L'arrivée de la 5G ne signifie certainement pas que nous passerons tous demain à la 5G. En effet, un bon nombre d'appareils existants ne supporte pas encore la 5G. " Ceux-ci continueront à utiliser la 4G, voire la 3G ", confirme Geert Degezelle. " L'avenir sera hybride. " A côté de la 4G et de la 5G, le Wi-Fi et le NB-IoT conserveront leur raison d'être. Le défi consiste à trouver le type de connectivité qui correspond le mieux à chaque usage. Et il ne s'agit pas forcément toujours de la 5G. " Les entreprises recherchent désormais des applications pour la 5G ", enchaîne Geert Degezelle. " Or ce n'est pas vraiment le bon point de départ. Il faut plutôt se demander quel est le problème que l'on cherche à résoudre. "

Des voitures autonomes à l'enseignement à distance

La vitesse d'adoption de la 5G dépendra en grande partie du succès des premiers projets. " Avec Telenet Business, nous collaborons au premier projet européen 5G Blueprint auquel participe aussi Imec notamment ", confie Geert Degezelle. " Celui-ci comprend entre autres une initiative sur les camions autonomes. Celle-ci pourrait apporter une réponse partielle à la pénurie de chauffeurs routiers. Par ailleurs, nous participons à des projets pilotes portant sur les enfants et les soins de santé. Grâce à l'application de réalité virtuelle VRiendje, les enfants malades peuvent suivre les cours comme s'ils étaient en classe ou être présents virtuellement dans les vestiaires d'une équipe de football. La 5G permet de rendre l'application mobile, ce qui ouvre davantage de perspectives. "

" L'avenir sera hybride. Les entreprises doivent analyser la solution qui convient le mieux à leur problématique : 4G ou 5G, mais aussi Wi-Fi ou narrowband-IoT. "

Etape intermédiaire

Outre le réseau 5G public, les entreprises ont la possibilité de travailler avec un MPN 5G (Mobile Private Network). En l'occurrence, elles utilisent un réseau 5G local sur leur site industriel. Gérer un MPN 5G ne se limite toutefois pas à installer le réseau, confirme-t-on chez Telenet Business. " Il existe incontestablement des applications intéressantes pour le MPN 5G ", analyse Geert Degezelle. " Mais je considère cette solution plutôt comme une étape intermédiaire, sachant que le slicing sur le réseau public apparaîtra à terme comme une approche plus intéressante. " Avec le slicing, une application se voit attribuer une partie de la bande passante - une tranche ou 'slice' du réseau 5G public.

Geert Degezelle, Executive VP chez Telenet Business

Le service fait la différence

Alors que les opérateurs se lancent à fond dans toutes sortes de tests et de projets pilotes, tout en attendant la mise aux enchères des licences 5G, il apparaît toujours plus clairement que le positionnement des fournisseurs de 5G commence à se préciser. Certes, il leur faudra d'abord décrocher les licences nécessaires. Mais la manière dont le marché évoluera par la suite sera en tout cas différente de celle de la 4G. Pour les opérateurs, il s'agira plus que jamais d'être à l'écoute du client. " Le coût final dépendra de la disponibilité demandée et de son impact sur l'infrastructure nécessaire. Finalement, il conviendra de pouvoir offrir au client le niveau de service réclamé et ce, 24 h sur 24 ", note Geert Degezelle.

VRiendje

Réseau Gigabit

Pour garantir ce type de service, un écosystème de partenaires se révèle particulièrement important pour Telenet Business. " Nous proposons aujourd'hui déjà un réseau Gigabit ", insiste Geert Degezelle. " C'est d'ailleurs clairement ce qu'attend le client. Mais avec la 5G, la vitesse et la capacité du réseau mobile seront encore supérieures. Cela dit, il reste du chemin à parcourir. Nous nous trouvons pour l'instant à mi-chemin de cette évolution. " Telle est sans doute la raison pour laquelle il est encore quelque peu prématuré de se lancer déjà dans la 6G. Geert Degezelle : " Sachant que la 5G n'est pas encore déployée, il est préférable d'attendre encore un peu avec la 6G. "

