Un utilisateur de YouTube, MattsWhatItIs, a découvert des vidéos candides, passant quasiment inaperçues, mais qui étaient pourtant visionnées particulièrement souvent et qui provoquaient singulièrement de nombreuses réactions. Il était par exemple question de vidéos de fillettes effectuant des exercices de gymnastique ou de yoga. Les enfants étaient qualifiées d'''égérie'' ou de ''Barbie'' dans les réactions. Quelqu'un proposait même de les voir jouer dans d'autres vidéos à caractère limite sexuel. Quiconque visionne ce genre de vidéo, est automatiquement mis sur la trace de courts métrages comparables par l'algorithme de YouTube, où l'on trouve là aussi des réactions de ce type.

Selon le blogueur, il s'agit d'un 'réseau pédophile softcore' utilisant la section 'commentaires'. Par souci de transparence, sachez qu'il s'agit à chaque fois d'images ingénues, mettant en scène des petites filles se livrant à de la gymnastique et semblant prendre très brièvement un comportement à caractère sexuel ou apparaissant un peu dénudées. Dans les commentaires figure un espace-temps durant lequel ces images suggestives peuvent être visionnées.

Il n'a pas fallu attendre longtemps pour que de grandes entreprises telles Walt Disney, Nestlé, Dr Oetker et le développeur de jeux Epic Games retirent leurs publicités. Les annonces de Nestlé et Disney notamment s'affichaient par exemple juste avant les vidéos utilisées par les pédophiles. "Nous avons immédiatement décidé de supprimer ces comptes et canaux, de signaler les activités illégales et de désactiver les remarques dégradantes", indique un porte-parole.

Ce n'est et de loin pas la première fois que YouTube doit présenter des excuses pour avoir affiché du contenu inadapté, que ce soit sous la forme de vidéos extrémistes, de vidéos enfantines bizarres, voire, mais oui, de vidéos à caractère pédophile, accompagné de publicités. Tout comme précédemment, YouTube a supprimé les réactions incongrues et mène l'enquête sur cette affaire. YouTube recourt à l'intelligence artificielle et à des personnes pour juger les vidéos postées. A chaque minute qui passe, ce sont des centaines d'heures de contenu qui sont déposées sur le réseau.