" Les assurances sont une matière complexe pour laquelle le client s'adresse encore souvent au courtier parce qu'il a besoin de ses conseils ", explique Sophie Misselyn, membre du comité de direction du groupe P&V. " Mais les clients veulent aujourd'hui interagir avec leur courtier par voie numérique. "

" C'est la réelle valeur de la numérisation dans les assurances. Comment nous permet-elle de renforcer le rôle de personne de confiance du courtier ? ", ajoute Steve Goossens, Chief Digital & Data Office chez Vivium.

La numérisation pour miser sur le conseil

" Grâce à la numérisation, le courtier libère plus de temps pour donner des conseils et évoluer davantage dans ce domaine. Le conseil en lui-même reste à peu près identique, mais la fréquence à laquelle le courtier doit le donner change. Aujourd'hui, le client veut obtenir des conseils 24 h/24 et 7 j/7 par voie numérique. "

Ce n'est pas seulement un atout. C'est une nécessité. " Oui, parce qu'aujourd'hui encore, les clients désireux de souscrire une assurance se fient surtout au courtier. Il met son expertise à leur disposition et compare les polices en fonction de leurs besoins. Ces besoins sont souvent implicites, car les clients ne savent pas exactement de quoi sera fait leur avenir et comment l'assurance interviendra. "

Steve Goossens, Chief Digital & Data Office Vivium

Comme il n'y a pas un courtier unique, il n'y a pas non plus de solution numérique unique qui soit la meilleure pour tous les bureaux. Steve Goossens, Chief Digital & Data Office Vivium

Un rôle essentiel pour les insurtechs

Traditionnellement, les courtiers se tournaient vers les compagnies d'assurance pour les mettre sur la voie de la numérisation. " Ils dépendaient donc d'une compagnie, alors que le courtier doit pouvoir se positionner indépendamment des assureurs, afin de donner les meilleurs conseils ", poursuit Sophie Misselyn.

" Les insurtechs jouent un rôle clé, à cet égard. Ces entreprises IT proposent aux courtiers des solutions qui leur permettent de numériser leurs services indépendamment de toute compagnie d'assurances, pour conseiller leurs clients par voie numérique, autant qu'ils le souhaitent. "

Sophie Misselyn, membre du comité de direction du groupe P&V

À chaque courtier, sa solution

" Il est même aujourd'hui de la responsabilité des insurtechs d'aider à préserver l'indépendance des courtiers ", souligne Steve Goossens. " Lors des derniers Vivium Digital Awards, dans le cadre desquels nous avons identifié toutes les solutions numériques pour les courtiers, nous avons donc passé chaque insurtech au crible pour découvrir ce qu'elle offrait et si elle pouvait assumer cette responsabilité. "

Cette étude a débouché sur trois radars : trois aperçus des outils numériques pour chaque domaine de travail du courtier. Vivium les a présentés à l'occasion du Vivium Digital Summit, le 16 mars 2021. " Il est essentiel que chaque solution numérique sur nos radars soit la meilleure pour chaque courtier. Parce que tous les courtiers d'assurance abordent le marché différemment. "

De quoi l'avenir sera-t-il fait ?

" Les courtiers se sont admirablement bien adaptés à la crise du coronavirus ", remarque Sophie Misselyn. " Ils se sont montrés ouverts à l'idée de travailler avec leurs clients et avec nous à distance. Nous avons bien évidemment encore du chemin à parcourir pour proposer une expérience numérique au client. Il y a certainement des possibilités d'amélioration, mais nous sommes sur la bonne voie. "

Les chiffres en témoignent également : en 2018, 85 % des courtiers possédaient un site web. Un pourcentage qui a sans doute encore augmenté. Un site ne constitue évidemment que le point de départ. La véritable numérisation consiste à renforcer le fonctionnement du bureau et le service au client. " Et les courtiers ont déjà une base solide à cet égard : d'excellents logiciels de gestion et de bureau. Ils entendent maintenant aller de l'avant et choisir les bonnes solutions numériques. Nos radars leur serviront de guide. Découvrez-les sur www.viviumdigitalawards.be. "

Qui les Vivium Digital Awards ont-ils récompensé ?

Plusieurs insurtechs ont reçu un Vivium Digital Award, en guise de reconnaissance de leur position de leader sur les radars. Dans le même temps, Vivium a assisté à une vague de talents prometteurs pour l'année à venir.

