Musk a dévoilé dans l'interview que ce fut 'l'année la plus difficile et la plus pénible de sa carrière'. La semaine dernière, Musk écrivait dans un tweet qu'il voulait retirer Tesla de la bourse à une valeur de 420 dollars par action, et que ce financement était chose faite. Ce message fit aussitôt grimper le cours de l'entreprise, mais surprit tout son monde, y compris le conseil d'administration de Tesla.

Entre-temps, des enquêtes et des procès ont été intentés contre lui et contre Tesla, d'où il apparaît que ledit financement est loin d'être entériné. Comme suggéré précédemment, il serait en effet question d'un possible investissement de la part d'un fonds financier d'Arabie Saoudite, mais cet accord serait loin d'être approuvé. Une autre piste de réflexion, d'après une source proche de l'entreprise, serait que SpaceX, la firme aéronautique de Musk, prenne une participation dans Tesla.

Par moments, Musk semble chaotique et émotionnel. C'est ainsi que dans l'interview, il a laissé entendre que le jour de son anniversaire, il avait travaillé dans l'usine Tesla, où la production du Model 3 doit progresser de toute urgence, et que suite au volume de travail, il avait manqué de peu le mariage de son frère en Catalogne.

Il y a de quoi se poser des questions quant à savoir si Musk n'a pas rapidement besoin d'être délesté de certaines tâches. Selon Musk en personne, l'entreprise avait recherché, il y a quelques années, un 'numéro 2' capable de s'occuper des activités d'exploitation. Sheryl Sandberg, la COO de Facebook, avait même été pressentie, mais cela n'aboutit pas.

Recherche d'un remplaçant

"A ce que je sache, il n'y a pas de recherche active pour le moment', a déclaré Musk au New York Times. Le journal même apporte cependant la nuance, selon laquelle il a appris de bonne source que cette recherche a bien débuté et s'est même intensifiée depuis les récents tweets de Musk. L'objectif serait cependant que Musk demeure tant CEO que président de l'entreprise, deux fonctions dans lesquelles il a au printemps encore été soutenu par le conseil d'administration.

Les tweets de Musk représentent une préoccupation supplémentaire pour l'entreprise. Le CEO reconnaît lui-même qu'il prend des somnifères pour trouver le sommeil. Mais des sources proches du conseil d'administration se font du souci et affirment que ces somnifères semblent souvent engendrer des... cauchemars de tweets nocturnes.

Durant l'été, Musk a aussi indisposé pas mal de monde. Il s'est ainsi montré grossier vis-à-vis d'analystes, parce que, selon lui, ils lui posaient des questions 'ennuyeuses' et idiotes. Et lorsqu'on refusa à Musk l'aide qu'il voulait apporter pour délivrer les enfants prisonniers d'une grotte en Thaïlande, il n'hésita pas à qualifier indûment l'un des sauveteurs de pédophile. Plus récemment encore, il y eut donc la soi-disant privatisation de Tesla, qui est donc à présent examinée dans les détails, mais qui ne s'avère pas claire du tout.

En résumé, Elon Musk semble en partie être un génie et un forçat du travail sur qui repose Tesla, mais aussi un projectile autonome qui cause surtout pas mal de soucis à son entreprise ces dernières semaines.