Le gros avantage de nombre d'anciennes consoles sur, disons, les services de streaming, c'est qu'elles continuent de fonctionner. Moyennant une maintenance correcte et de temps à autre une nouvelle pile, vous pouvez encore jouer tout simplement à Super Mario Bros sur cette première génération de GameBoy. Quant à la SNES ou à la PlayStation 2, elles doivent peut-être être dépoussiérées, mais elles fonctionnent encore, quels que soient les serveurs existants.

Il en va autrement, comme on s'en aperçoit maintenant, des troisième et quatrième générations de consoles, du moins celles de Sony. Un choix technique connu depuis quelque temps déjà, qui rend les PS3 et PS4 dépendantes des serveurs PlayStation Network (PSN), est une source de préoccupations supplémentaire ce mois-ci, du fait que Sony a annoncé la fermeture des magasins de téléchargement pour ses anciennes plates-formes, selon Ars Technica.

Les joueurs peuvent encore et toujours faire tourner leurs anciens jeux téléchargés de ces magasins, mais l'idée circule à présent que Sony va supprimer d'ici quelques années les serveurs PSN pour ces plates-formes plus anciennes, ce qui empêcherait à un moment donné le bon fonctionnement d'une série de jeux, même ceux achetés sur un support physique ou qui peuvent être entièrement jouables hors ligne. Les utilisateurs se verraient ainsi contraints d'acheter des consoles plus récentes: un phénomène déjà qualifié d'obsolescence planifiée.

Mini-pile, maxi-problème

Le problème se situe au niveau de la pile CMOS des PS3 et PS4. Cette mini-pile se trouve dans chaque console et offre une autonomie de dix à vingt années. Il est certes possible de la remplacer, lorsqu'elle est déchargée, mais lorsque la pile CMOS est désactivée même brièvement, le firmware de Sony demande que l'appareil se connecte à PSN pour synchroniser l'horloge interne.

Avant même de jouer à un jeu ayant besoin de l'horloge interne, il faut donc se connecter à PSN. Ce contrôle s'avère nécessaire pour les jeux PS3 téléchargés du magasin en ligne et pour quasiment chaque jeu acheté pour la PS4. Tout cela serait dû à un contrôle de limite de temps à laquelle sont soumis certains jeux (par exemple avec un abonnement PS Now). Sur la PS4, le contrôle de l'horloge serait aussi utilisé pour s'assurer que vous ne gagniez aucun trophée PSN, avant que cela ne soit possible.

Quelle que soit la raison, à moins que le firmware ne soit adapté, vous devrez tous les dix à vingt ans aller sur PSN avec votre console. Pour les premiers modèles PS3, on n'y est quasiment arrivé. Reste alors à espérer que Sony garde ces serveurs opérationnels.

Le gros avantage de nombre d'anciennes consoles sur, disons, les services de streaming, c'est qu'elles continuent de fonctionner. Moyennant une maintenance correcte et de temps à autre une nouvelle pile, vous pouvez encore jouer tout simplement à Super Mario Bros sur cette première génération de GameBoy. Quant à la SNES ou à la PlayStation 2, elles doivent peut-être être dépoussiérées, mais elles fonctionnent encore, quels que soient les serveurs existants.Il en va autrement, comme on s'en aperçoit maintenant, des troisième et quatrième générations de consoles, du moins celles de Sony. Un choix technique connu depuis quelque temps déjà, qui rend les PS3 et PS4 dépendantes des serveurs PlayStation Network (PSN), est une source de préoccupations supplémentaire ce mois-ci, du fait que Sony a annoncé la fermeture des magasins de téléchargement pour ses anciennes plates-formes, selon Ars Technica.Les joueurs peuvent encore et toujours faire tourner leurs anciens jeux téléchargés de ces magasins, mais l'idée circule à présent que Sony va supprimer d'ici quelques années les serveurs PSN pour ces plates-formes plus anciennes, ce qui empêcherait à un moment donné le bon fonctionnement d'une série de jeux, même ceux achetés sur un support physique ou qui peuvent être entièrement jouables hors ligne. Les utilisateurs se verraient ainsi contraints d'acheter des consoles plus récentes: un phénomène déjà qualifié d'obsolescence planifiée.Le problème se situe au niveau de la pile CMOS des PS3 et PS4. Cette mini-pile se trouve dans chaque console et offre une autonomie de dix à vingt années. Il est certes possible de la remplacer, lorsqu'elle est déchargée, mais lorsque la pile CMOS est désactivée même brièvement, le firmware de Sony demande que l'appareil se connecte à PSN pour synchroniser l'horloge interne.Avant même de jouer à un jeu ayant besoin de l'horloge interne, il faut donc se connecter à PSN. Ce contrôle s'avère nécessaire pour les jeux PS3 téléchargés du magasin en ligne et pour quasiment chaque jeu acheté pour la PS4. Tout cela serait dû à un contrôle de limite de temps à laquelle sont soumis certains jeux (par exemple avec un abonnement PS Now). Sur la PS4, le contrôle de l'horloge serait aussi utilisé pour s'assurer que vous ne gagniez aucun trophée PSN, avant que cela ne soit possible.Quelle que soit la raison, à moins que le firmware ne soit adapté, vous devrez tous les dix à vingt ans aller sur PSN avec votre console. Pour les premiers modèles PS3, on n'y est quasiment arrivé. Reste alors à espérer que Sony garde ces serveurs opérationnels.