La STIB est l'un des plus gros employeurs de Bruxelles. De nouveaux projets sont constamment lancés pour améliorer la fluidité du trafic dans la capitale. Dans cette optique, la data lab community qui regroupe quelque cent vingt-cinq collaborateurs joue un rôle essentiel. Rob Roemers : " Plusieurs innovations revêtent une composante IA, mais une technologie spécifique ne constitue jamais le point de départ pour nos collaborateurs. Nous examinons chaque fois la meilleure manière d'aborder un défi spécifique. L'IA représente l'un des nombreux instruments permettant d'atteindre nos objectifs. "

Résultats mesurables

Pour emporter l'adhésion du métier, le spécialiste en données recommande de débuter par quelques projets raisonnables. " Ces résultats plus abordables se retrouvent dans toute organisation. Dans le cadre de nos premiers projets, nous sommes parvenus grâce à des capteurs à améliorer la fiabilité de nos distributeurs de tickets. Un tel projet n'exige pas des modèles de données extrêmement complexes ou des budgets faramineux, mais a prouvé sa faisabilité et a donné des résultats mesurables. Nous avons ensuite rapidement ouvert la technologie à nos ascenseurs ainsi qu'à d'autres applications. Tout l'art consiste à ne pas échouer trop souvent lors des premiers projets de données ou d'IA. "

Rob Roemers, Head of Data & Analytics

La propulsion et la route les plus appropriées

Pour illustrer la manière dont l'IA contribue à une mobilité durable, Rob Roemers cite l'exemple d'un projet qui se trouve pour l'instant dans sa phase pilote. " La STIB met tout en oeuvre pour réduire son empreinte écologique. C'est ainsi que nous testons, sur la base de données et de capteurs, la propulsion la plus appropriée. L'IA nous aide à étudier la route la moins énervigore pour nos bus électriques. En évitant les montées trop fortes ou les carrefours encombrés, nous en arrivons à une plus grande autonomie. C'est ce que nous voulons déterminer avec précision. "

Vision de type 'étoile polaire'

La société des transports bruxelloise constitue une belle preuve de la manière dont des organismes publics déploient l'IA et d'autres technologies innovantes. " Nous avons insisté au sein de l'organisation sur l'importance de la gestion des données et avons adopté une vision de type 'étoile polaire' très claire. Le business met à notre disposition les budgets nécessaires dans la mesure où il peut identifier le lien direct entre nos activités et la valeur ajoutée potentielle. En définissant les délais et les budgets, vous disposez de la marge de manoeuvre suffisante pour vous adapter.

C'est un peu comme l'ascension d'une montagne où il arrive que l'on revienne sur ses pas pour éviter une partie infranchissable. Finalement - du moins si l'on a bien fait les choses -, on parvient à atteindre le sommet. "

Suiveur réactif

La STIB n'ambitionne nullement selon Rob Roemers de jouer un rôle de leader. " Nous nous profilons délibérément comme un suiveur réactif. Indépendamment de la technologie, nous regardons toujours ce qui se passe sur le marché. Si nécessaire, nous adaptons à notre organisation l'application qui offre la plus grande valeur ajoutée. C'est ce que j'appelle la 'science de la donnée du pauvre' : choisir ce qui fonctionne et le déployer plutôt que de partir d'une feuille blanche et développer tout soi-même. "

Nous nous profilons délibérément comme un suiveur réactif. Indépendamment de la technologie, nous regardons toujours ce qui se passe sur le marché.

Plus fort ensemble

La collaboration représente un facteur de succès crucial pour la STIB, tout particulièrement dans l'implémentation d'applications d'IA. " Nous affectons nos experts aux projets et aux départements les plus appropriés et ne considérons donc jamais l'innovation technologique comme un projet exclusif du business ou du département ICT. " Rob Roemers insiste enfin sur l'importance du partage de connaissance en interne et vers l'extérieur. " La STIB couvre de très nombreux domaines d'activité. Un projet qui fonctionne pour les équipes du métro peut également prouver son utilité pour nos bus et nos trams. Nous essayons toujours de garder à l'esprit la fertilisation croisée potentielle. Nous nous ouvrons par ailleurs à diverses administrations publiques, par exemple pour le partage de données pertinentes. Les connaissances et l'expérience que nous acquérons nous permettent de jouer un rôle de leader. "

