Chaque entreprise devrait avoir une stratégie, cela semble logique mais c'est souvent lettre morte. Détailler une fois par an - lors de la réception du Nouvel An - la stratégie de l'entreprise aux collaborateurs ne suffit pas. Pour mettre en oeuvre une véritable stratégie, l'organisation doit déployer une trajectoire active avec des objectifs concrets et des résultats mesurables. Il faut aussi de l'engagement. Les collaborateurs impliqués fournissent un travail meilleur et contribuent davantage à la réalisation de la stratégie.

Briser les silos

Cet engagement est aujourd'hui un défi majeur pour de nombreuses entreprises. Elles connaissent le phénomène des silos depuis longtemps qui complique l'échange des données entre les départements. Chaque silo travaille spécifiquement, a son approche pour la collecte et le déverrouillage des données, et sa manière de communiquer. En cette période de corona, le défi est encore plus grand. De nombreux collaborateurs travaillent à la maison - dans leur propre silo pourrait-on dire - ce qui rend la circulation du flux d'information encore plus difficile.

" L'année dernière, lors de la crise corona, nous avons déployé des efforts supplémentaires envers l'engagement de nos collaborateurs ", explique Jean-François Herremans, CEO d'EASI, le prestataire de services IT. " Tout d'abord, nous leur avons fourni de l'information utile. " EASI a mis en place une communication bidirectionnelle. Le CEO fournit une mise à jour hebdomadaire de l'activité de l'entreprise et des projets en cours. Dans le même temps, les diverses équipes transmettent un état des lieux au management.

Creuser plus profondément

La disponibilité des données n'est qu'une première étape. Pour lier ultérieurement les données mais aussi les collaborateurs à la stratégie, il faut plus qu'un outil BI classique. " Briser les silos nécessite de creuser plus profondément ", poursuit Jean-François Herremans. " Un outil BI permet uniquement de visualiser des données et de générer des rapports. " L'exercice n'est pas terminé pour autant. " Les données sont très diverses, il s'agit tant de données quantitatives comme les chiffres de vente que de données qualitatives comme la satisfaction des collaborateurs. Le défi consiste donc à les évaluer à travers les départements et niveaux hiérarchiques de l'entreprise et à les coupler à la stratégie. "

Strategy Execution Management

Là où le BI montre ses limites, un outil de Strategy Execution Management peut prendre la relève. SPOOM, développé par EASI, est une de ces solutions. " Bien entendu, nous avions déjà une stratégie ", souligne Jean-François Herremans. " Mais l'application de cet outil nous a obligé à affiner nos objectifs : ce que nous sommes et où nous voulons aller. Cela nous a permis de briser les silos l'année dernière, de coupler l'information disponible à la stratégie et de renforcer l'engagement de nos collaborateurs. "

EASI croit fermement au potentiel de ce nouvel outil car il répond aux problèmes liés aux données que de nombreuses entreprises rencontrent aujourd'hui. Et cela s'est également traduit par des appréciations externes. EASI vient d'obtenir le Gold Label de la Best Managed Company et a été nommée Best Workplace pour la septième fois consécutive en début d'année. EASI est aussi reconnue pour sa communication transparente lors du déploiement de sa stratégie.

Elaborer et déployer une stratégie?

Quiconque est impliqué dans la stratégie d'entreprise peut discuter personnellement avec les CEO's d'EASI. Lors d'un événement en live, ils reviennent sur le Gold Label de la Best Managed Company, détaillent leur propre stratégie et répondent aux questions en direct.

Chaque entreprise devrait avoir une stratégie, cela semble logique mais c'est souvent lettre morte. Détailler une fois par an - lors de la réception du Nouvel An - la stratégie de l'entreprise aux collaborateurs ne suffit pas. Pour mettre en oeuvre une véritable stratégie, l'organisation doit déployer une trajectoire active avec des objectifs concrets et des résultats mesurables. Il faut aussi de l'engagement. Les collaborateurs impliqués fournissent un travail meilleur et contribuent davantage à la réalisation de la stratégie. Cet engagement est aujourd'hui un défi majeur pour de nombreuses entreprises. Elles connaissent le phénomène des silos depuis longtemps qui complique l'échange des données entre les départements. Chaque silo travaille spécifiquement, a son approche pour la collecte et le déverrouillage des données, et sa manière de communiquer. En cette période de corona, le défi est encore plus grand. De nombreux collaborateurs travaillent à la maison - dans leur propre silo pourrait-on dire - ce qui rend la circulation du flux d'information encore plus difficile." L'année dernière, lors de la crise corona, nous avons déployé des efforts supplémentaires envers l'engagement de nos collaborateurs ", explique Jean-François Herremans, CEO d'EASI, le prestataire de services IT. " Tout d'abord, nous leur avons fourni de l'information utile. " EASI a mis en place une communication bidirectionnelle. Le CEO fournit une mise à jour hebdomadaire de l'activité de l'entreprise et des projets en cours. Dans le même temps, les diverses équipes transmettent un état des lieux au management.La disponibilité des données n'est qu'une première étape. Pour lier ultérieurement les données mais aussi les collaborateurs à la stratégie, il faut plus qu'un outil BI classique. " Briser les silos nécessite de creuser plus profondément ", poursuit Jean-François Herremans. " Un outil BI permet uniquement de visualiser des données et de générer des rapports. " L'exercice n'est pas terminé pour autant. " Les données sont très diverses, il s'agit tant de données quantitatives comme les chiffres de vente que de données qualitatives comme la satisfaction des collaborateurs. Le défi consiste donc à les évaluer à travers les départements et niveaux hiérarchiques de l'entreprise et à les coupler à la stratégie. "Là où le BI montre ses limites, un outil de Strategy Execution Management peut prendre la relève. SPOOM, développé par EASI, est une de ces solutions. " Bien entendu, nous avions déjà une stratégie ", souligne Jean-François Herremans. " Mais l'application de cet outil nous a obligé à affiner nos objectifs : ce que nous sommes et où nous voulons aller. Cela nous a permis de briser les silos l'année dernière, de coupler l'information disponible à la stratégie et de renforcer l'engagement de nos collaborateurs. "EASI croit fermement au potentiel de ce nouvel outil car il répond aux problèmes liés aux données que de nombreuses entreprises rencontrent aujourd'hui. Et cela s'est également traduit par des appréciations externes. EASI vient d'obtenir le Gold Label de la Best Managed Company et a été nommée Best Workplace pour la septième fois consécutive en début d'année. EASI est aussi reconnue pour sa communication transparente lors du déploiement de sa stratégie.Quiconque est impliqué dans la stratégie d'entreprise peut discuter personnellement avec les CEO's d'EASI. Lors d'un événement en live, ils reviennent sur le Gold Label de la Best Managed Company, détaillent leur propre stratégie et répondent aux questions en direct.