Compilation numérique de portraits individuels

" Dans le domaine de l'assurance vie, e-GOR de Harukey et myFaro ont reçu un prix. Tous deux investissent massivement dans la création d'un portail accessible permettant aux clients de suivre leur propre portefeuille et d'avoir un aperçu de leur pension et de la constitution de leur patrimoine. e-GOR a également remporté le Prix du Courtier ", explique Steve Goossens.

" En outre, il reste essentiel de proposer au client l'assurance vie qui lui correspond, dans le strict respect de la réglementation ", poursuit Sophie Misselyn. " En ce sens, nous sommes ravis qu'Harmoney ait mis au point un passeport financier, qui permet à un client de souscrire facilement le produit qui lui convient. Cette solution a, par ailleurs, valu un prix dans le domaine de l'assurance vie à cette insurtech. "

Dans le domaine de l'assurance non-vie, WeGroup a remporté un prix avec Louise : une assistante virtuelle capable de contribuer 24 h/24 et 7 j/7 à des analyses, des processus administratifs et une gestion efficace des sinistres. Tout comme WIS de WikiTree, qui utilise l'IA pour rendre les conditions générales accessibles dans la quête de la police la plus appropriée.

" Les assurances sont une matière complexe pour laquelle le client s'adresse encore souvent au courtier parce qu'il a besoin de ses conseils ", explique Sophie Misselyn, membre du comité de direction du groupe P&V. " Mais les clients veulent aujourd'hui interagir avec leur courtier par voie numérique. "" C'est la réelle valeur de la numérisation dans les assurances. Comment nous permet-elle de renforcer le rôle de personne de confiance du courtier ? ", ajoute Steve Goossens, Chief Digital & Data Office chez Vivium." Grâce à la numérisation, le courtier libère plus de temps pour donner des conseils et évoluer davantage dans ce domaine. Le conseil en lui-même reste à peu près identique, mais la fréquence à laquelle le courtier doit le donner change. Aujourd'hui, le client veut obtenir des conseils 24 h/24 et 7 j/7 par voie numérique. "Ce n'est pas seulement un atout. C'est une nécessité. " Oui, parce qu'aujourd'hui encore, les clients désireux de souscrire une assurance se fient surtout au courtier. Il met son expertise à leur disposition et compare les polices en fonction de leurs besoins. Ces besoins sont souvent implicites, car les clients ne savent pas exactement de quoi sera fait leur avenir et comment l'assurance interviendra. "Traditionnellement, les courtiers se tournaient vers les compagnies d'assurance pour les mettre sur la voie de la numérisation. " Ils dépendaient donc d'une compagnie, alors que le courtier doit pouvoir se positionner indépendamment des assureurs, afin de donner les meilleurs conseils ", poursuit Sophie Misselyn." Les insurtechs jouent un rôle clé, à cet égard. Ces entreprises IT proposent aux courtiers des solutions qui leur permettent de numériser leurs services indépendamment de toute compagnie d'assurances, pour conseiller leurs clients par voie numérique, autant qu'ils le souhaitent. "" Il est même aujourd'hui de la responsabilité des insurtechs d'aider à préserver l'indépendance des courtiers ", souligne Steve Goossens. " Lors des derniers Vivium Digital Awards, dans le cadre desquels nous avons identifié toutes les solutions numériques pour les courtiers, nous avons donc passé chaque insurtech au crible pour découvrir ce qu'elle offrait et si elle pouvait assumer cette responsabilité. "Cette étude a débouché sur trois radars : trois aperçus des outils numériques pour chaque domaine de travail du courtier. Vivium les a présentés à l'occasion du Vivium Digital Summit, le 16 mars 2021. " Il est essentiel que chaque solution numérique sur nos radars soit la meilleure pour chaque courtier. Parce que tous les courtiers d'assurance abordent le marché différemment. "" Les courtiers se sont admirablement bien adaptés à la crise du coronavirus ", remarque Sophie Misselyn. " Ils se sont montrés ouverts à l'idée de travailler avec leurs clients et avec nous à distance. Nous avons bien évidemment encore du chemin à parcourir pour proposer une expérience numérique au client. Il y a certainement des possibilités d'amélioration, mais nous sommes sur la bonne voie. "Les chiffres en témoignent également : en 2018, 85 % des courtiers possédaient un site web. Un pourcentage qui a sans doute encore augmenté. Un site ne constitue évidemment que le point de départ. La véritable numérisation consiste à renforcer le fonctionnement du bureau et le service au client. " Et les courtiers ont déjà une base solide à cet égard : d'excellents logiciels de gestion et de bureau. Ils entendent maintenant aller de l'avant et choisir les bonnes solutions numériques. Nos radars leur serviront de guide. Découvrez-les sur www.viviumdigitalawards.be. "