Cette démarche est due avant tout à l'invasion de l'Ukraine et aux mesures prises ensuite en Russie même. Les Russes qui expriment leur mécontentement à propos de la guerre, peuvent se voir infliger une peine de prison pouvant aller jusqu'à quinze ans, et des plates-formes comme Twitter et Facebook sont bloquées depuis la semaine dernière en Russie.

Tor est conçu pour contourner tout cela. Il rend la navigation anonyme en transférant le trafic via un réseau de serveurs cryptés et reliés les uns aux autres pour dissimuler les sites web visités. Ce service est utilisé depuis assez longtemps déjà par les dissidents et activistes et est destiné à permettre aux utilisateurs de lire des informations et des messages censurés par les autorités.

Les sites sur le réseau sont accessibles via une URL .onion spéciale. Celle de Twitter est https://twitter3e4tixl4xyajtrzo62zg5vztmjuricljdp2c5kshju4avyoid.onion/. Précédemment, Facebook et des journaux tels New York Times, Deutsche Welle, Radio Free Europe et la BBC avaient déjà créé des sites Tor.

Cette démarche est due avant tout à l'invasion de l'Ukraine et aux mesures prises ensuite en Russie même. Les Russes qui expriment leur mécontentement à propos de la guerre, peuvent se voir infliger une peine de prison pouvant aller jusqu'à quinze ans, et des plates-formes comme Twitter et Facebook sont bloquées depuis la semaine dernière en Russie.Tor est conçu pour contourner tout cela. Il rend la navigation anonyme en transférant le trafic via un réseau de serveurs cryptés et reliés les uns aux autres pour dissimuler les sites web visités. Ce service est utilisé depuis assez longtemps déjà par les dissidents et activistes et est destiné à permettre aux utilisateurs de lire des informations et des messages censurés par les autorités.Les sites sur le réseau sont accessibles via une URL .onion spéciale. Celle de Twitter est https://twitter3e4tixl4xyajtrzo62zg5vztmjuricljdp2c5kshju4avyoid.onion/. Précédemment, Facebook et des journaux tels New York Times, Deutsche Welle, Radio Free Europe et la BBC avaient déjà créé des sites Tor.