Cet investissement du Public Investment Fund (PIF) a été révélé par un communiqué du ministre japonais des finances. Un porte-parole du producteur de la console Switch a fait savoir à l'agence de presse Bloomberg que Nintendo avait appris la nouvelle via le média.

Pas un inconnu

PIF, un fonds disposant de 500 milliards de dollars, n'est vraiment pas un inconnu dans le secteur des jeux et y accroît régulièrement ses participations. Plus tôt cette année, le fonds saoudien a ainsi pris une part de plus de cinq pour cent dans les développeurs de jeux japonais Nexon et Capcom. PIF est également actionnaire de la firme de jeux Activision Blizzard, actuellement rachetée par Microsoft.

La semaine dernière, Nintendo a présenté des chiffres décevants et a annoncé vouloir scinder son action par dix. Le producteur nippon de jeux vidéo a écoulé un cinquième d'exemplaires (23,1 millions) en moins de la Switch au cours de l'année fiscale se clôturant fin mars. Ce recul est surtout dû à la pénurie mondiale des puces informatiques et aux problèmes que connaît la chaîne d'approvisionnement.

Pour l'exercice en cours, l'entreprise s'attend à une nouvelle diminution de son chiffre d'affaires et des ventes de sa console Switch.

Cet investissement du Public Investment Fund (PIF) a été révélé par un communiqué du ministre japonais des finances. Un porte-parole du producteur de la console Switch a fait savoir à l'agence de presse Bloomberg que Nintendo avait appris la nouvelle via le média.PIF, un fonds disposant de 500 milliards de dollars, n'est vraiment pas un inconnu dans le secteur des jeux et y accroît régulièrement ses participations. Plus tôt cette année, le fonds saoudien a ainsi pris une part de plus de cinq pour cent dans les développeurs de jeux japonais Nexon et Capcom. PIF est également actionnaire de la firme de jeux Activision Blizzard, actuellement rachetée par Microsoft.La semaine dernière, Nintendo a présenté des chiffres décevants et a annoncé vouloir scinder son action par dix. Le producteur nippon de jeux vidéo a écoulé un cinquième d'exemplaires (23,1 millions) en moins de la Switch au cours de l'année fiscale se clôturant fin mars. Ce recul est surtout dû à la pénurie mondiale des puces informatiques et aux problèmes que connaît la chaîne d'approvisionnement.Pour l'exercice en cours, l'entreprise s'attend à une nouvelle diminution de son chiffre d'affaires et des ventes de sa console Switch.