La STIB est l'un des plus gros employeurs de Bruxelles. De nouveaux projets sont constamment lancés pour améliorer la fluidité du trafic dans la capitale. Dans cette optique, la data lab community qui regroupe quelque cent vingt-cinq collaborateurs joue un rôle essentiel. Rob Roemers : " Plusieurs innovations revêtent une composante IA, mais une technologie spécifique ne constitue jamais le point de départ pour nos collaborateurs. Nous examinons chaque fois la meilleure manière d'aborder un défi spécifique. L'IA représente l'un des nombreux instruments permettant d'atteindre nos objectifs. " Pour emporter l'adhésion du métier, le spécialiste en données recommande de débuter par quelques projets raisonnables. " Ces résultats plus abordables se retrouvent dans toute organisation. Dans le cadre de nos premiers projets, nous sommes parvenus grâce à des capteurs à améliorer la fiabilité de nos distributeurs de tickets. Un tel projet n'exige pas des modèles de données extrêmement complexes ou des budgets faramineux, mais a prouvé sa faisabilité et a donné des résultats mesurables. Nous avons ensuite rapidement ouvert la technologie à nos ascenseurs ainsi qu'à d'autres applications. Tout l'art consiste à ne pas échouer trop souvent lors des premiers projets de données ou d'IA. " Pour illustrer la manière dont l'IA contribue à une mobilité durable, Rob Roemers cite l'exemple d'un projet qui se trouve pour l'instant dans sa phase pilote. " La STIB met tout en oeuvre pour réduire son empreinte écologique. C'est ainsi que nous testons, sur la base de données et de capteurs, la propulsion la plus appropriée. L'IA nous aide à étudier la route la moins énervigore pour nos bus électriques. En évitant les montées trop fortes ou les carrefours encombrés, nous en arrivons à une plus grande autonomie. C'est ce que nous voulons déterminer avec précision. " La société des transports bruxelloise constitue une belle preuve de la manière dont des organismes publics déploient l'IA et d'autres technologies innovantes. " Nous avons insisté au sein de l'organisation sur l'importance de la gestion des données et avons adopté une vision de type 'étoile polaire' très claire. Le business met à notre disposition les budgets nécessaires dans la mesure où il peut identifier le lien direct entre nos activités et la valeur ajoutée potentielle. En définissant les délais et les budgets, vous disposez de la marge de manoeuvre suffisante pour vous adapter.C'est un peu comme l'ascension d'une montagne où il arrive que l'on revienne sur ses pas pour éviter une partie infranchissable. Finalement - du moins si l'on a bien fait les choses -, on parvient à atteindre le sommet. " La STIB n'ambitionne nullement selon Rob Roemers de jouer un rôle de leader. " Nous nous profilons délibérément comme un suiveur réactif. Indépendamment de la technologie, nous regardons toujours ce qui se passe sur le marché. Si nécessaire, nous adaptons à notre organisation l'application qui offre la plus grande valeur ajoutée. C'est ce que j'appelle la 'science de la donnée du pauvre' : choisir ce qui fonctionne et le déployer plutôt que de partir d'une feuille blanche et développer tout soi-même. " La collaboration représente un facteur de succès crucial pour la STIB, tout particulièrement dans l'implémentation d'applications d'IA. " Nous affectons nos experts aux projets et aux départements les plus appropriés et ne considérons donc jamais l'innovation technologique comme un projet exclusif du business ou du département ICT. " Rob Roemers insiste enfin sur l'importance du partage de connaissance en interne et vers l'extérieur. " La STIB couvre de très nombreux domaines d'activité. Un projet qui fonctionne pour les équipes du métro peut également prouver son utilité pour nos bus et nos trams. Nous essayons toujours de garder à l'esprit la fertilisation croisée potentielle. Nous nous ouvrons par ailleurs à diverses administrations publiques, par exemple pour le partage de données pertinentes. Les connaissances et l'expérience que nous acquérons nous permettent de jouer un rôle de leader. "