miDiagnostics est une émanation de l'imec louvaniste et de la John Hopkins University américaine. En bref, l'entreprise se focalise sur un 'laboratory on a chip'. Une puce permettant d'identifier et de tracer diverses affections de manière à la fois simple, rapide et économique. Il est question ici du contrôle à la maison de patients chroniques, du screening rapide de malades ou de la surveillance à grande échelle en cas de pandémie.

Lors de sa première phase de capitalisation, l'entreprise avait directement récolté 60 millions d'euros, notamment auprès de Marc Coucke, Michel Akkermans, PMV, l'imec et John Hopkins. Les quatorze millions actuels proviennent des actionnaires existants et des docteurs Rudi Pauwels en Urbain Vandeurzen. Grâce à cet investissement, la mise au point de la plate-forme de diagnostic devrait s'accélérer jusqu'à être finalisée pour une mise en production à l'échelle industrielle.

Fin de l'année dernière, miDiagnostics avait encore annoncé qu'avec le soutien de la NASA, elle examinait si son appareil de diagnostic pouvait aussi fonctionner en apesanteur.

Découvrez aussi dans Trends l'interview de Rudi Pauwels, Urbain Vandeurzen et du CEO Nicolas Vergauwe.

miDiagnostics est une émanation de l'imec louvaniste et de la John Hopkins University américaine. En bref, l'entreprise se focalise sur un 'laboratory on a chip'. Une puce permettant d'identifier et de tracer diverses affections de manière à la fois simple, rapide et économique. Il est question ici du contrôle à la maison de patients chroniques, du screening rapide de malades ou de la surveillance à grande échelle en cas de pandémie.Lors de sa première phase de capitalisation, l'entreprise avait directement récolté 60 millions d'euros, notamment auprès de Marc Coucke, Michel Akkermans, PMV, l'imec et John Hopkins. Les quatorze millions actuels proviennent des actionnaires existants et des docteurs Rudi Pauwels en Urbain Vandeurzen. Grâce à cet investissement, la mise au point de la plate-forme de diagnostic devrait s'accélérer jusqu'à être finalisée pour une mise en production à l'échelle industrielle.Fin de l'année dernière, miDiagnostics avait encore annoncé qu'avec le soutien de la NASA, elle examinait si son appareil de diagnostic pouvait aussi fonctionner en apesanteur.Découvrez aussi dans Trends l'interview de Rudi Pauwels, Urbain Vandeurzen et du CEO Nicolas Vergauwe.