Lisez également: Les avantages de la 5G pour votre entreprise

L'arrivée de la 5G ne signifie certainement pas que nous passerons tous demain à la 5G. En effet, un bon nombre d'appareils existants ne supporte pas encore la 5G. " Ceux-ci continueront à utiliser la 4G, voire la 3G ", confirme Geert Degezelle. " L'avenir sera hybride. " A côté de la 4G et de la 5G, le Wi-Fi et le NB-IoT conserveront leur raison d'être. Le défi consiste à trouver le type de connectivité qui correspond le mieux à chaque usage. Et il ne s'agit pas forcément toujours de la 5G. " Les entreprises recherchent désormais des applications pour la 5G ", enchaîne Geert Degezelle. " Or ce n'est pas vraiment le bon point de départ. Il faut plutôt se demander quel est le problème que l'on cherche à résoudre. "La vitesse d'adoption de la 5G dépendra en grande partie du succès des premiers projets. " Avec Telenet Business, nous collaborons au premier projet européen 5G Blueprint auquel participe aussi Imec notamment ", confie Geert Degezelle. " Celui-ci comprend entre autres une initiative sur les camions autonomes. Celle-ci pourrait apporter une réponse partielle à la pénurie de chauffeurs routiers. Par ailleurs, nous participons à des projets pilotes portant sur les enfants et les soins de santé. Grâce à l'application de réalité virtuelle VRiendje, les enfants malades peuvent suivre les cours comme s'ils étaient en classe ou être présents virtuellement dans les vestiaires d'une équipe de football. La 5G permet de rendre l'application mobile, ce qui ouvre davantage de perspectives. "Outre le réseau 5G public, les entreprises ont la possibilité de travailler avec un MPN 5G (Mobile Private Network). En l'occurrence, elles utilisent un réseau 5G local sur leur site industriel. Gérer un MPN 5G ne se limite toutefois pas à installer le réseau, confirme-t-on chez Telenet Business. " Il existe incontestablement des applications intéressantes pour le MPN 5G ", analyse Geert Degezelle. " Mais je considère cette solution plutôt comme une étape intermédiaire, sachant que le slicing sur le réseau public apparaîtra à terme comme une approche plus intéressante. " Avec le slicing, une application se voit attribuer une partie de la bande passante - une tranche ou 'slice' du réseau 5G public.Alors que les opérateurs se lancent à fond dans toutes sortes de tests et de projets pilotes, tout en attendant la mise aux enchères des licences 5G, il apparaît toujours plus clairement que le positionnement des fournisseurs de 5G commence à se préciser. Certes, il leur faudra d'abord décrocher les licences nécessaires. Mais la manière dont le marché évoluera par la suite sera en tout cas différente de celle de la 4G. Pour les opérateurs, il s'agira plus que jamais d'être à l'écoute du client. " Le coût final dépendra de la disponibilité demandée et de son impact sur l'infrastructure nécessaire. Finalement, il conviendra de pouvoir offrir au client le niveau de service réclamé et ce, 24 h sur 24 ", note Geert Degezelle.Pour garantir ce type de service, un écosystème de partenaires se révèle particulièrement important pour Telenet Business. " Nous proposons aujourd'hui déjà un réseau Gigabit ", insiste Geert Degezelle. " C'est d'ailleurs clairement ce qu'attend le client. Mais avec la 5G, la vitesse et la capacité du réseau mobile seront encore supérieures. Cela dit, il reste du chemin à parcourir. Nous nous trouvons pour l'instant à mi-chemin de cette évolution. " Telle est sans doute la raison pour laquelle il est encore quelque peu prématuré de se lancer déjà dans la 6G. Geert Degezelle : " Sachant que la 5G n'est pas encore déployée, il est préférable d'attendre encore un peu avec la 6G. " Lisez également: Les avantages de la 5G pour votre entreprise