En raison de la crise du corona, Zoom enregistre ces deux derniers mois une sérieuse hausse de popularité. Cela n'a cependant pas été sans mal. C'est ainsi que la sécurité et la confidentialité de la plate-forme n'étaient pas ce qu'elles auraient dû être. Mais malgré tout, l'entreprise compte aujourd'hui trois cents millions d'utilisateurs quotidiens.

Cette croissance requiert aussi une solide infrastructure. Dans ce but, Zoom Video Communications fait à présent appel à l'Oracle Cloud Infrastructure. Oracle signale qu'elle fera transiter les visioconférences par son infrastructure 'cloud' Gen 2.

"Nous avons récemment connu la plus forte croissance que notre entreprise n'a jamais enregistrée dans le passé, ce qui a exigé une énorme augmentation de notre capacité de services. Nous avons passé en revue plusieurs plates-formes, et l'Oracle Cloud Infrastructure nous a aidés à amplifier rapidement notre capacité et à répondre aux besoins de nos nouveaux utilisateurs", déclare le CEO de Zoom, Eric S. Yuan, dans un communiqué.

Choisir Oracle est étonnant quand on sait que l'entreprise supplante ainsi les trois plus importants acteurs dans le nuage (AWS, Azure et Google). Mais cela peut être aussi considéré comme logique étant donné qu'Oracle se profile explicitement comme un acteur 'cloud' misant fortement sur la sécurité.

Selon Oracle, Zoom a effectué ce choix pour des raisons de sécurité, de performances et de support, même si la capacité n'est pas non plus négligeable. C'est ainsi que les communications quotidiennes qui transitent aujourd'hui par Zoom, représentent 7 péta-octets de trafic data, soit 93 années de vidéo HD.

Update 29 avril:

Zoom annonce qu'en raison de sa collaboration avec Oracle, elle n'interrompt pas celle avec AWS et Microsoft. Le choix d'Oracle est donc une extension et pas une suppression des partenaires 'cloud' existants.

En raison de la crise du corona, Zoom enregistre ces deux derniers mois une sérieuse hausse de popularité. Cela n'a cependant pas été sans mal. C'est ainsi que la sécurité et la confidentialité de la plate-forme n'étaient pas ce qu'elles auraient dû être. Mais malgré tout, l'entreprise compte aujourd'hui trois cents millions d'utilisateurs quotidiens.Cette croissance requiert aussi une solide infrastructure. Dans ce but, Zoom Video Communications fait à présent appel à l'Oracle Cloud Infrastructure. Oracle signale qu'elle fera transiter les visioconférences par son infrastructure 'cloud' Gen 2."Nous avons récemment connu la plus forte croissance que notre entreprise n'a jamais enregistrée dans le passé, ce qui a exigé une énorme augmentation de notre capacité de services. Nous avons passé en revue plusieurs plates-formes, et l'Oracle Cloud Infrastructure nous a aidés à amplifier rapidement notre capacité et à répondre aux besoins de nos nouveaux utilisateurs", déclare le CEO de Zoom, Eric S. Yuan, dans un communiqué.Choisir Oracle est étonnant quand on sait que l'entreprise supplante ainsi les trois plus importants acteurs dans le nuage (AWS, Azure et Google). Mais cela peut être aussi considéré comme logique étant donné qu'Oracle se profile explicitement comme un acteur 'cloud' misant fortement sur la sécurité.Selon Oracle, Zoom a effectué ce choix pour des raisons de sécurité, de performances et de support, même si la capacité n'est pas non plus négligeable. C'est ainsi que les communications quotidiennes qui transitent aujourd'hui par Zoom, représentent 7 péta-octets de trafic data, soit 93 années de vidéo HD.Update 29 avril:Zoom annonce qu'en raison de sa collaboration avec Oracle, elle n'interrompt pas celle avec AWS et Microsoft. Le choix d'Oracle est donc une extension et pas une suppression des partenaires 'cloud' existants.