiers signes de déboisement dans une région et de réagir de manière appropriée avant qu'un morceau de forêt ne disparaisse définitivement.Les citoyens soucieux de la planète ont également un rôle crucial à jouer. Même si l'IA est en mesure d'analyser d'énormes volumes de données, un modèle doit d'abord apprendre de l'expertise de l'homme. " L'IA n'est pas une boîte magique. Nous sommes par exemple capables de distinguer assez facilement une route et une rivière sur une photo, car nous comprenons les deux concepts. Pour un modèle informatique, c'est moins évident car ces routes et ces rivières peuvent prendre des formes différentes sur les photos ", explique Véronique Van Vlasselaer, AI & Analytics Expert chez SAS." En alimentant le modèle d'IA avec des observations humaines, ce dernier parviendra de mieux en mieux à identifier les activités suspectes sur les images satellites. " Entre-temps, des personnes de plus de 100 pays ont classé quelque 90.000 images satellite. Vous pouvez également nous aider en surfant sur ce site et en analysant les images. L'IIASA et SAS espèrent qu'à terme, le modèle d'IA sera à même de prédire avec précision où le risque de déforestation est le plus élevé.Si vous souhaitez en savoir plus sur l'IA basée sur le public et sur la manière dont cette technologie permet de résoudre des problèmes mondiaux complexes, inscrivez-vous à un webinaire gratuit le 19 octobre.