Sol Oriens est une entreprise qui travaille pour le ministère américain de la défense et qui fabrique notamment des armes nucléaires, comme le signale la chaîne américaine CNBC sur base d'offres d'emploi postées par la firme.

Cela en fait donc une cible particulièrement sensible pour les cybercriminels, tels la bande à l'origine de REvil. Celle-ci prétend qu'à l'occasion d'une attaque au rançongiciel, elle a entre autres pu mettre la main sur des données de Sol Oriens et va les mettre en vente aux enchères en ligne.

Le groupe de hackers russe REvil avait la semaine dernière déjà revendiqué la cyber-attaque lancée contre la multinationale de l'énergie Invenergy et celle contre le spécialiste de la viande JBS. Vendredi dernier, le groupe a posté une liste d'entreprises, dont il aurait dérobé des données. On y trouve donc 4 téraoctets de 'données sensibles' d'Invenergy, mais aussi une partie des données de Sol Oriens. Comme preuve du vol de ces données, REvil a publié notamment un aperçu des salaires payés par ces entreprises. REvil menace de partager encore des 'documents pertinents' avec d'autres organisations militaires. Sol Oriens, de son côté, déclare n'avoir aucune preuve que des informations secrète ou cruciales lui aient été volées.

L'entreprise est cependant mise fortement sous pression, afin qu'elle accepte de verser une rançon, si elle veut que ses données dérobées restent secrètes. C'est le même principe qui a prévalu pour JBS, début de ce mois, afin qu'elle verse quelque 11 millions de dollars de rançon.

Sol Oriens est une entreprise qui travaille pour le ministère américain de la défense et qui fabrique notamment des armes nucléaires, comme le signale la chaîne américaine CNBC sur base d'offres d'emploi postées par la firme.Cela en fait donc une cible particulièrement sensible pour les cybercriminels, tels la bande à l'origine de REvil. Celle-ci prétend qu'à l'occasion d'une attaque au rançongiciel, elle a entre autres pu mettre la main sur des données de Sol Oriens et va les mettre en vente aux enchères en ligne.Le groupe de hackers russe REvil avait la semaine dernière déjà revendiqué la cyber-attaque lancée contre la multinationale de l'énergie Invenergy et celle contre le spécialiste de la viande JBS. Vendredi dernier, le groupe a posté une liste d'entreprises, dont il aurait dérobé des données. On y trouve donc 4 téraoctets de 'données sensibles' d'Invenergy, mais aussi une partie des données de Sol Oriens. Comme preuve du vol de ces données, REvil a publié notamment un aperçu des salaires payés par ces entreprises. REvil menace de partager encore des 'documents pertinents' avec d'autres organisations militaires. Sol Oriens, de son côté, déclare n'avoir aucune preuve que des informations secrète ou cruciales lui aient été volées.L'entreprise est cependant mise fortement sous pression, afin qu'elle accepte de verser une rançon, si elle veut que ses données dérobées restent secrètes. C'est le même principe qui a prévalu pour JBS, début de ce mois, afin qu'elle verse quelque 11 millions de dollars de rançon.