Le superordinateur Fugaku est équipé de processeurs A64FX de Fujitsu et intègre 7,3 millions de coeurs ARM. Il atteint ainsi 512 péta-flops. Cette vitesse place l'ordinateur tout en haut du top 500 des superordinateurs les plus puissants au monde. Le système détrône ainsi l'américain Summit. Ce dernier, qui embarque des CPU IBM Power9 avec accélérateurs Nvidia GV100, atteint pour sa part 200 péta-flops. L'ordinateur Fugaku consomme cependant trois fois plus de courant que le Summit.

L'objectif du superordinateur est de permettre au Japon d'effectuer des calculs de recherche, notamment sur le covid-19. Le système aurait dû être initialement inauguré en 2021, mais en raison de la crise du corona, la date a été avancée.

C'est la première fois qu'un système ARM domine le classement. La plupart des superordinateurs sont à présent équipés de microprocesseurs x86 basés sur l'architecture d'Intel. Quelques superordinateurs planifiés pour l'année prochaine et encore plus rapides que le Fugaku exploiteront également ce système d'Intel. L'architecture ARM connait cependant une hausse de popularité actuellement, du fait aussi qu'Apple a décidé d'y baser ses puces.

Le superordinateur Fugaku est équipé de processeurs A64FX de Fujitsu et intègre 7,3 millions de coeurs ARM. Il atteint ainsi 512 péta-flops. Cette vitesse place l'ordinateur tout en haut du top 500 des superordinateurs les plus puissants au monde. Le système détrône ainsi l'américain Summit. Ce dernier, qui embarque des CPU IBM Power9 avec accélérateurs Nvidia GV100, atteint pour sa part 200 péta-flops. L'ordinateur Fugaku consomme cependant trois fois plus de courant que le Summit.L'objectif du superordinateur est de permettre au Japon d'effectuer des calculs de recherche, notamment sur le covid-19. Le système aurait dû être initialement inauguré en 2021, mais en raison de la crise du corona, la date a été avancée.C'est la première fois qu'un système ARM domine le classement. La plupart des superordinateurs sont à présent équipés de microprocesseurs x86 basés sur l'architecture d'Intel. Quelques superordinateurs planifiés pour l'année prochaine et encore plus rapides que le Fugaku exploiteront également ce système d'Intel. L'architecture ARM connait cependant une hausse de popularité actuellement, du fait aussi qu'Apple a décidé d'y baser ses puces.