BBC News s'étend au web clandestin ('dark web'). Telle est l'appellation d'une série de sites dissimulés qu'on ne peut visiter via les canaux classiques, mais qui peuvent être invoqués au moyen de navigateurs spéciaux, orientés confidentialité, tels Tor. L'objectif de cette décision étonnante de la BBC est de contourner la censure. BBC News est par exemple bloqué dans des pays comme la Chine, l'Iran ou le Vietnam. En devenant aussi disponible via un domaine dans le 'dark web', la BBC espère pouvoir atteindre les habitants de ces pays ultra-réglementés.

L'URL du nouveau site de la BBC est bbcnewsv2vjtpsuy.onion. Pour le visiter, un navigateur spécial est nécessaire, tel Tor. Ce dernier, aussi appelé The Onion Router, dissimule du trafic internet en y appliquant diverses couches de cryptage. Il tente également de cacher les emplacements en envoyant du trafic via plusieurs noeuds. Le comportement de navigation est donc routé le long de divers PC et serveurs et reste ainsi masqué. De cette manière, le comportement de navigation ne peut être lié à des utilisateurs spécifiques. Le site vers lequel vous surfez via Tor, ne distingue que le dernier ordinateur utilisé, à savoir l''exit node'. Ce système fait dès lors quelque peu penser aux VPN avec lesquels on peut par exemple surfer 'en tant qu'Américain', afin de visionner des services de streaming notamment.

Outre la fonction d'anonymat, Tor permet aussi de visiter des sites cachés dans ce qu'on appelle le web clandestin. Il s'agit là de sites web avec un suffixe .onion, qu'on ne peut trouver avec un navigateur classique ou, disons, Google. Le navigateur et les sites dissimulés sont de la sorte controversés, parce qu'ils sont utilisés non seulement par des activistes des droits de l'homme et des journalistes, qui veulent garder secrètes leurs sources, mais aussi pour des activités illégales comme la vente de drogue ou la pédopornographie.

Le site web Tor sur lequel débarque à présent la BBC, est une copie du site d'infos international BBC News, qui se déclinera en plusieurs langes, dont le perse, l'arabe et le russe.